NauticNews

Trophée Jules Verne : Avarie pour Groupama 3

Groupama3_TropheeJulesVerne.jpg

14/11/2009 –

Un grand crac vers 13h00 (heure française) ce lundi, mettait fin aux espoirs de Franck Cammas et ses neuf équipiers de battre le record autour du monde de Orange 2 effectué en 2005 (50 j 16h 20′). Une cloison du bras de liaison arrière venait de rendre l’âme dans des conditions musclées puisque le trimaran géant naviguait au débridé à 90° du vent réel dans un flux puissant de Nord-Nord-Est et sur une mer agitée. L’équipage savait qu’il fallait aller vite pour rester dans le bon secteur du front chaud qui les poursuivait afin de descendre avec cette dépression brésilienne vers le cap de Bonne-Espérance. Cette faiblesse du bras de liaison a provoqué aussi une fissure du flotteur au vent et, devant l’importance des dégâts, l’équipage a tout de suite arrêté le bateau et conclut qu’il fallait abandonner cette tentative autour du monde.

Premiers mots.

« On avait passé la nuit à bien naviguer pour rester devant le front et ce matin, Thomas Coville et Bruno Jeanjean qui étaient sur le pont ont entendu un grand « clac » : il y avait une petite fissure entre le bras arrière et le flotteur bâbord. Ça bougeait beaucoup : on s’est arrêté plein vent arrière pour ouvrir la trappe et accéder à l’intérieur. Une partie du collage entre le bras et le flotteur au niveau de la cloison est cassé. La liaison est donc structurellement diminuée d’au moins 50%. Il est impossible de réparer en mer à cause des mouvements. En ce moment, on se fait encore secouer : il y avait 35 noeuds de vent par le travers au moment de l’avarie. Et maintenant, on s’est fait rattraper par le front et il y a 40 noeuds… On a affalé la grand voile et Groupama 3 navigue vent arrière pour éviter les mouvements brusques. On va établir un plan de route pour éviter d’avoir trop de vent et trop de vagues. On fait cap au Sud pour laisser passer la deuxième dépression cette nuit : on repartira demain mardi matin vers Cape Town. On continue les quarts et je travaille avec Stan pour voir ce que nous allons faire par la suite. L’idée est de rentrer ensuite rapidement en France : l’équipage est partant et si nous pouvons partir avant fin janvier, c’est encore jouable pour une nouvelle tentative ! » indiquait Franck Cammas lors d’un contact téléphonique en début d’après-midi.

Détournement vers l’Afrique.

La solution la plus sage est donc de rallier rapidement un port pour estimer plus précisément l’importance de l’avarie et surtout pour éviter que la situation s’aggrave. Cape Town, à environ 1 700 milles des étraves du trimaran géant, s’impose donc comme l’escale technique la plus rapide à atteindre dans des conditions de vent et de mer pas trop mauvais. Il faudra tout de même compter une semaine de navigation à Groupama 3 avant qu’il ne s’amarre, puis réparer avant de remettre cap au Nord vers la France. C’est évidemment une très grosse déception qui affecte les dix hommes embarqués depuis dix jours et demi dans cette aventure planétaire [voir notre article]. Le trimaran avait confirmé ses redoutables performances en alignant une journée à plus de 700 milles lors de sa descente de l’Atlantique Nord et en améliorant sensiblement son propre temps de référence au passage de l’équateur : 5 jours 15 heures 23 minutes ! Au moment de l’avarie, Groupama 3 possédait encore 345 milles d’avance sur Orange 2 (soit plus d’une demi-journée) et progressait à plus de 25 noeuds de moyenne, en route directe vers l’archipel des Kerguelen. Ayant accroché une dépression brésilienne depuis dimanche après un week-end particulièrement lent, Franck Cammas et ses neuf équipiers approchaient à grands pas des Quarantièmes Rugissants.

Plus d’informations : Site de Franck Cammas.

Crédit Photo : Arnaud Pilpré / Studio Zedda

-CP-

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

4 × un =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.