NauticNews

Transat AG2R – LA MONDIALE : match Nord/Sud

160 milles. C’est la distance qui sépare Corentin Horeau/Michel Desjoyeaux (Bretagne-Crédit Mutuel Performance) à l’extrême nord, de Fabien Delahaye/Yoann Richomme (Skipper Macif) à l’extrême sud. Les stratégies sont radicales pour parcourir les 2400 milles jusqu’à la ligne d’arrivée à Saint-Barth’. Chacun a misé gros, ne sachant pas ce que donnera son option.  Rendez-vous dans une dizaine de jours pour en connaître le résultat. Dix jours de grand suspense à travers l’Atlantique…

Ils ont tranché. Au hachoir. Cette nuit, après le carrefour de La Palma, chacun a choisi son chemin pour rallier Saint-Barth. Des voies diamétralement opposées, qui s’éloignent toutes deux de la route directe. L’absence d’alizés est la cause de ces divergences. Pour rallier les Antilles, les Figaro Bénéteau ont besoin de leur carburant, le vent. La flotte s’est donc divisée en deux groupes à la recherche d’Eole.

Au nord : Bretagne-Crédit Mutuel Performance, avec les plus modérés Made in Midi, Interface Concept et Gedimat, qui semble avoir hésité avant de se lancer dans cette voie septentrionale. Aujourd’hui, elle n’est empruntée que par une minorité de bateaux. Mais ce quatuor est composé de marins aux palmarès longs comme des jours sans vent : des vainqueurs et triples vainqueurs de la Solitaire, du Vendée Globe, des cadors du circuit Figaro…

Au sud, Skipper Macif, radical, montre le chemin, accompagné par 30 Corsaires et le reste de la flotte, plus étalé en longitude. « Il y a autant d’avis que de bateaux quant au dénouement stratégique de l’affaire. C’est la glorieuse incertitude du sport » résumait fort bien Roland Jourdain dans un petit mot envoyé du bord.

60 milles séparent les plus extrêmes partisans de ces deux options. Guadeloupe Grand Large 1, qui a passé la marque des Canaries à 14h24, semble rallier le clan des nordistes. On attend toujours leurs collègues de Guadeloupe 2, encore à 5 milles de La Palma.

Deux logiques incertaines

La logique des nordistes : aller chercher les vents portants en marge de l’anticyclone situé dans l’ouest atlantique. Mais avant cela, ils devront naviguer au près, en bordure d’une dépression (passage d’un front) et traverser une zone de transition entre les deux systèmes. Leur espoir : bénéficier d’un vent plus fort que leur petits camarades pendant les prochaines 36 heures. Leur atout : une route plus courte vers l’arrivée.

Le raisonnement des méridionaux : aller chercher l’alizé qui sévit dans le sud, au dessus du Cap Vert. Leur problématique : un vent plus faible pendant les 36 prochaines heures avec le risque de s’engluer dans une dorsale anticyclonique. Partant du principe que la route la plus courte n’est pas forcément la plus rapide, ils acceptent de rallonger leur trajet de plusieurs centaines de milles par rapport à l’orthodromie (la route directe) pour débouler ensuite au portant.  Fabien Delahaye l’avouait ce matin : « nous avons mis toutes nos cartes sur la table (…) Nous allons parcourir 600 milles de plus, nous devrions passer à 40 milles du Cap Vert… Pendant trois jours, on sera dernier au classement, c’est de l’investissement à long terme ».

Le hasard et la nécessité

« On mise gros », « c’est le coup de poker du jour ». Dans les grandes courses océaniques, il n’est pas rare que les marins soient contraints de parier sur l’avenir. Hier soir, il était nécessaire de prendre une décision stratégique malgré des informations météo hasardeuses à longue échéance. Aujourd’hui, personne ne sait quelle option paiera et ce suspense va durer une bonne dizaine de jours, jusqu’à ce que les bateaux glissent enfin sous spi dans l’alizé.

D’ici là, les classements vont avantager les tandems qui naviguent au plus près de l’orthodromie, à l’image de Made in Midi ou d’Interface Concept, pointé en tête cet après midi au classement de 16 heures.

____________________
Ils ont dit

Kito de Pavant, Made in Midi, joint à la vacation de ce midi :

« La situation météo est assez complexe. On n’a pas beaucoup de vent ; l’idée c’est de retrouver du vent le plus rapidement possible. Il y a deux options : par le Nord-Ouest et par le Sud. Entre les deux, il y a un anticyclone qui se met en place. Il fallait hier soir prendre une décision radicale. Chaque bateau a pris sa trajectoire, on fera les comptes dans une semaine, pour savoir qui a raison. Il faut se sortir de cette zone sans vent, pour trouver du vent et avancer vers les Antilles. On a des informations, on analyse les situations météo, on reçoit des fichiers toutes les 6 heures. Nous avons droit au modèle américain et au modèle européen. Les deux modèles ont tendance à se mettre d’accord. C’est déjà une première analyse. Après, nous faisons tourner des routages, pour simuler les différentes routes possibles sur le parcours. Ça nous permet de visualiser les avantages de chacune des routes. Après on prend la décision. Cette fois, la décision est lourde de conséquence. Depuis hier soir, on se rend compte des options franches. Il y a 100° entre celle de Skipper Macif et celle de Bretagne-Crédit Mutuel Performance. Maintenant, nous sommes lancés, il faut l’assumer jusqu’au bout, car la météo va aussi nous réserver des surprises. Heureusement que l’on ne se laisse pas influencer par les uns et les autres. Il y a un grand nombre de talents sur cette transat. On est tenu d’être autonomes, de prendre des décisions tous seuls. C’est assez rassurant après coup de se rendre compte que Michel, Jean Le Cam, Erwan Tabarly sont plutôt dans la même optique que nous. On comprend aussi pourquoi les autres sont partis au sud. Dans une semaine, il y aura une situation plus classique sur l’Atlantique. Donc, nous en saurons plus sur l’option nord, si elle est gagnante ou pas. Nous serons d’ailleurs peut-être à égalité et ça se jouera peut-être sur les derniers milles ! »

_____________________
CLASSEMENT DU 14/04/2014 A 16H

  1. Made in Midi – Gwenael Gbick – Kito De Pavant
  2. Interface Concept – Jean Le Cam – Gildas Mahé
  3. Bretagne – Crédit Mutuel Performance – Corentin Horeau – Michel Desjoyeaux
  4. Gedimat – Thierry Chabagny – Erwan Tabarly
  5. Scutum – Gérald Veniard – Jeanne Grégoire
  6. Generali – Nicolas Lunven – Eric Peron
  7. La Cornouaille – Roland Jourdain – Martin Le Pape
  8. Safran – Guy Cotten – Gwenolé Gahinet – Paul Meilhat
  9. Entreprendre en Cornouaille – Simon Troel – Ronan Treussart
  10. Skipper Macif – Fabien Delahaye – Yoann Richomme
  11. 30 Corsaires – Alexia Barrier – Laurent Pellecuer
  12. Lorientreprendre – Yannig Livory – Guillaume Farsy
  13. Guadeloupe Grand Large 1 – Mathieu Forbin – Arthur Prat
  14. Guadeloupe Grand Large 2 – Nicolas Thomas – Francois Guibourdin

ABD – Cercle Vert – Gildas Morvan – Dalin Charlie

Crédit Photo : Alexis Courcoux

Tags sur NauticNews : Transat AG2R – La Mondiale, Transat AG2R

– CP –

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

quinze − quatre =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.