NauticNews

Transat AG2R: sous la lune exactement…

Financo.jpg

21/04/2008 –

Comme prévu – et cela n’étonnera personne ! – la 9ème Transat AG2R débute de la plus belle manière sur le mode de la régate de contact. Au classement de 5 h, un trio de Figaro Bénéteau joue des coudes et des étraves dans des conditions idéales mais sportives. Financo, Les Mousquetaires et Cercle Vert, grands animateurs du parcours côtier en baie Concarneau progressent au contact et à vue à plus de 12 nœuds. Rajoutez Athéma et voilà le quarté de tête réuni en moins d’un mille dans 25-30 nœuds de vent de Nord-Ouest. Ca mouille et ça va vite. Sous spi, la course a démarré sur un rythme soutenu qui fait le bonheur des navigateurs….

« Les concurrents font route directe, ils ont attaqué bille en tête au reaching. Ils profitent de conditions vraiment sympas, confirme Jean Maurel depuis le bateau organisation. La lune est pleine et ils progressent, en petits paquets, comme en plein jour. Il ne fait pas froid et les skippers sont dessus, croyez- moi ! Il faut les voir essayer de grappiller un peu de vitesse sur chaque vague. Au classement, c’est évidemment encore très groupé. » Argos ne s’y trompe pas non plus et révèle qu’une belle course de vitesse est engagée sur le golfe de Gascogne entre les 26 duos lâchés sur l’eau. Par petits paquets, les uns et les autres sont d’emblée entrés dans le vif d’une grande traversée océanique sur fond d’âpre compétition.

Suzuki Automobiles à fond la caisse

Dans le sillage des leaders légèrement plus à l’Est, une bataille de haute lutte est engagée entre SNEF-Cliptol Sport, Lenze et Suzuki Automobiles, 7ème à 4,5 milles de la tête de flotte. À bord de ce dernier, Thierry Chabagny ne boude pas son plaisir à la vacation du matin : « On attendait des vents assez faibles, un peu de pétole et de la pluie. Et c’est tout le contraire : sous la pleine lune, on progresse à fond la caisse sous spi dans 25-30 nœuds de vent de travers ! Ça mouille et il ne faut pas lâcher la barre. Le bateau fait le sous-marin, mais c’est plutôt sympa. Ça va vite et nous avons pris un peu d’avance sur le timing. On gagne du temps sur les prévisions au cap Finisterre… »

Luisina de retour

Si le gros des troupes progresse très groupé, quelques tandems ont en revanche débuté cette transat sur des routes plus marquées. 47 milles en latérale séparent ainsi Gédimat, parti très à l’Ouest de NIVEA/Athlètes du Monde, lui, franchement décalé à l’Est. L’autre bonne nouvelle de la nuit nous vient de Luisina, fidèle à ses intentions. Eric Drouglazet et Christophe Bouvet, contraints de retourner au port pour réparer leur grand voile déchirée dans les manœuvres avant le coup de canon, sont de retour en course depuis 18h14 hier. Les deux compères affichent 77 milles de retard sur les premiers. Ils sont repartis à fond, efficaces et mentalement dans le match. Mais là encore, cela n’étonnera personne !

Photo: © B.STICHELBAUT/FINANCO

-CP –

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

4 − trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.