NauticNews Logo

TJV : L’IMOCA donne la parole aux stratèges météo (#2)

Aujourd’hui, la parole est donnée à Dominic Vittet. Le vainqueur de La Solitaire 1993 conseille depuis 25 ans différentes équipes pour superviser la partie stratégie et météo. Dominic route de nombreux skippers en Figaro, Class 40, sur le Tour de France, la Route du Rhum, la Transat Jacques Vabre ou les grands records. Voici son regard sur la Transat Jacques Vabre en ce jeudi 31 octobre. Retour et précisions sur les deux options ouest et sud.

« Quand les bateaux ont quitté Le Havre dimanche dernier, deux options étaient possibles. Elles n’étaient pas définitives car il y avait beaucoup d’incertitude quant au comportement de la dépression qui se trouvait au large. Sa trajectoire évoluait beaucoup d’un modèle à l’autre. Les duos qui n’avaient pas encore décidé ce qu’ils allaient faire ont dû déterminer à la sortie du golfe de Gascogne si la dépression allait devenir violente ou pas, et si la porte des vents portants qui se dessinait au Sud du Portugal allait bien s’ouvrir. »

Avantages et inconvénients de « l’option Ouest »
« Généralement, quand on descend vers l’équateur et le pot au noir, le décalage Ouest s’avère payant. Il faut accepter de perdre du terrain dans un premier temps, et estimer si le retard accumulé peut par la suite être comblé. Les IMOCA qui sont partis sur cette option 48 heures après le départ (comme Hugo Boss, Maître CoQ, Prysmian Group, Malizia ou Advens) ont estimé que leur investissement dans l’Ouest finirait par être gagnant. On peut noter que deux bateaux neufs (Hugo Boss et Advens) ont pris cette option qui expose à davantage de mauvais temps et de navigation au près. Cette prise de risque est à saluer. Les partisans de l’option Ouest continuent à investir bâbord amure dans des vents forts. Ils espèrent derrière ce coup de vent accrocher au plus vite une bascule à l’Ouest/Nord-Ouest pour lâcher les chevaux tribord amure et aller beaucoup plus vite. »

Avantages et inconvénients de « l’option Sud »
« Les concurrents qui sont partis vers le Sud ont pris une option moins casse-bateau, au portant et plus proche de la route directe, avec pour certains dans la tête la nécessité de finir pour se sélectionner au Vendée Globe. Les IMOCA dans le Sud sont en train de creuser l’écart. Ils accélèrent au portant. Leur avance conséquente devrait s’accentuer jusqu’à demain matin. La zone de calme au passage d’un anticyclone est moins difficile à traverser que prévu. Mais il y a deux inconvénients sur cette route Sud. Le vent n’est pas très bien établi pour descendre vers les Canaries. Il va falloir passer avant la période de calme qui s’annonce pour la fin du week-end. Par ailleurs, les tenants de l’option Sud vont avoir besoin de gagner dans l’Ouest pour passer le pot au noir qui s’annonce très étendu. Ils vont devoir tirer des bords au portant, avec pas mal d’empannages. Dans le même temps, les duos plus à l’Ouest fileront à bonne allure. »

« Verdict dans trois ou quatre jours »
Le groupe de l’ouest pourra-t-il rattraper son retard et passer devant ? C’est la grande question aujourd’hui. On aura la réponse définitive dans trois ou quatre jours, quand les routes vont converger vers le pot au noir. Le jeu reste ouvert et il ne faut pas écrire l’histoire à l’avance. Les IMOCA sont très rapides et les écarts peuvent vite se combler. Si les concurrents de l’Ouest arrivent à attraper la bascule à l’Ouest/Nord-Ouest pas trop tard, ils auront leur chance. Si ce n’est pas le cas, leur retard va devenir rédhibitoire… »

Tags sur NauticNews : Transat Jacques VabreTJVIMOCA
– CP –

Tags (étiquettes) :

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

un × 4 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.