NauticNews Logo

Transat AG2R – LA MONDIALE : Safran Guy Cotten, Skipper Macif, 30 Corsaires, La Cornouaille, interviews à l’arrivée

Safran-Guy Cotten

Paul Meilhat : « C’était super sympa. Nous avons eu le temps de savourer. Nous avons eu des supers conditions les deux derniers jours, c’était de la glisse. La première fois que j’ai fait la Transat AG2R LA MONDIALE, je suis arrivé de nuit, la deuxième fois, nous avons fait un duel avec Banque Populaire, du coup je n’ai rien vu ! Là, j’ai pris le temps de regarder la côte, c’était magnifique. »

Gwénolé Gahinet : « C’est le rêve ! On y croyait avant de partir, on pensait qu’on pouvait la gagner, mais de là à le faire, vu le niveau qu’il y avait dans la flotte cette année, c’est assez extraordinaire ! Nous sommes contents parce que dès le Cap Finisterre, nous avons réussi à être en tête de flotte. Ça nous a mis en confiance, et après ça s’est déroulé comme dans un rêve… Avec Paul, ça s’est super bien passé, il m’a beaucoup transmis.

Ce fut un beau duel avec Skipper Macif. Ça s’est joué à pas grand-chose. A chaque fois, ce sont des petits décalages, des petites différences de vitesse, mais nous nous sommes bien battus, je pense qu’on la mérite cette victoire ! C’est un résultat inespéré pour ma première grande course en Figaro, et je la dois à l’expérience de Paul. Je suis content qu’il ait accepté de faire cette transat avec moi. Ce sera formateur pour la Solitaire du Figaro dans un mois, merci Paul ! J’ai essayé d’être un bon élève, j’ai fait pas mal d’efforts, j’ai le sentiment d’avoir beaucoup appris. »

Paul Meilhat : « Ça s’est joué aux Canaries ? Nous n’avons jamais douté, nous avons ensemble bien analysé la situation et ce fut la clé de notre réussite, car nous étions dans une démarche constructive et nous avons bossé ensemble dans la confiance. Nous avons toujours été dans les bons coups. Nous avons fait quelques petites erreurs, mais peut-être un peu moins que les autres.

C’est vrai que ce sont les jeunes qui sont partis dans le Sud ! Il faut dire que nous fonctionnons un peu tous pareils dans les analyses météo et les choix stratégiques, comme Generali et Skipper Macif. Les autres, les vieux briscards, ça fait vingt ans qu’ils trustent les podiums, alors maintenant c’est à notre tour. Nous sommes capables de prendre la suite ! »

Gwénolé Gahinet : « Nous avons beaucoup pensé à Guy Cotten, nous lui dédions cette victoire. Un grand merci à notre équipe à Lorient. La préparation fut rapide car nous avons mis le bateau début janvier. »

Skipper Macif

Yoann Richomme : « C’est une belle deuxième place, on aurait bien signé pour ça au départ. Il y avait un super plateau, nous nous sommes battus à fond, mais on a trouvé meilleur que nous. Félicitation à eux, mais nous ne regrettons pas cette belle deuxième place. »

Fabien Delahaye : « Les circonstances de jeu on fait qu’on aurait pu à un moment prétendre à être devant, mais voilà, nous avons bien bagarré avec eux. Ils ont été meilleurs que nous sur des petits placements, et ils ont su toujours garder le Sud par rapport à nous, c’est ce qui a fait la différence. On y croyait à être plus proche de la route directe, mais finalement nous avons été obligés de se recaler au sud, et là nous avons su que premiers ça allait être difficile, et donc qu’il fallait à tout prix conserver la deuxième place. »

Yoann Richomme : « Nous n’étions pas très à l’aise ces derniers jours, surtout la nuit dernière car on voyait le feu de Paul et Gwéno devant et les autres derrière. A douze heures de l’arrivée, c’est quand même spécial. On aurait dit une régate de la Solitaire du Figaro. »

Fabien : « On peut dire que c’est bien une transat en double ! Nous avons pris du plaisir, c’était une belle aventure et belle course. Sportivement, techniquement et stratégiquement, c’était top. Nous ne nous sommes jamais ennuyés. On a joué devant et à chaque pointage, il y avait des surprises, c’est ça qui anime la course.

J’avais gagné en 2010, j’ai fait quatrième à une minute avec Paul sur la précédente édition, faire deuxième aujourd’hui, c’est top. La chaleur a été éprouvante. On a réduit les quarts pour deux choses : le stress, parce que ca revenait pas derrière et parce qu’il faisait très chaud. »

30 Corsaires

Alexia Barrier : « C’était fou, c’était fou cette arrivée avec La Cornouaille ! On l’a pris un peu à la cool au dernier virage et on n’aurait pas du. Mais on s’est dit, il nous suffit d’arriver 1 mètre devant Bilou.

L’option sud s’est décidée assez tôt, avant les Canaries et on a tenu jusqu’au bout cette option, sachant qu’on aurait du mal au classement, mais ça nous était complètement égal. Ce qu’on voulait, c’était récolter à la fin ce qu’on avait semé ».

Laurent : «  Le podium on y pensait au départ comme de l’ordre du possible. La victoire aussi d’ailleurs. Quand on prend des options, on sait qu’en le faisant bien, des choses énormes peuvent arriver ».

Alexia : « On était venu pour ça. On voulait bien faire. On n’était pas venu pour rigoler. Outsider, ça ne veut pas dire figurant. »

Laurent : « Mais ça a été du boulot. Sur notre option, on n’a pas chômé. On n’avait pas de bateau à côté de nous, mais on était à fond. Si on n’avait pas été à fond, on n’aurait pas récolté cette troisième place. En plus, on termine avec très peu de retard sur les premiers. Le bateau était performant, l’équipage au top, on s’est arraché ».

Alexia : « Avant cette course, on avait navigué seulement 48 heures ensemble. J’ai découvert en Laurent un gars fantastique super gentil, bourré de talent. Un plaisir de naviguer avec lui. Tous ceux qui doutaient que ce duo allait fonctionner… voilà la preuve »

Laurent : « Moi je vous dit : elle a beaucoup plus de talent que ce que je croyais ! »

La Cornouaille

Roland Jourdain : « Ça m’a rajeuni de 25 ans cette histoire ! Jusqu’à 2 milles d’ici, j’avais un peu les boules parce qu’en 2006 j’étais à la même place. Mais parce que l’histoire était belle avec Martin, parce que si on nous avait dit à Concarneau qu’on terminerait 4e, on y serait allés tout de suite. Avec 30 Corsaires, nous nous sommes battus comme jamais. Nous ne nous connaissions pas, et nous avons découvert un super adversaire ; il y a vraiment un bel esprit dans cette classe Figaro. Ce sont de belles bagarres sur l’eau dans une belle ambiance. C’est ça la Transat AG2R LA MONDIALE. C’est du sport et des fabuleuses histoires humaines. Le Figaro, c’est comme le vélo, mais parfois pour passer les vitesses, nous avions un peu de mal. Les stars de la classe, ce n’est pas évident de les coller au tableau arrière. On appris autant l’un que l’autre sur la façon de mener un Figaro.»

Martin Le Pape : « Moi je repars demain ! J’ai beaucoup appris. Nous sommes un peu frustrés du résultat, mais quand même très contents. Sur l’eau, tous les jours, on se disait c’est génial ! Les levers et les couchers de soleil… Il y a tellement eu de moments fabuleux. Parfois, on en bavait, mais le lendemain avec 10 mn de glisse au portant, ça faisait tout oublier. Nous avons pensé aux Parisiens qui allaient au bureau à 6 heures du matin. On se disait « on est bien là » ! Nous sommes contents d’être à cette place-là. Pour ma première transat, c’est génial. J’espère que c’est le début d’une longue carrière professionnelle, car j’ai envie de me battre pour réussir dans ce milieu de la course au large. »

Crédit Photo : Alexis Courcoux

Tags sur NauticNews : Transat AG2R – La Mondiale, Transat AG2R

– CP –

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

14 − 6 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.