NauticNews Logo

Transat 6.50: Pari gagné pour Olivier Cusin

Energies.jpg

11/2007 –

une transat 100 % « propre »

Olivier Cusin est arrivé vendredi 26 octobre 2007, au petit jour, dans la Baie de tous les Saints. Moment de délivrance, fin d’une belle mais difficile aventure. « J’en ai bavé !… », lâche-t-il. Mais son pari, engagé avec Energies Autour du Monde, est gagné : il est arrivé au bout de sa transatlantique, « proprement », sans émettre un gramme de CO2.

Au terme de ses 19 jours et 15 heures de course en solitaire entre Madère et Salvador de Bahia, Olivier s’avouait heureux d’en finir. A chaud, quelques heures après son arrivée, l’émotion est encore palpable : « je suis très content de l’avoir fait… mais c’est un truc de dingue ! C’était particulièrement difficile et long cette année. Et je ne suis pas le seul à le dire ! Le pot au noir a été très virulent. Quand tu avais parcouru 20 milles (37 km, ndr) dans la journée tu étais content ! Et puis, c’est dur de rester dans le match lorsque l’on n’a pas d’informations sur la course. »

Difficile mais très belle course

Trois semaines de mer, seul, ça use le moral. Trois jours et trois nuits à mijoter dans la marmite du pot au noir, ça mine. Enfin, sans radio ni classement tout du long des quatre derniers jours d’approche des cotes brésiliennes, ça sème le doute.

Il faudra un peu de temps pour que les bons souvenirs remontent à la surface : les nuits magiques à glisser sous la lune, les inoubliables rencontres avec une baleine, une tortue, l’arrivée sur Bahia… le sentiment de vivre des instants uniques.

Pourtant, Olivier a réussi une très belle course : 8e de la première étape, 16e à Salvador, il ne devrait pas être très loin du « top ten » au classement général. Pour une première, avec un petit budget et sans prétentions aucunes, chapeau l’artiste !

La pile à combustible a fait ses preuves

Tout au long des ces 4 200 milles (7 780 km) de mer en autonomie, la pile à combustible embarquée à bord du 6,50 Energies Autour du Monde a fonctionné sans faille : « elle a tourné toutes les nuits sans aucun soucis. Je me servais des panneaux solaires le jour et de la pile la nuit. Les batteries ont toujours été bien chargées, et pourtant j’étais très souvent sous pilote automatique, qui est un gros consommateur d’énergie. L’association de cette pile à combustible avec des panneaux solaire a largement suffit. »

Olivier a effectué de nombreuses mesures afin que les ingénieurs de Cervin EnR puissent perfectionner encore ce nouveau système de pile à combustible, mais le concept vient bel et bien de faire ses preuves.

Olivier à terre, Yannick dans les starts…

Alors qu’Olivier va déguster quelques moments de repos bien mérités, Yannick Bestaven et son co-skipper Ronan Guérin sont dans les starting-blocks, au Havre, pour prendre samedi 3 novembre prochain le départ de la Transat Jacques Vabre à bord du 60 pieds Cervin EnR. « Je pense bien à eux, et leur souhaite une très belle course !… Je serais peut-être encore à Bahia pour les accueillir à leur arrivée ! » précise Olivier.

Pari gagné, et ce n’est qu’un début

Energies Autour du Monde a parfaitement réussi son approche novatrice et responsable de la course au large. Plus qu’un parrainage, Energies Autour du Monde et Cervin EnR s’engagent techniquement sur un accompagnement durable. Durable pour tous, puisqu’en toile de fond, les sources d’énergies propres testées à bord de ces voiliers de course, seront adaptées plus tard à un usage grand public. « Un gros bravo à toute l’équipe d’Energies Autour du Monde pour avoir mis en place un tel partenariat, basé sur le développement d’énergies propres », conclut Olivier.

– CP –

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

seize + 13 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.