NauticNews Logo

Transat New York – Vendée : Arrivé en quatrième position, Paul Meilhat : « Je suis à ma place »

SAILING - NEW YORK - VENDEE 2016

« J’ai la sensation que je sais des choses, que je suis transformé. J’ai l’impression d’être à ma place ». Paul Meilhat a franchi la ligne d’arrivée aux Sables d’Olonne ce jeudi matin à 09h59 min et 27 sec (heure locale). Le skipper de SMA prend la quatrième place de la Transat New York – Vendée après 10 jours, 12 heures et 19 minutes de course. Avec ce joli coup double sur ses deux transatlantiques disputées en l’espace d’un mois (lire aussi Transat AG2R – LA MONDIALE : Safran-Guy Cotten (Gwénolé Gahinet et Paul Meilhat) premier à Saint-Barthélemy), un bateau en parfait état et les poches pleines de nouvelles expériences, seul à bord de son 60 pieds, Paul a fait davantage que remplir sa mission.

Escorté depuis le petit matin par son équipe et plusieurs dizaines d’embarcations à moteur, le monocoque bleu et blanc s’est glissé sur la ligne d’arrivée à la marque de Nouch Sud juste avant 10 heures, dans un vent évanescent et sous un soleil parfaitement estival. Le bateau a ensuite embouqué le chenal des Sables d’Olonne, comme un symbole.

Cette transat New York-Vendée clôt un chapitre important de la préparation de Paul Meilhat pour le tour du monde en solitaire. Et la satisfaction est immense. Dans l’euphorie matinale, sa parole est claire, le débit rapide, les mots expulsés en un flot puissant pour exprimer sa plénitude : « J’ai l’impression d’être à ma place en fait. De ne pas m’être pris pour quelqu’un que je ne suis pas encore. Et c’est bien. Il ne faut pas être trop gourmand tout de suite. J’ai juste le sentiment que j’apprends et que j’apprends bien. Deux fois 4e sur mes deux dernières transats, c’est parfait. J’en suis là et si je travaille bien, je pourrais faire mieux encore. J’ai pris conscience qu’être bon de A à Z sur ces bateaux-là en transat, c’est super dur. J’ai découvert. Naviguer au portant, empanner dans 7 mètres de creux et 45 noeuds de vent, ce sont des choses que l’on ne fait jamais à l’entraînement. J’ai réussi à le faire, j’ai navigué en bon marin et je suis heureux de ça. Maintenant il va falloir que je développe mes points forts et que je travaille le reste. L’expérience va venir. Elle est déjà là. C’est incroyable quand on y pense. En l’espace de 6 mois, j’ai pratiquement fait 4 transats, dont 2 et demi en solo. Maintenant, je SAIS. Cela m’a un peu transformé. Je suis cuit, à bout de force. Mais je suis content. On a vécu tellement de choses dures cet hiver et maintenant tout va bien. Le bateau est en forme, on va avoir du temps pour tout développer, pour s’entraîner, sans stress. J’avais besoin de cela. »

Statistiques de course pour Paul Meilhat:
Temps de course : 10 jours 12 heures et 19 minutes
Ecart au premier (Jérémie Beyou) : 19 h 21 mn et 35 sec
Parcours théorique : 3129,20 milles
Distance réellement parcourue par SMA : 3681,71 milles
Vitesse moyenne : 14,59 nœuds

Tags sur NauticNews : Transat New York-Vendée, IMOCA 60, Paul Meilhat

– CP –

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

dix-sept − 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.