NauticNews Logo

Voile Olympique : L’obsession anglaise de la FFV

Ben Ainslie (GBR) Finn sail melbourne 2010

A 18 mois des Jeux Olympiques de Londres, la Fédération Française de Voile a d’ores et déjà affiché ses ambitions. Ce sera 6 médailles, soit le double de celles obtenues à Pékin. Pour Philippe Gouard, le Directeur Technique National, cet objectif est «ambitieux mais pas prétentieux ». Les athlètes débuteront les sélections lors de la Semaine Olympique Française en avril prochain. Quatre autres épreuves seront déterminantes comme la Sail for Gold Regatta (juin), les Championnats d’Europe (juillet), le Test Event (la répétition des JO en août) et les Mondiaux (décembre). Le comportement de l’athlète devrait compter autant que les résultats sur les 5 épreuves. « Je serai intraitable sur la combativité, sur la capacité d’un coureur à ne rien lâcher, même après une mauvaise manche ou un problème matériel » a prévenu le DTN Philippe Gouard désormais seul décisionnaire.

Ne pas se tromper d’objectif.

Après une belle saison 2010 marquée notamment par une victoire de la France sur la Coupe du Monde [voir notre article], la FFV est donc ambitieuse. Mais tous les moyens pour y parvenir seront-ils mis en place ? Le couac de l’été dernier suite au mauvais résultat du Laser français lors de la Sail for Gold a tout de même laissé des traces. D’autant que très critiqués, Jean-Baptiste Bernaz et Félix Pruvot se sont classés respectivement 7ème et 17ème lors des mondiaux, seulement 15 jours plus tard [voir notre article]. Le peu de moyens que la Fédération accorde à la série la moins chère et la plus développée pourrait être préjudiciable. Heureusement, le N°1 français (8ème coureur mondial) a tout de même de sérieuses chances d’accrocher une médaille olympique. Mais battre les Anglais sur leur mer, semble désormaisêtre le leitmotiv du DTN. « L’Angleterre reste une nation majeure et il s’agit d’être devant, chez elle. Bien sûr, je simplifie le message mais je veux créer une réaction d’orgueil » explique t’il. Les résultats de la 1ère manche de la Coupe du Monde lui donnent raison. Les Britanniques Ben Ainslie, le récent champion du monde de Match Racing, en Finn, et Nick Thompson en Laser, sont pratiquement assurés de la victoire. Mais il ne faudra pas se focaliser que sur eux. En Laser, le champion du monde est Australien et les Néo-zélandais sont très bons. Et comme il n’y a qu’un coureur par nation, l‘Espagnol, le Chilien ou le Croate peuvent également rêver du podium, comme le Français. Alors à trop se concentrer sur un adversaire, on perd parfois de vue l’objectif final. Ainsi au rugby, un certain Bernard Laporte a déjà été victime de son attachement à la rivalité franco-britannique. Le futur ministre a malheureusement réussi lors de 2 coupes du monde, avec une équipe à chaque fois favorite, à perdre à 2 reprises contre les Anglais. Gageons que Philippe Gouard ne connaisse pas de telle mésaventure même si malgré les bons résultats, beaucoup d’incertitudes planent encore sur le camp français.

Tags sur NauticNews.com : Voile OlympiqueJeux OlympiquesFédération Française de VoileLaser

Crédit photo :  Sail Melbourne

-NG-

Tags (étiquettes) :

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

deux × cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.