NauticNews Logo

A bord de Moonbeam III, l’élégant et efficace plan Fife

Moonbeam_III_RegatesImperiales_par_TRaynaud.jpg

06/2010 –

Moonbeam III, appelé aussi Moonbeam of Fife, est l’un des acteurs majeurs des régates classiques. Présent sur tous les événements, principalement en Méditerranée, le cotre aurique de 1903, portant le numéro de voile 88, est parfaitement entretenu et mené par un équipage compétent et passionné. Démâté cet hiver afin de renouveler son gréement dormant, Moonbeam III a entamé sa saison de régates lors de la Lady’s Cup de Villefranche sur mer. Il s’est ensuite rendu à Ajaccio pour les 8èmes Régates ImpérialesNauticNews.com a eu le privilège d’embarquer et de participer à une course très intéressante. Vendredi 29 mai, le comité avait opté pour une régate aux départs décalés, calculés en fonction des handicaps de chaque bateau. Ainsi, nous élancerons sur le parcours de 12,7 nautiques, 31 minutes après le premier, mais surtout 6 minutes avant Moonbeam IV, notre concurrent pour la victoire finale. Barré par Erwan Noblet, son skipper depuis 2006, le grand voilier dessiné par William Fife (à l’origine gréé en Yawl, ndlr) va prendre le départ seul, chassé par l’autre Moonbeam qui devrait peu à peu refaire son retard.

Manœuvres propres.

Le vent thermique étant d’une quinzaine de nœuds, nous établissons toutes les voiles. En moins d’une demi-heure, Grand Voile, Flèche, Trinquette et Foc sont à poste. Le Clin Foc ne sera hissé que quelques minutes avant la course. Sous les ordres de Merlin, l’excellent second, je m’occupe des drisses des voiles d’avant. Avec notre belle garde robe, plus de 400 m², nous effectuons quelques virements et empannages permettant à chacun de trouver sa place, et d’appréhender son poste. Lors du louvoyage vers la bouée au vent, Moonbeam III est impressionnant de stabilité. Bien gîté, il navigue sans à coups malgré le petit clapot du Golfe ajaccien. Après de la 1ère marque, nous effectuons un très jouissif bord de travers où le voilier plus que centenaire exprime sa puissance. A plus de 8,5 nœuds au reaching nous approchons rapidement de la 3ème bouée qui mobilisera toute la plage avant. Merlin va alors orchestrer une jolie manœuvre d’envoi de spi dés l’enroulement de la bouée. Le grand tissu blanc de 380 m² se déploie et les voiles d’avant tombent une à une. Moonbeam III descend alors à 6/7 nœuds, le capitaine essayant de faire le plus de vent arrière possible afin de ne pas allonger la route. Le temps de ferler, de remettre les écoutes en place et de profiter du plaisir de sentir le voilier glissé, bien calé dans ses lignes, nous nous préparons déjà à affaler le spi. Nous devons le faire passer sous les écoutes de foc et de trinquette qui seront alors ré-hissées. A trois, nous parviendrons à le ramener à bord sans lui faire trop toucher l’eau, synonyme souvent de perte de vitesse. Il nous reste alors à effectuer 2 longs bords de travers qui ne permettront pas d’envoyer de nouveau le spi. Nous continuons de rattraper les concurrents partis avant nous tout en constatant avec satisfaction que Moonbeam IV ne s’est pas du tout rapproché.

Moonbeam_III_vs_Moonbeam_IV_RegatesImperiales_par_T_Raynaud.jpg

Le N°88 dans de nombreux palmarès.

Durant 2 heures de courses effectuées dans des conditions parfaites, l’équipage de Moonbeam III s’est appliqué à faire des manœuvres très propres, et ce dans une très bonne ambiance. Cette philosophie chère au capitaine a porté ses fruits aujourd’hui puisque nous avons franchi la ligne avec plus de 7 minutes d’avance sur Moonbeam IV, qui aurait du nous rattraper compte tenu de son rating. Erwan, épaulé par ses 3 marins professionnels, Merlin le second, Soizic et Mathilde les équipières, a donc inscrit une nouvelle fois le nom de son bateau au palmarès d’une épreuve, comme la Coupe des 2 phares 2008 dont il détient le temps de référence. Marin à bord de Thendara dans les années 2000, puis sur Mari Cha IV, il profite de la préparation de l’affalage pour souffler un peu. Mais très vite les responsabilités le rattrapent,  l’organisation ayant demandé aux concurrents de mouiller devant la plage d’un hôtel. Garant des marins et du voilier, le capitaine de ce genre d’unité cumule toutes les fonctions. Barreur en mer, skipper lors des convoyages, il doit également s’occuper des travaux d’entretien, ainsi que des engagements du bateau et de la location. Cependant ce métier contraignant est exercé par des passionnés Ainsi, malgré toutes ses charges, Erwan aimerait faire encore un peu plus pour le bateau, comme participer à des parades qui permettraient au public d’assister de près aux manœuvres. Il pourrait aussi dans un avenir un peu lointain être tenté par un peu de course au large en solitaire. Mais il n’est pas encore temps pour lui de céder la barre de Moonbeam III. Ce qui ce conçoit aisément dés que l’on a pu naviguer quelques heures à bord de ce voilier élégant, rapide et très accueillant.

Plus d’informations : Site de Moonbeam III

Fiche Technique sur NauticNews.com de Moonbeam III, dit Moonbeam of Fife

Tags sur NauticNews.com : Moonbeam IIIYacht ClassiqueRégates ClassiquesRégates Impériales

Crédit Photos : T. Raynaud /  Corse-photo.fr

-NG-

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

vingt − 17 =