NauticNews

Philippe Mourniac : Le navigateur multicartes

Philippe_Mourniac_abord_All4one_par_FSocha.jpg

03/2010 –

NauticNews.com a rencontré Philippe Mourniac, un marin au cœur de l’actualité. Ayant participé à 3 Coupes de l’America, le navigateur français est à la base un spécialiste du Tornado avec lequel il a effectué 2 préparations olympiques, en 1996 et 2000. Il s’est aussi essayé aux multicoques de 60 pieds jusqu’en 2002. L’année suivante, il participe avec Areva à la Coupe de l’America disputée en Nouvelle-Zélande, puis avec Team Germany à celle de Valence en 2007. Navigateur, il est chargé de situer le bateau sur le parcours, notamment au niveau des Laylines. Il a également pour mission de veiller au 18ème homme embarqué à bord comme ce fût notre cas à Nice à bord de l’équipe franco-allemande All4One [voir notre article]. Alors que la 33ème Coupe de l’America s’est enfin courue, et ce sur des multicoques, NauticNews.com a eu envie de questionner ce marin polyvalent écumant les régates depuis pratiquement 40 ans. Juste avant son départ pour Auckland, il nous a livré son éclairage sur le Louis Vuitton Trophy, l’America’s Cup, les nouveaux MOD 70’, la nouvelle classe de trimarans conçus par VPLP [voir notre article] ainsi que sur la disparition des catamarans aux Jeux Olympiques.

NauticNews.com : Tu pars pour le Louis Vuitton Trophy d’Auckland. Qu’as-tu pensé de l’édition de Nice ?

Philippe Mourniac : Le concept général est intéressant. Il a vraiment séduit les navigants. C’est une autre démarche que celle de l’America’s Cup, où il n’y pas de développement et les bateaux, quasiment identiques, sont fournis par l’organisation. Notre seul souci c’est de naviguer.

NN. : Justement au niveau de la navigation, Auckland ça donne quoi ?

P.M. : Le chenal où l’on va courir est cerné de côtes. Le vent y est plutôt stable et il faut faire avec un courant fort, véritable tapis roulant. On va avoir des petits parcours, avec de très nombreuses configurations différentes, et aussi de nombreux virements. Dans ces endroits confinés, les régates sont très sportives. Ca va être du vrai Match Racing !

NN. : A l’opposé de la 33ème Coupe de l’America qui a tourné à la course de vitesse ?

P.M. : Sur le plan technologique, c’était sympa de voir naviguer ces 2 bateaux. Ils sont allés jusqu’au bout de la démarche…

NN. : Tu as participé à 3 America’s Cup, toujours en tant que navigant ?

P.M. : Non. En 1992, je faisais partie de l’équipe technique à terre pour Ville de Paris. Et c’est en 2003 que je suis devenu navigateur à bord d’Areva. En 2007, c’était avec l’équipe allemande de Team Germany. C’est comme ça que j’ai rencontré Jochen Schümann, le skipper actuel d’All4One, qui nous avait rejoints avant les problèmes juridiques de la Coupe. C’est lui qui m’a fait venir sur le Louis Vuitton Trophy de Nice.

NN. : Tu as été pendant 6 ans sur le circuit des multicoques de 60 pieds. Tu dois être satisfait du lancement des Multi One Design 70 pieds ?

P.M. : En effet, je suis ça avec attention. Le circuit des MOD 70’ a l’air de susciter pas mal d’intérêt. C’est un projet qui a en tout cas tout pour réussir.

NN. : Ce qui n’est plus le cas du catamaran aux Jeux Olympiques ?

P.M. : La disparition des catas aux JO est une véritable impasse en soi. Ca parait inconcevable même. Le cata est un bateau fun et spectaculaire, et totalement légitime car il représente la majeure partie de la pratique de la voile légère. Ce support qui donnait lieu à de vraies régates doit vraiment redevenir olympique !

NN. : Tu es un sportif de haut niveau, qui doit s’intégrer à de nombreux projets. Ce doit être compliqué de gérer ton calendrier ?

P.M. : Ce n’est pas simple en effet. Certaines compétitions se chevauchent et il faut faire des choix. Cette année, j’ai participé à la Primo Cup en Dragons, c’est vraiment un support sympa avec une flotte très fournie et de belles régates où la tactique et la stratégie sont importantes. Je vais aussi naviguer sur des Farr 30 et faire un peu de Match Racing, en plus du Louis Vuitton Trophy.

NN. : Dernière question. Après de si longues années sur l’eau, ton plaisir est toujours au rendez-vous ?

P.M.  Depuis que j’ai commencé à Sainte Maxime, à l’âge de 5/6 ans, je me sens bien sur l’eau. Je navigue beaucoup en étant toujours à la recherche du plaisir. Et comme en plus, la compétition me plaît énormément…

Propos recueillis le 24 février 2010

Tags sur NauticNews.com : Louis Vuitton TrophyCoupe de l’AmericaAll4OneJeux Olympiques

Crédit Photo : Franck Socha

-NG-

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

18 − 16 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.