NauticNews Logo

Réaction d’Hervé Cléris à l’avarie de Prince de Bretagne

avarie_prince_de_Bretagne.jpg

10/2009 –

Le Trimaran Prince de Bretagne a été victime hier après-midi d’une fortune de mer (voir notre brève). Le flotteur tribord s’étant désolidarisé de la coque centrale. L’équipage de Prince de Bretagne a néanmoins réussi à éviter le pire avec l’aide de la SNSM en ramenant le bateau à Camaret sans se retourner et en préservant le mat. Le skipper Hervé Cléris revient sur l’avarie et livre ses premières réactions.

L’avarie ?
H.C.: On était en navigation. Il y avait de la mer, de la houle avec un vent autour des 15-18 nœuds mais c’était des conditions tout à fait maniables. On a entendu un gros crac qui s’est prolongé pendant environ 10 secondes et l’on a vu le flotteur tribord. qui se désolidarisait des bras. J’ai eu tout de suite le réflexe de lofer et de choquer les voiles sinon, on chavirait n’ayant plus d’appui sous le vent. On a réussi à rester bout au vent en démarrant le moteur pour assurer le mat. Dès que tout était assuré on a lancé un « mayday » qui a été relayé par le Cross. On a été récupéré très près de la côte par la SNSM de Camaret. J’en profite pour remercier toutes les personnes  qui sont intervenues pour nous sortir de ce mauvais pas.

Le remorquage ?
H.C.: Très délicat car il y avait le flotteur qui était simplement retenu par le filet. Il venait cogner dans la coque centrale. Il y avait quand même environ 4 mètres de creux… C’était chaud ! On ne pouvait remorquer qu’à 2 ou 3 nœuds. On a réussi à gérer et surtout on a tout ramené au port de Camaret.

Les causes ?
H.C.: C’est évidemment trop tôt pour le dire. On a réuni l’équipe. On va travailler pour connaître les causes. Le bateau est neuf c’est certain mais l’on avait fait notre qualif (pour la Jacques Vabre) dans des conditions musclées dans le Golfe de Gascogne pour justement tester le bateau. Il n’y a eu aucun signe avant-coureur.

La Transat Jacques Vabre ?
H.C.: Forcément, notre participation n’est pour l’instant plus d’actualité avec ce bateau car il ne s’agit pas juste de recoller les morceaux. Il faut comprendre ce qui s’est passé. Un gros chantier nous attend.

Le moral  ?
H.C.: Ça fait un an qu’on travaille tous d’arrache-pied pour ce projet. On touchait à une  première récompense de ces efforts. C’est très décevant car nous voilà de nouveau en chantier. Mais on va se serrer les coudes. Et puis l’on va faire ce qu’il faut pour revenir.

– CP –

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

1 + 15 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.