NauticNews Logo

TFV : Le jeu des spis, des courants et des caps

Les pieds au-dessus des vagues et les yeux fixés sur les spis, les voilà partis. La flotte du Tour de France à la Voile est en route pour l’étape la plus longue de l’épreuve, une Deauville – Brest de 245 milles. Les équipages étaient à 19h en approche du Raz Blanchard.

10 nœuds de vent de nord, 12 M34 impatients et une ligne de départ mouillée dans le sens du parcours, travers au vent : l’étape Deauville – Brest est partie à 11h15 ce matin dans un courant fort et un flux plus léger que prévu (8 nœuds).

Immédiatement, les caps diffèrent. Certains concurrents serrent le vent au près pour toucher de la pression comme Normandie barré par Bertrand Pacé, Martinique BE Brussels, Nantes St Nazaire E.Leclerc et Bretagne Crédit Mutuel Elite, avec Jérémie Beyou à bord. D’autres restent sous le vent sur la route directe vers le cap de Barfleur. C’est le cas de Bienne Voile – SRS et Ville de Genève Carrefour AddictionS menés par un groupe composé de Team OmanSail, Groupama 34 et Sodebo. Trois autres progressent sur une route médiane, Courrier Dunkerque 3 très rapide en tête devant TPM Coych et Iskareen.

Le vent forcit pour atteindre 17 nœuds. Les équipiers sont au rappel et donnent des coups de rein pour passer les vagues. L’ensemble de la flotte abat ensuite pour rejoindre la cardinale nord Basse Renier, première marque de parcours peu après Barfleur. « Un reaching solide et humide mais on a été frustrés par des problèmes avec notre spi de capelage, on a dû monter au mât » confie Leigh McMillan à bord d’OmanSail.

Les spis de tête apparaissent après la cardinale dans un vent qui retombe à 10 nœuds de nord-est. Ceux qui avaient choisi la droite du plan d’eau au début de l’étape ne sont pas particulièrement bien placés : seul le Bretagne Crédit Mutuel Elite de Nicolas Troussel pointe alors dans le peloton de tête, bord à bord avec Sodebo. OmanSail, Courrier Dunkerque 3 et Groupama 34 mènent.

L’après-midi s’éternise sous les bulles des spis, les M34 avancent à une dizaine de nœuds le long du Cotentin en profitant d’un courant favorable. Ça accélèrera après le Raz Blanchard qu’ils sont libres de franchir ou de contourner par le nord. « On va rater l’étale de basse mer et on va se prendre la renverse de courant, » confie un Jean-Luc Nélias sarcastique à bord de Sodebo, « donc on va passer un peu de temps au Raz Blanchard. Je suis dubitatif : passer du côté de la France ou du côté d’Aurigny, contrôler nos adversaires ou dérouler le jeu ? »

Puis ce sera un long bord ouvert de 100 milles entre La Hague et la pointe de la Bretagne, avec les îles anglo-normandes entre les deux. 15 à 20 nœuds de nord-est sont prévus, fraichissant jusque 25 nœuds à Ouessant. « Il y aura des passages entre les îles selon les concurrents, des empannages sous spi … Une nuit assez sympathique » se réjouit Jérémie Beyou sur Bretagne Crédit Mutuel Elite.

La nuit sera ventée et tactique, et le lever du soleil sur la pointe bretonne révélateur. « Il va falloir négocier le courant et le renforcement du vent. » explique le co-skipper de TPM Coych et lasériste de l’Equipe de France Jean-Baptiste Bernaz. « On se prépare pour une nuit d’enfer. »

A 19 heures, à l’approche du Raz Blanchard, la flotte poursuivait son jeu d’empannages sous grand spi. Groupama 34 était en tête devant Courrier Dunkerque 3 et Team OmanSail. Bretagne Crédit Mutuel Elite et Sodebo croisaient derrière ce trio.

Les bateaux sont attendus demain autour de 12h00 à Brest.
___________________________________________

Une oreille à la VHF (vacation à 18h)

Erwan Israël, navigateur de Groupama 34 : « On est au large de Cherbourg sous spi, le vent a molli et on en profite pour se restaurer et sécher après un bord assez agité au large serré. On arrivera au Raz Blanchard juste pour la renverse de courant. Ça va être un endroit décisif de la course. C’est serré au niveau du timing pour le passer avec le courant, donc on se dépêche. Ensuite, nous allons tous naviguer au milieu des îles anglo-normandes et voir ce que font les uns et les autres. Ce seront des conditions idéales pour les M34, 15 à 20 nœuds au portant avec une arrivée au petit matin au passage du Four. »

Jérémie Beyou, Bretagne Crédit Mutuel Elite : « C’était difficile de partir de Deauville dans peu de vent et beaucoup de courant. On s’est un peu raté à l’allumage mais on a réussi à bien se dégager. Après, ça a été un bord de reaching humide suivi de vent mollissant, comme prévu, au nord du Cotentin. On contournera bientôt le cap de la Hague avec la renverse du courant. On va se positionner … Du mieux possible ! Le vent se renforcera après le cap. Il y aura des passages entre les îles selon les concurrents, des empannages sous spi … Une nuit assez sympathique ! »

Jean-Luc Nélias, navigateur de Sodebo : « La baie de Seine était magnifique avec un bon vent de nord-est. Les bateaux filaient sur l’écume. On va rater l’étale de basse mer et on va se prendre la renverse de courant, donc on va passer un peu de temps au Raz Blanchard. Je suis dubitatif : passer du côté de la France ou du côté d’Aurigny ? Je ne sais pas  encore si nous allons contrôler nos adversaires ou dérouler le jeu. Puis la nuit s’annonce au portant, à essayer de gérer les bascules de courant en essayant de revenir sur les leaders. »

Leigh McMillan, Team OmanSail : « On est assez contents de notre place après un départ assez solide. Au reaching, on avançait bien mais on a été frustrés par des problèmes avec notre spi de capelage. On a dû monter au mât et du coup, on a perdu du temps et du terrain sur les leaders. Maintenant, on doit juste revenir et reprendre la tête pendant la nuit ! La transition et la renverse des prochaines heures pourront en être l’occasion. »

Jean-Baptiste Bernaz, co-skipper de TPM-Coych : « On prend un bon départ mais en vitesse, ce n’était pas terrible. On s’est remis dans le jeu et on a rasé les cailloux en arrivant au cap. Dans les prochaines heures, il va falloir négocier le courant et le renforcement du vent. On se prépare pour une nuit d’enfer. »

____________________________________________
Classement général provisoire après 13 courses :

  1. GROUPAMA 34, CAMMAS Franck    467 pts – Spi Bleu
  2. BRETAGNE CREDIT MUTUEL ELITE, TROUSSEL Nicolas    430 pts
  3. COURRIER DUNKERQUE 3, SOUBEN Daniel    422 pts
  4. TEAM OMANSAIL, POULIGNY Cédric    418 pts
  5. SODEBO, COVILLE Thomas    399,5 pts
  6. VILLE DE GENEVE – CARREFOUR ADDICTIONS, METTRAUX Elodie-Jane et GROUX Nicolas    372 pts
  7. TOULON PROVENCE MEDITERRANEE – COYCH, BERNAZ Jean-Baptiste    362 pts
  8. NANTES – SAINT NAZAIRE – E.LECLERC, DOUGUET Corentin    357 pts
  9. NORMANDIE, CHOQUENET Baptiste    323 pts
  10. ISKAREEN, DITTMERS Christiane et BRUHNS Sönke    320 pts
  11. MARTINIQUE – BE.BRUSSELS, WOLTERS Delphine et  MOURES Matthieu    292 pts
  12. BIENNE – VOILE – SRS,  PETER Luzius et KUNZ François     283 pts

Classement au large provisoire après 3 courses :

  1. GROUPAMA 34, CAMMAS Franck    221 pts
  2. BRETAGNE CREDIT MUTUEL ELITE, TROUSSEL Nicolas    215 pts – Spi Vert
  3. TEAM OMANSAIL, POULIGNY Cédric    202 pts (…)

Classement technique provisoire après 10 courses :

  1. GROUPAMA 34, CAMMAS Franck    246 pts
  2. COURRIER DUNKERQUE 3, SOUBEN Daniel    224 pts – Spi Rouge
  3. SODEBO, COVILLE Thomas    218 pts (…)

Classement amateur provisoire après 13 courses :

  1. NORMANDIE, CHOQUENET Baptiste    323 pts – Spi Rose
  2. ISKAREEN, DITTMERS Christiane et BRUHNS Sönke    320 pts
  3. MARTINIQUE – BE.BRUSSELS, WOLTERS Delphine et  MOURES Matthieu    292 pts
  4. BIENNE – VOILE – SRS,  PETER Luzius et KUNZ François     283 pts

Crédit Photo : JEAN-MARIE LIOT / ASO

Tags sur NauticNews: Tour de France à la voile, TFV

– CP –

Tags (étiquettes) :

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

dix-neuf − 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.