NauticNews Logo

La Solitaire URGO Le Figaro : Un final à suspense

Qui va gagner la première étape de la 49e Solitaire URGO Le Figaro ? A quelques heures de l’arrivée en Baie de Saint-Brieuc, prévue après minuit, le suspense bat son plein, avec une course totalement relancée après le passage mercredi matin de la Grande-Basse de Portsall, théâtre d’un regroupement général. Sur un parcours finalement raccourci à 475 milles, la quasi-totalité de la flotte encore en course se tient jeudi après-midi en moins de 2 milles le long des côtes bretonnes, laissant augurer de nouveaux rebondissements jusqu’à la ligne à Saint-Quay-Portrieux, terme de cette incroyable étape.

Alan Roberts à Pullar Sud, Corentin Douguet à Wolf Rock, Charlie Dalin jeudi matin à la Grande-Basse de Portsall, la liste des leaders successifs aux trois marques de passage de la première étape de La Solitaire URGO Le Figaro entre Le Havre et la Baie de Saint-Brieuc illustre à elle seule l’incertitude d’une course qui, de coups de vent en zones de molle en passant par des transitions et des renverses de marée, aura été un enchaînement de rebondissements et de coups de théâtre. Mardi après-midi, en franchissant en tête le phare de Wolf Rock, Corentin Douguet (NF Habitat) et Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance) pensaient pouvoir creuser un écart décisif sur le reste de la flotte, malheureusement pour eux, la descente dans la nuit vers la Grande-Basse de Portsall dans un vent capricieux et évanescent a provoqué un inattendu renversement de situation qui a sauvé la mise à quelques ténors qui croyaient la partie perdue avant d’arriver à Wolf Rock.

« J’ai le sentiment de revenir d’un peu loin après mon erreur de la nuit dernière où, à un moment, j’avais, je pense, une dizaine de milles de retard, voire plus, sur les premiers, je pensais alors vraiment que la Solitaire était bâchée », reconnaîtra à la vacation matinale Charlie Dalin (Skipper 2015), un temps décroché et finalement… premier à passer Portsall avec dans son sillage la quasi-totalité de la flotte, seuls Cécille Laguette (Éclisse), Joan Mulloy (Taste the Atlantic-A seafood journey), Pierre-Louis Atwell (Laboratoires Mayoly Spindler-MSD France) et Nathalie Criou (Richmond Yacht Club Foundation) étant alors distancés. Face à la marée descendante et dans un vent d’ouest-nord-ouest au début bien mou à l’ouest de la Bretagne, il était alors temps de mettre le cap directement vers la ligne d’arrivée située à Saint-Quay-Portrieux, la direction de course ayant envoyé le pavillon O à Portsall, supprimant de facto toutes les marques de passage du parcours initial (dont celle de Guernesey).

A ce jeu-là, certains décidaient de raser les côtes finistériennes pour s’abriter du courant contraire, quelques valeureux (Vincent Biarnès, Damien Cloarec, Sébastien Petithuguenin) se lançaient dans une option osée au large qui ne sourira qu’au premier, parvenu à revenir au contact de la tête. A la côte, c’est Thierry Chabagny (Gédimat), jusqu’alors pas très heureux dans ses choix stratégiques, qui parvenait à tirer son épingle du jeu, talonné par un Anthony Marchand (Groupe Royer-Secours Populaire) quasiment dans tous les bons coups depuis le départ du Havre et par les deux skippers Macif, Martin Le Pape et Charlie Dalin, donnés pour perdus la veille. A 16h, avec l’île de Batz dans leur viseur et après plus de trois jours de mer, ils étaient 15 dans le même mille, 24 sur 29 en 2 milles, soit quasiment autant de vainqueurs d’étape potentiels ! Impossible dans ces conditions de jouer son quinté dans l’ordre ou dans le désordre, même si la fin de parcours faisait a priori la part belle aux purs Figaristes, car s’apparentant à un ultime speed-test sous spi.

« Jusqu’au début d’après-midi, le vent de nord-ouest a eu du mal à rentrer, il s’est finalement peu à peu établi et va être consistant en force, de l’ordre de 15-20 nœuds, jusqu’à l’arrivée, passant au nord-nord-ouest en arrivant en Baie de Saint-Brieuc. Dans ces conditions, cette dernière portion de course s’annonce comme une course de vitesse au portant, il y aura moins de tactique », confirme Cyrille Duchesne (Météo Consult), le prévisionniste météo de La Solitaire URGO Le Figaro. Les Charlie Dalin, Sébastien Simon, Anthony Marchand et autres, souvent les plus à l’aise dans l’exercice, vont-ils parvenir à ce jeu-là à mettre tout le monde d’accord en Baie de Saint-Brieuc ? Fin du suspense dans la nuit costarmoricaine…

Le Top 10 à 16h15 :
1. Thierry Chabagny (Gédimat) à 62.7 milles de l’arrivée 2. Anthony Marchand (Groupe Royer-Secours Populaire) à 0.0 mille du leader
3. Charlie Dalin (Skipper Macif 2015) à 0.2 mille
4. Martin Le Pape (Skipper Macif 2017) à 0.2 mille
5. Hugu Brayshaw (Kamat) à 0.3 mille
6. Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance) à 0.4 mille
7. Alan Roberts (Seacat Services) à 0.4 mille
8. Pierre Leboucher (Guyot Environnement) à 0.5 mille
9. Xavier Macaire (Groupe SNEF) à 0.5 mille
10. Corentin Douguet (NF Habitat) à 0.5 mille
11.
18. Thomas Cardrin (Team Vendée Formation), premier bizuth, à 0.9 mille

Crédit Photo : A. Courcoux
Tags sur NauticNews : La Solitaire URGO Le Figaro
– CP –

Tags (étiquettes) :

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

treize − 3 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.