NauticNews Logo

THE BRIDGE : Le retour du Queen Mary 2 à Saint-Nazaire lance les festivités du Centenaire

Ce samedi, après une navigation au large des côtes bretonnes qui a offert un superbe spectacle, l’arrivée du Queen Mary 2 sur les eaux qui l’ont vu naître a tenu toutes ses promesses. Vers 16h, l’immense silhouette aux lignes élégantes et reconnaissables entre toutes du célèbre et prestigieux paquebot, celui de tous les superlatifs, a fait son apparition à l’horizon, au large de Saint-Nazaire. Sur l’eau, l’accueil sincère et chaleureux réservé par les Sauveteurs de la SNSM, symboles de la légendaire solidarité des gens de mer, donne alors toute la mesure de THE BRIDGE, cet événement empreint d’une forte charge historique, qui prend aujourd’hui toute sa dimension maritime. Le public est au rendez-vous pour saluer ce fleuron de la compagnie Cunard, qui fait la fierté de tout un territoire, dont l’histoire, la culture et l’économie sont intimement liées à la construction navale.

Il est 9h, ce samedi matin. Le Queen Mary 2, à bord duquel ont embarqué, la veille à Cherbourg, plus de 2000 passagers, est rejoint par un cortège dont les rangs se densifient à mesure qu’il progresse vers Saint-Nazaire, son port d’origine qu’il a quitté en janvier 2004. L’Armada du Centenaire, composée du transport de chalands de débarquement Arlington (États-Unis), ainsi que des frégates Primauguet (France), Richmond (Royaume-Uni), St John’s (Canada) et Lubeck (Allemagne) est la première à converger vers le célèbre « liner », qui braque tout au long de la journée les projecteurs dans son sillage royal. Au large de Lorient, alors que le géant d’acier de 345 mètres de long et 60 mètres de haut croise au plus près de la côte, dans les « courreaux » de Groix, des voiliers, des vedettes et des embarcations de tout type et de toute taille se mêlent à leur tour à cette grande fête maritime, imaginée pour célébrer le Centenaire du débarquement des premiers soldats américains, qui ont contribué, en juin 1917, à faire triompher la paix au terme de la Première Guerre mondiale.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, le Queen Mary 2 poursuit sa progression vers son berceau de construction. La magie, elle, continue d’opérer en lever de rideau de ce Centenaire et des nombreuses festivités au programme de la soirée qui restera marquée au fer rouge dans la mémoire collective. Dès demain, THE BRIDGE se poursuivra de plus belle avec le départ de la Transat du Centenaire.

À 19h, le Queen Mary 2 et quatre trimarans Ultimes – Sodebo Ultim’ (Thomas Coville), Macif (François Gabart), Actual (Yves Le Blévec) et Francis Joyon (IDEC SPORT) – prendront, au large du pont de Saint Nazaire, le départ de la Transat du Centenaire, point d’orgue de THE BRIDGE. Au coup de canon qui raisonnera en signe de fraternité, le plus prestigieux paquebot du monde et les quatre voiliers les plus rapides de la planète s’élanceront en direction de New York sur les traces retour de ce débarquement américain de juin 1917. Tout un symbole. Grand spectacle et émotions fortes garantis !

Ils ont dit

Joseph Zimet, directeur général de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale : « THE BRIDGE représente un projet clé pour commémorer l’entrée en guerre des États-Unis et le souvenir laissé par les Américains dans les ports de la façade Atlantique, il y a un siècle en France. Un grand projet comme THE BRIDGE participe à une dynamique d’ouverture. Il permet de montrer que les commémorations ne consistent pas seulement à regarder dans le rétroviseur, vers le passé en rendant hommage à ceux qui sont venus combattre. Il s’agit aussi de porter des messages plus contemporains sur l’engagement, les liens d’amitié qui perdurent un siècle plus tard. La Grande Guerre n’est pas l’épisode le plus connu de la longue amitié franco-américaine, mais elle est un événement marquant qui a laissé des traces ; et c’est cet héritage que célèbrent ensemble la Mission du Centenaire et THE BRIDGE, en rendant hommage à tous les liens qui se sont créés avec la ville, la population et le territoire de Saint-Nazaire. Il est très important que les Français redécouvrent la richesse de cet héritage, de cette empreinte, toutes ces traces laissées par les Américains. Cela crée le socle pour que nos deux pays puissent fortifier cet héritage. »

Yves Le Blévec (Actual) : « THE BRIDGE constitue bien plus qu’une compétition à la voile, qui tombe très bien dans notre programme de préparation dans la perspective d’une course autour du monde en solitaire en 2019 avec le collectif Ultim’. C’est un véritable événement qui comme son nom l’indique génère beaucoup de ponts et de passerelles entre des mondes différents : le basket, le jazz, la voile… Mais aussi entre nous sportifs, et ceux qui nous soutiennent, notamment les sponsors. Pour la première fois, ils vont nous suivre et vont, eux aussi, traverser l’Atlantique. Aujourd’hui, j’ai la chance de vivre, à bord du Queen Mary 2, son retour à Saint-Nazaire et c’est extraordinaire de doubler comme ça Groix, Belle-Île, Houat, dans le cadre d’un événement qui passionne et marque autant de gens. »

Dernière minute : un équipage de cinq hommes à bord d’IDEC SPORT
Sébastien Audigane, membre du Team IDEC SPORT, détenteur du Trophée Jules Verne, doit, pour raisons personnelles, et la mort dans l’âme, renoncer à THE BRIDGE. Il ne sera pas remplacé, et c’est donc avec un équipage réduit à cinq hommes qu’IDEC SPORT, mené par Francis Joyon, prendra le départ demain, devant Saint-Nazaire, de la Transat du Centenaire.

Crédit Photo : Thierry Martinez

Tag sur NauticNews : THE BRIDGE

– CP –

Tags (étiquettes) :

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

un × trois =