NauticNews

Jean Le Cam, parrain de Douarnenez 2008

JLCDouarnenez08.jpg

03/2008 –

Entre Jean Le Cam et Douarnenez, il existe plus qu’une connivence : les deux partagent le même goût pour les chemins de traverse, une fidélité certaine aux valeurs de partage et d’amitié, un besoin viscéral de valoriser des projets à taille humaine. Quand on connaît par ailleurs l’intérêt passionné de Jean pour l’histoire de l’architecture navale, l’évolution des techniques au travers des âges, il existe une certaine forme de logique à voir le navigateur de Port-la-Forêt devenir le parrain de cette nouvelle édition des fêtes maritimes de Douarnenez.

« Qui sait si un jour, un voilier comme « l’Hydroptère » ne fera pas le tour du monde à la voile ? Et peut-être que nos jolis monocoques appartiendront déjà au patrimoine… » Pour Jean Le Cam, c’est aussi dans le travail des anciens que l’on puise une part des innovations de demain. Comme il importe aujourd’hui de transmettre ce que l’on sait aux générations futures. D’une certaine manière, c’est une démarche logique qui le conduit à accepter de devenir parrain de Douarnenez 2008. Capable de se passionner sur les détails de la manœuvre de port nécessaire pour entrer le Kruzenshtern dans le port du Rosmeur, de passer des heures pour améliorer la performance d’un appendice de son bateau, d’observer le plan de voilure d’un cotre de Carantec ou de la bisquine cancalaise, le champ de curiosité d’un Jean le Cam va bien au-delà des frontières du petit monde de la course au large. C’est le même qui, fort de son expérience, en solitaire déclare vouloir retourner faire un Vendée Globe, parce que « l’aventure est belle, évidemment… Mais aussi parce que se trouver confronté à une telle concurrence est le challenge le plus passionnant qui soit ! »

Un parcours hors du commun
Triple vainqueur de la Solitaire du Figaro, Champion du Monde FICO 2006, 2ème du Vendée Globe 2004-2005, Jean Le Cam aime à dire que son destin de navigateur s’est sûrement joué dès l’enfance en baie de La Forêt sur un Vaurien qui ressemblait à une périssoire, puis à la barre de Mervent, l’Armagnac familial à bord duquel il a engrangé ses premiers milles de course au large. Ensuite, les choses sont venues comme naturellement : engagé sur la Solitaire de l’Aurore qui deviendrait ensuite la course du Figaro à l’âge de 18 ans à peine révolu, équipier d’Eric Tabarly sur le mythique Pen Duick VI. Mais l’équation Le Cam ne saurait se réduire à ses seuls talents de navigateur : co-fondateur du chantier CDK, une des références en matière de composites, il participe à la conception des Formules 40 à bord desquels il empochera deux titres de Champion du Monde. Animateur de la série Figaro, il s’investira dans la conception du nouveau monotype Figaro Bénéteau 2, comme il oeuvrera pour la sécurité des courses en solitaire. C’est la même démarche qui l’a conduit à mettre en chantier son monocoque de 60’ pour le Vendée Globe 2004 puis le transformer et l’optimiser pour en faire une machine de guerre pour l’édition 2008. A l’instar des anciens qui étaient en recherche permanente de la performance, Jean perpétue d’une certaine manière cette lignée de navigateurs pragmatiques où les plus beaux modèles théoriques ne valent rien tant qu’ils n’ont pas été validés au banc d’essai de la navigation en mer.
Eclectique, curieux, ses formules font souvent mouche et détonnent parfois dans un monde policé où l’on finit parfois par oublier d’être authentique… Au bout du compte, la bande de terre qui sépare le navigateur et l’ancien port sardinier ne pèse pas bien lourd au regard des affinités évidentes qui les lient.

Palmarès en bref :
– 2007 : Transat Jacques Vabre (avec Gildas Morvan), 4ème
– 2007 : Calais Round Britain Race, 3ème
– 2006 : Route du Rhum, 2ème
– 2005 : Transat Jacques Vabre (avec Kito de Pavant), 3ème
– 2004 : Vendée Globe, 2ème
– Triple vainqueur de la Solitaire du Figaro (1994-1996-1999)
– Double Champion du Monde de Formule 40 (1989-1990)

Extraits de la conférence de presse tenue le 28/02/2008 à Douarnenez en présence de Jean Le Cam et Jean-Michel Le Boulanger, Président des fêtes de Douarnenez 2008.

Jean-Michel Le Boulanger, Président de Douarnenez 2008 :
« Trois raisons majeures ont guidé notre envie d’accueillir Jean comme parrain de la fête. D’abord, du fait du caractère profondément maritime de notre ville et des fêtes. De plus, parce que nous n’oublions pas que le patrimoine, c’est avant tout un processus. Les bateaux d’aujourd’hui participeront au patrimoine de demain. Ce n’est peut-être pas un hasard si sur les 115 navires classés monument historique, 40 d’entre eux sont des bateaux de plaisance. Enfin et surtout, parce que pour faire la fête, il faut pouvoir s’entourer de gens sympas. Et de ce point de vue, nous n’avons aucun doute en ce qui concerne Jean. »

Jean Le Cam, parrain de Douarnenez 2008 :
« J’ai plein de bons souvenirs liés à Douarnenez. C’est ici que j’ai gagné mon troisième Figaro en 1999. J’y suis venu en multicoque, en Dragon, en monocoque… Alors, être parrain des fêtes de 2008 est une manière de renouer le lien. D’une certaine manière, ma venue est cohérente : mon bateau, c’est mon outil de travail… Je fais comme les anciens, j’essaye de l’optimiser ! »
Plus d’informations: www.tempsfete-dz.com

Voir aussi notre article: Portrait de Jean Le Cam
Photo:  © RivaCom

– CP –

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

onze − 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.