NauticNews Logo

La Solitaire URGO Le Figaro : Sébastien Simon assure!

Avec cette ultime étape de 24 heures, tout semblait figé ou presque au classement général. Il n’en fut rien avec un one man show de Charlie Dalin, puis d’Anthony Marchand alors que Xavier Macaire s’enferrait dans une voie sans issue. Et ce parcours de 160 milles se ressentait sur les organismes et les bateaux avec avaries et petits bobos. Sébastien Simon remporte donc de quelques minutes seulement cette 49ème édition de La Solitaire URGO Le Figaro, la dernière des Figaro Bénéteau 2 …

Il n’a pas été aux avant-postes comme à son habitude, mais il a assuré sa place de leader au classement général : Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance) aura donc rempli son contrat en gagnant deux étapes (2ème et 3ème) et en s’imposant au classement général avec 16 minutes et 9 secondes d’avance sur son dauphin. Un dauphin percutant lui aussi puisque Anthony Marchand (Groupe Royer-Secours Populaire) s’adjugeait la première et la dernière étape…

Le vainqueur final a tout de même vu le boulet lui frôler les oreilles sur cet ultime parcours de Saint-Gilles Croix-de-Vie vers le pont de l’île de Ré, puis le plateau de Rochebonne pour laisser ensuite l’île d’Yeu à tribord. Petite brise de Nord-Est huit nœuds pour débuter sous spinnaker avant de finir avec une quinzaine de nœuds de Nord-Nord Ouest au louvoyage puis sous spinnaker de nouveau. Notons que Sébastien Simon faisait état d’un abordage (sans conséquence technique) au moment du départ, un choc qui ne lui a pas permis d’être aussi performant qu’à l’accoutumée dès le coup de canon libérateur.

Macaire s’enferre
Avec ces conditions météorologiques annoncées, personne ne se doutait que le podium du classement général pouvait être remis en cause à ce point ! Mais dès la bouée de dégagement, un groupe de huit, puis de six solitaires, se décalait au large quand le peloton suivait la route directe le long des plages de Brétignolles/mer. La sanction était sans appel : Xavier Macaire (Groupe SNEF) avec Pierre Leboucher (Guyot Environnement) et Éric Péron (Finistère Mer Vent), concédait plus de sept milles devant Les Sables d’Olonne ! Un delta impossible à rattraper avec ces conditions relativement stables… La deuxième place au classement général était donc remise en jeu entre Anthony Marchand et Charlie Dalin (Skipper MACIF 2015), séparés de seulement six minutes.

Or Charlie Dalin était le plus prompt à la bouée de dégagement pour envoyer le spinnaker et maintenir son avance jusqu’à la bouée Nord-Ouest de Rochebonne. Ce n’est que lors du louvoyage qu’Anthony Marchand arrivait à le déborder, et par là même, à s’octroyer sa deuxième victoire d’étape. Quant à Thierry Chabagny (Gedimat), sa cinquième place lors de cette ultime manche lui permettait de gagner une marche au classement général en pointant à la quatrième position.

Du brassage à suivre
Mais La Solitaire URGO Le Figaro ne résume pas à un tiercé : il y avait aussi une grosse bataille finale pour les places entre six et douze, avec seulement sept minutes d’écart entre ces huit solitaires. Éric Péron et Pierre Leboucher s’étant éliminés d’eux-mêmes du match, la sixième place revenait au local Benjamin Dutreux (Sateco-Team Vendée Formation) qui terminait avec une fort belle troisième place sur cette ultime manche tandis que la septième place se jouait à couteaux tirés entre Corentin Douguet (NF Habitat) et Pierre Quiroga (Skipper Espoir CEM-CS) qui fêtait ce jour, son anniversaire ! Le jeune méditerranéen ne fut pourtant pas à la fête quand il lui fallut monter dans son mât afin de réparer un hauban défaillant… Mais il achevait tout de même ce parcours pour grimper à la neuvième place de l’étape et à la sixième place au général.

Enfin il ne faudrait pas oublier les « bleus », ces apprentis Figaristes qui ont aussi animé le plan d’eau avec Thomas Cardrin (Team Vendée Formation) qui a impressionné lors des trois précédentes étapes. Ce dernier parcours lui était moins favorable puisqu’il pointait à la 21ème position, alors que Loïs Berrehar (Bretagne CMB Espoir) le devançait de cinq places, et surtout de 11 minutes. Pas suffisant pour détrôner le Vendéen mais son socle fut tout de même ébranlé pour le prix du meilleur bizuth, et Thomas Cardrin s’adjugeait aussi une place dans le « top ten » ! Un résultat remarquable puisque le dernier à intégrer ce corps fut Morgan Lagravière en 2011…

Benjamin Dutreux (Sateco Team Vendée Formation), 3ème de l’étape, 5ème au général.
« Ce qui me donne le moral c’est de bien terminer ma saison après le dématage sur la transat.
L’entrainement qu’on avait fait autour des iles ne nous a pas vraiment servi sur cette petite étape car c’est la seule direction de vent qu’on n’avait pas eu. Par contre l’arrivée de la troisième étape où j’ai bien perdu sur l’atterrissage à Yeu a été instructif. J’ai veillé à bien me positionner à l’intérieur. Ca n’a pas été suffisant pour reprendre la tête mais je m’en tire bien quand même, j’ai pas pris de plomb ! J’ai pas suivi ce qui s’est passé avec Xavier, je suis resté essentiellement à la barre car je connais bien le parcours. Je viens juste d’apprendre sa mauvais option. Beaucoup de fichiers annonçaient qu’il yavait très peu de vent à terre et c’est ça qui les a piégé. C’est mon premier podium, donc je suis très fier,. Maintenant, je sais que ma position, c’est devant, je me pose plus de question, quand je suis largué j’arrive à revenir. J’ai l’impression d’avoir passé un cran. C’est très satisfaisant. Je ne sais pas ce que je vais faire au général. Un top 5 ça me parait jouable. On s’est tous surpassés cette année, Team Vendée est une équipe de jeunes et ce serait une belle récompense.»

Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance), 14ème de l’étape. 1er au classement général.
« J’ai eu une collision au départ, j’ai raté ce moment et c’est parti par devant. J’ai essayé de garder mon calme mais à un moment, j’ai bien cru que c’était perdu en arrivant à l’île d’Yeu. Et puis le vent est revenu fort au portant avec un peu de réussite donc, je le reconnais. Je suis tellement heureux d’avoir gagné cette course, contre des marins fabuleux qui méritent autant que moi la victoire. C’est juste un reve que je n’imaginais jamais se réaliser. C’est la plus belle façon pour moi et mes partenaires de passer à un tout autre projet. Je tourne une page, c’est une case qui est rayée.je m’en vais vers un autre rêve, le Vendée Globe.

J’ai joué à un jeu et ça a marché parce que je crois que l’impact psychologique est important. Avant le départ, je me suis dit que si je ne m’affirmais pas comme leader, je ne le ferais jamais.
A la fin j’ai eu peur, le niveau est très homogène, je suis pas meilleur que les autres. Des fois ça marche, ou pa,s sur de toutes petites choses. C’est un sport mécanique. Je sais pas quoi dire, c’est excellent, c’est génial. Je suis aussi content pour Anthony, il n’est pas passé loin de la victoire. On est à deux partout, cette solitaire était pour nous deux.»

Anthony Marchand (Groupe Royer-Secours Populaire), vainqueur de la 4ème étape, 2ème au classement général
« C’est top ! Surtout de récupérer la deuxième place au classement général. Et creuser un peu d’écart avec ceux qui sont derrière. Je suis hyper content ! Mais je pense la mériter cette deuxième place parce que j’ai toujours été dans les bons coups, je n’ai jamais pris une mauvaise option. Le travail a créé le déclic et ça a payé. Sur cette étape, mon objectif était de finir devant Charlie (Dalin) et Thierry (Chabagny). En fait, on ne sait jamais comment va se goupiller une étape : des fois six minutes, c’est énorme et d’autres fois pas grand-chose… Xavier (Macaire) s’est tué avec son option au large.
Certes c’est une bonne saison, mais il a des courses où on peut mieux faire. Les erreurs m’ont servi : il y a plein de situations où j’étais bien ces deux dernières années, mais je me loupais sur plein de petits détails. J’ai gardé ces images en tête et je n’ai jamais reproduit ces boulettes. Sur cette Solitaire, je n’ai jamais pris cher : j’ai toujours été aux avant-postes. »

Charlie Dalin (Skipper MACIF 2015), 2ème de l’étape, 3ème au classement général
« J’ai pointé en tête un temps sur chacune des étapes mais à chaque fois, il a manqué le petit truc qui fait la différence. Deux podiums d’étape et la troisième place au général, ce n’est pas si mal. La cinquième fois consécutive mais à chaque fois, il y a deux marches de plus sur le podium ! C’est un cycle important dans ma carrière qui se termine : sept Solitaires au compteur. Heureux d’avoir fait ces courses mais heureux aussi de passer en IMOCA. J’ai fait le tour du Figaro, mais je reviendrais un jour, peut-être pas dans les quatre années à venir… C’est vraiment une belle course, il faut anticiper toujours, ne rien lâcher, c’est complet comme support. Je suis content d’avoir fait mes armes sur ce circuit et d’avoir ramené pas mal de résultats finalement. »

Crédit Photo : A.Courcoux
Tags sur NauticNews : La Solitaire URGO Le Figaro, Sébastien Simon
– CP –

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

15 + seize =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.