NauticNews Logo

Début de course perturbé pour la flotte de la Transat New York-Vendée

PRB

Moins de 20 heures après le départ hier de New York, cette journée de lundi a des airs d’hécatombe. Plusieurs acteurs majeurs de la Transat New York-Vendée doivent en effet rebrousser chemin pour réparer leurs bateaux suite à de violents chocs avec des OFNI* (Yann Eliès / Groupe Queguiner, Armel Le Cleac’h / Banque Populaire, Morgan Lagravière / Safran, Pieter Heerema / No Way Back).

Les quatre solitaires ont constaté des dégâts qui les obligent à rejoindre Newport pour apporter les soins nécessaires à leurs 60’ avant de pouvoir revenir dans la course. Jean-Pierre Dick a lui aussi percuté un OFNI. Il a décidé de continuer sa route vers la Vendée sans foil bâbord tout comme Tanguy de Lamotte qui a endommagé sa dérive.

Les annonces se sont enchainées en ce milieu de journée laissant Vincent Riou un peu interloqué de voir une bonne partie de ses adversaires contraints de mettre entre parenthèses la course si rapidement.

Le skipper du monocoque PRB qui occupe la tête de flotte depuis cette nuit sait pourtant combien, dans cette zone, les solitaires sont à la merci des baleines et autres requins pèlerins. « C’est ce qui m’est arrivé il y a huit ans sur The Transat. Un choc avec un requin pèlerin avait endommagé ma quille. J’avais du abandonner. Nous avons encore au moins 200 milles à parcourir avant de pouvoir trouver des eaux moins fréquentées par ces mammifères et poissons. Car ici, nous sommes dans une large zone de reproduction des baleines » expliquait Vincent en apprenant les avaries des uns et des autres.

A la mi-journée, PRB progressait dans du vent de sud pour une vingtaine de nœuds et à une vitesse équivalente sous génois et grand-voile haute.

Vincent résiste aux assauts de Sébastien Josse et son monocoque équipé de foils calés juste dans son tableau arrière (2 milles les séparaient à 16h) et tente de maitriser des conditions changeantes, le brouillard venant même jouer les trouble-fêtes. « Je vois bien Edmond de Rothschild sous mon vent. Nous nous sommes même parlé avec Sébastien Josse. On progresse à 110° du vent. Le vent devrait forcir et adonner dans les heures à venir mais là, le brouillard s’est invité et j’ai perdu 2 à 3 nœuds de vitesse ! » racontait-il en début d’après-midi.

Le leader de la flotte devrait pouvoir passer sous gennaker dans quelques heures. En attendant, il prend le temps d’analyser les fichiers météo qui ont bien évolué depuis hier. « Finalement, la traversée de l’Atlantique devrait être plus tonique que ce qui était prévu depuis 48 heures. Nous allons avoir plus d’air. Nous devrions même avoir une petite cession de baston avec 35 à 40 nœuds de vent » conclut-il avant de retourner régler les voiles de PRB.

*Objet Flottant Non Identifié

Classement à 15h30 HF :

  1. Vincent Riou (PRB) à 2 869,6 milles de l’arrivée
  2. Sébastien Josse (Edmond de Rothschild) à 2,4 milles
  3. Jérémie Beyou (Maitre Coq) à 11,9 milles
  4. Paul Meilhat (SMA) à 12 mille
  5. Alex Thomson (Hugo Boss) à 14,5 milles

Crédit Photo : PRB

Tag sur NauticNews : Transat New York-Vendée, IMOCA 60

– CP –

Tags (étiquettes) :

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

seize − quatre =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.