NauticNews Logo

Vendée Globe: au pays des albatros et des glaçons…

30 minutes. C’est l’écart qui séparait hier soir François Gabart (Macif), le premier à la porte des Aiguilles, d’Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) troisième. Autant dire rien, dans cette course autour du monde longue de 24 000 milles.  Derrière l’Anglais Alex Thomson (Hugo Boss), cinquième, situé ce matin au niveau de la porte,  l’écart continue de se creuser. A 300 milles, Mike Golding (Gamesa), Jean Le Cam (Synerciel) et Dominique Wavre (Mirabaud) piaffent d’impatience d’entrer dans l’océan Indien. Pour eux, ce sera demain matin.

Ils naviguent désormais au pays de l’imaginaire des terriens. Celui des albatros, des lumières teintées de gris, de la mer qui fait le gros dos, des icebergs et des glaçons flottants entre deux eaux. Ils sont venus pour ça les skippers du Vendée Globe. Le Grand Sud, sirène des marins… Au classement de 4 heures TU ce matin, la régate est serrée, Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec 3) en tête devant Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) à 3 milles et François Gabart (Macif) à 14 milles. Sur son Cheminées Poujoulat affûté, Bernard Stamm  reste bien dans le match, l’air de rien… Mais les distances ne veulent finalement pas dire grand chose. Car la tête de flotte s’élance vers la porte Crozet avec une météo exigeante. Les bateaux piquent déjà vers le sud pour contourner un anticyclone. Les coups tactiques, les bonnes manoeuvres au bon moment vont faire la différence. Les 1 000 milles jusqu’à la prochaine porte des glaces vont être passionnants.

Grand écart

Diantre ! Les trois compères (Mike Golding, Jean Le Cam et Dominique Wavre) qui ne se lâchent plus, ne parviennent décidément pas à recoller au quinté de tête. Les longs surfs à 20 nœuds, ce n’est visiblement pas pour eux. Ils se démènent avec un vent plein ouest et une mer formée. En 24 heures, l’écart avec Alex Thomson (Hugo Boss) s’est encore creusé. 300 milles à rattraper. Et 300 milles encore à engranger avant de passer la porte des Aiguilles. L’Espagnol Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered) gamberge toujours avec l’anticyclone qui le colle. Naviguant à une vitesse moyenne d’à peine 8 nœuds, il se situe à 400 milles des plus proches, de devant et de derrière. Arnaud Boissières (Akena Vérandas), quant à lui, doit commencer à s’arracher les cheveux. Il se trouve au cœur de l’anticyclone, et n’a parcouru que 80 milles ces dernières 24 heures ! Tanguy De Lamotte (Initiatives Cœur) dans le sillage d’Arnaud parie sur le glissement de l’anticyclone vers l’est pour lui passer dessous, tandis que Bertrand de Broc (Votre nom autour du monde avec EDM Projets) commence à pousser sa barre, cap à l’est-sud est… Alessandro di Benedetto (Team Plastique) continue avec bonheur son bonhomme de chemin.

La glace menace

Les organismes spécialisés dans les observations par satellite constatent une fois de plus (la deuxième porte des glaces, Crozet a déjà été remontée) une concentration anormale d’icebergs, notamment dans la zone des îles Kerguelen. La direction de course du Vendée Globe a donc prévenu les skippers hier soir qu’une nouvelle porte appelée Amsterdam (40°00S/077°00 E – 40°00 S/084°00 E) devra obligatoirement être passée. Objectif premier : contraindre la flotte à ne pas descendre trop au sud pour sa sécurité.

Le top 5 au classement de 5 heures (4h UTC)

1- Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec 3) à 18 052,4 milles de l’arrivée
2- Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) à 3,7 milles
3- François Gabart (Macif) à 14,2 milles
4- Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) à 89,2 milles
5- Alex Thomson (Hugo Boss) à 189,4 milles

Crédit Photo: F.Gabart/Macif

Tags sur NauticNews: Vendée Globe

– CP –

Tags (étiquettes) :

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

5 × 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.