NauticNews Logo

America’s Cup : Les Français s’imposent face aux Anglais !

Fin de la première phase de qualifications et tout est encore possible pour Groupama Team France.

Lors de cette troisième journée des Louis Vuitton America’s Cup Qualifiers, Groupama Team France barré par Franck Cammas a une fois de plus ouvert le bal, cette fois face aux Britanniques de Land Rover BAR menés par le quadruple champion olympique Ben Ainslie, avant de rencontrer les Japonais dans la troisième et dernière régate du jour. Dans un vent de 15-17 nœuds, l’équipe de France a effectué une course phénoménale contre les Britanniques, s’imposant magistralement, avant de s’incliner face à SoftBank Team Japan. Après trois jours de course, les Français ont déjà rencontré leurs cinq adversaires, et attaqueront mardi 30 mai le second Round Robin à égalité de points des Suédois et des Japonais. Tout reste encore possible.

Round Robin 1 – Course 13
Groupama Team France vs Land Rover BAR
Lieu : Great sound à Hamilton (Bermudes)
Parcours de 20 minutes avec deux allers et retours près portant.
Météo : beau temps, vent d’Ouest Sud Ouest 15-17nœuds, mer plate.

Décomplexés par leur grande performance dimanche face aux Suédois d’Artemis Racing, seul challenger à avoir battu le defender Oracle à ce jour, Groupama Team France est très attendu face aux Anglais qui, faut-il le rappeler, possèdent deux points de bonification après leur victoire dans les Louis Vuitton America’s Cup World Series (épreuves préliminaires de 2015 et 2016).

Malmenés au départ par Ben Ainslie très agressif et qui vient bloquer le bateau français pour s’envoler en tête à 40 nœuds, Franck Cammas et ses équipiers partent distancés, mais grâce à une très bonne vitesse restent dans le match et franchissent la première marque 15 secondes derrière. Au portant, Groupama Team France reste au contact. Mais c’est au près que le bateau français réussit un coup magistral. Manœuvrant de mieux en mieux, Franck Cammas et ses hommes jouent parfaitement les risées, et surtout abordent la marque tribord amures et donc prioritaires, passant « sur le corps » des Anglais qui ont dû effectuer deux virements. Le bord de portant est très engagé mais les Français conservent le leadership pour 10 secondes.

Manifestement tendu, Ben Ainslie manque deux virements de bord contrairement à Franck Cammas impérial ; Groupama Team France s’envole et passe l’avant dernière marque avec 53 secondes d’avance. Groupama Team France file à plus de 37 nœuds vers la bouée sous le vent et avec un excellent ratio soit 95,5 % du temps en vol. Le dernier empannage est parfait, confirmant les incroyables progrès réalisés ces derniers jours par l’équipe de France. Le bord de reaching (vent de travers) est une formalité. Groupama Team France s’impose avec 53 secondes d’avance. Énorme !

Round Robin 1 – Course 15
Groupama Team France vs SoftBank Team Japan
Lieu : Great sound à Hamilton (Bermudes)
Parcours de 20 minutes avec deux allers et retours près portant.
Météo : beau temps, vent d’Ouest Sud Ouest 15 nœuds, mer belle.

Trente minutes seulement après leur superbe victoire face aux Anglais, Groupama Team France semble parfaitement placé avant le départ, mais le vent plus à droite oblige le bateau tricolore à lofer pour resserrer l’écart avec les Japonais qui partent lancés avec un angle plus favorable même si les deux foilers coupent la ligne en même temps. Rapides, les Français restent au contact à la première marque, mais balbutient un empannage et voient Dean Barker et ses hommes s’envoler dans une bonne risée. Groupama Team France n’a pas d’autre choix que de suivre les Japonais en allant vers les boundaries (extrémités du plan d’eau) et perdent du temps, la dure loi du match racing avantageant souvent le leader dans ce type de vent régulier. Lors du bord de près, Groupama Team France semble avoir un souci d’accumulation d’énergie, indispensable pour faire fonctionner les foils à plein régime. Si l’équipage n’est pas en cause et ne lâche rien, il semble que les systèmes hydrauliques ne répondent plus assez rapidement, ce qui sur ces engins est rédhibitoire. L’écart ne cesse de s’accroître dans ces conditions, et le bateau nippon battu deux fois hier, l’emporte avec 2 minutes 34 secondes d’avance.

Le fait du jour : Alors qu’ils avaient course gagnée (Course 14), les Suédois ont écopé d’une pénalité dans le dernier bord. Devant ralentir jusqu’à l’extinction du gyrophare, ils ont vu les Néozélandais les doubler juste sur la ligne !

Ils ont dit :

Franck Cammas, skipper barreur : « Aujourd’hui, nous avons effectué deux manches. La première contre les Anglais que nous avons battus ce qui est très satisfaisant car c’est un team très performant. On sait qu’il y a toujours une confrontation sympa entre les Français et les Anglais alors pouvoir les battre, c’est toujours très particulier pour nous. On a vu que le bateau était rapide en remontant face au vent, ce qui est très positif dans ces conditions.
Sur la deuxième manche, le vent est monté et c’était physiquement difficile pour nous de tenir le bateau. Nous avons fait quelques erreurs et il était donc compliqué de remonter la pente car nous perdions de plus en plus d’énergie et nous savons que nous sommes toujours limités en termes d’énergie humaine pour contrôler le bateau. Tout s’est mal goupillé sur cette course.
Mais ce qui est certain, c’est que nous n’aurions pas pu naviguer comme ça il y a encore quelques semaines.
Nous sommes satisfaits à l’issue de cette première partie de qualification. C’est très positif de finir avec deux points après ce premier Round Robin, à égalité avec deux autres équipes ! »

Bertrand Pacé, coach : « Hier et aujourd’hui, on a plutôt bien navigué. On va assez vite et on a bien utilisé le bateau. On a gagné contre les Suédois et les Anglais proprement, en revenant sur eux et en les dépassant sur nos qualités, pas sur des erreurs de leur part. C’est très positif. Nous avions opté pour les foils « all purpose » (tous temps) et ça a été je crois un bon choix. Contre les Japonais, nous avons manqué de puissance sur l’hydraulique dès la mi-course, et avec les systèmes de vol, ça ne pardonne pas. Dès qu’on franchit un stade, on manque clairement de puissance, ce qui explique l’écart avec les Japonais à l’arrivée. Il nous reste du travail, mais c’est satisfaisant de constater que nous sommes dans le match. »

Crédit Photo : Eloi Stichelbaut

Tags sur NauticNews : America’s Cup, AC45, Groupama Team France
– CP –

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

16 + deux =