NauticNews Logo

Deux Multi50 à Salvador de Bahia, 50 bateaux encore en course !

Après l’arrivée victorieuse dans la nuit bahianaise du tandem Lamiré/Carpentier sur leur Multi50 Groupe GCA – Mille et un sourires, ce fut au tour de Solidaires En Peloton – ARSEP, le trimaran de Thibaut Vauchel-Camus et Frédéric Duthil de couper la ligne à 15h 53mn 01s (heure française) très exactement sous le soleil brûlant du Brésil et la mer turquoise. Derrière, la course bat son plein avec des foilers en plein vol et des Class40 bien empêtrés dans le Pot-au-noir. Du large de la Mauritanie à Recife, la flotte s’étire sur près de 2 000 milles !

Le parcours de 4 350 milles en diagonale du Havre à Salvador de Bahia réserve tous les deux ans son lot de surprises et de belles histoires à raconter. Le podium en Multi50 est donc défini aujourd’hui depuis l’arrivée du trimaran bleu Solidaires-En-Peloton, deuxième dans la Baie de Tous les Saints, dans un show à l’américaine : coque levée jusqu’à l’extrême, sillage blanc sur mer limpide, skippers hilares et émus. Une bien belle image d’arrivée à Salvador de Bahia. Demain aux alentours de 15h (heure française), ce sera au tour de Sébastien Rogues et de Matthieu Souben sur Primonial d’en finir avec la 14e Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre, eux qui avaient dû s’arrêter au Cap Vert quelques heures pour un problème d’énergie.

Class40 : Pot de colle
« Endroit sinistre », « pays du Mordor », « merdier », les marins ne se lassent pas de qualifier le Pot-au-noir dans leurs messages envoyés depuis le bord. C’est bien dans cette zone confuse que sont actuellement les 10 premiers Class40. Crédit Mutuel, toujours en tête conserve 65 milles d’avance sur Leyton malgré une trajectoire très chaloupée. Pour le moment, le grand perdant de la zone de convergence intertropicale est Aïna Enfance & Avenir, mais ne prédisons de rien, le trio de tête n’est pas encore sorti de l’auberge. « Nous sommes un petit groupe de 3, 4 bateaux, Banque du Léman, Made in Midi, Linkt et nous. On a manifestement vu la même chose puisque l’on est dans le même coin. » racontait ce midi Aurélien Ducroz sur Crosscall Chamonix Mont-blanc aux manettes tandis que Louis Duc se reposait. Dans la flotte des Class40, nombreux sont les bizuths du Pot-au-noir et de l’équateur. L’appréhension, le stress mélangé à la curiosité trottent dans les têtes comme pour Frédéric Duchemin sur #Attitude Manche : « On ne connaît pas, on imagine à travers les récits, traverser le Pot-au-noir n’est pas rien dans la vie de marin ! ».

IMOCA : En plein vol
Derrière le tandem Dalin/Eliès sur Apivia qui affiche ce midi plus de 235 milles d’avance sur ses poursuivants PRB et Banque Populaire au coude à coude, la porte de sortie du Pot-au-noir voient maintenant s’élancer une meute impatiente d’en découdre sur ce dernier tronçon de la Route du café. « Ca bombarde !! Après un Pot-au-noir fastidieux, depuis une heure nous commençons à bien accélérer, ça fait plaisir. On est sous le soleil avec 18/22 nœuds de vitesse pour 18 nœuds de vent, les conditions sont idéales pour nos foilers. Ça fait du bien de relâcher les chevaux !! » racontait heureux Thomas Ruyant ce midi pile au moment où il passait l’équateur sur son Advens for Cybersecurité, le tout dernier des IMOCA à foils mis à l’eau. Car oui ! Ce sont des conditions propices à voler, sustenter le bateau, le dégager du frottement de l’eau, bref filer à vivre allure vers le Brésil. A bord de Prysmian Groupe, Giancarlo Pedote ronge son frein : « Le Pot-au-noir est compliqué… après j’ai toujours vécu des Pots compliqués !! Il n’y a pas de règle, il faut avoir un peu de chance… Nous ne sommes pas sûrs d’en être sortis encore ». A 1000 milles d’Apivia, les Norvégiens sur Ariel 2 comment tout juste à sentir les prémices du Pot de colle…

Ils ont dit
Les premiers mots de Thibaut Vauchel-Camus et Frédéric Duthil au ponton
Thibaut : « Deuxième, ce n’est pas ce qu’on était venu chercher c’est certain, mais c’est une course à la voile avec des aléas, des incertitudes, des convictions à certains moments. Et ça démontre que la concurrence était bien présente et de haut niveau. On n’a jamais négligé la valeur des autres équipages quand on nous donnait favoris au départ. Dès l’instant que l’on s’est fait avoir dans la dorsale, par notre faute, ils ont tenu un rythme de dingue. On a abordé la dorsale un peu trop comme dans les bouquins. Eux ont déboulé à 15 nœuds quand on était entre 5 et 8 nœuds. On n’a pas voulu recroiser derrière. On n’avait pas d’air, on subissait. Dans tous les fichiers, le point de sortie était par le sud, pas dans l’ouest. On est allé chercher la pression et c’est ce qui nous a mis dedans. Le vent plus fort, on ne l’a pas eu très tôt et ensuite on était du mauvais côté pour la rotation de l’alizé. Ensuite, c’était tout le temps favorable par devant, on a couru après mais ils ont maintenu un rythme incroyable. »

Fred : « L’intérêt de cette Classe Multi50 c’est que la jauge est tellement bien faite que les vieux bateaux sont toujours aussi compétitifs que les bateaux neufs qui ont besoin de mise au point. La compétition est très intéressante. On avait en face de nous Matthieu l’un des meilleurs barreurs de multicoque, Séb et son expérience du GC 32, Antoine qui a déjà gagné en Class40 et Gilles qui a une énorme expérience du multicoque. C’est ça qui fait la différence. Ce sont des bateaux casse-gueule et ça réclame une telle concentration que l’expérience fait la différence. C’était une course hyper intéressante. On s’est battu, et pour moi, c’était une super transat avec un skipper de rêve dont on n’a pas fini d’entendre parler. C’est un vrai spécialiste du multicoque, un vrai bon régatier et maintenant un vrai bon marin. »

Frédéric Duchemin #AttitudeManche (Class40)
Ça se passe bien, les conditions sont agréables, ça manque un peu d’air, les nuits sont calmes et longues ! Pour le moment, on a du mal à viser Up Sailing – Unis pour la planète. On va passer entre les îles du Cap Vert et prendre la direction du Pot-au-noir. Martin est à la barre et moi je vais préparer à manger et reprendre la barre dans une heure. La nuit, nous mettons plus le pilote. On alterne à raison d’1h30 de sommeil à chaque fois. Le ciel est bleu pâle parsemé de nuages, il y a une belle luminosité, la mer est peu formée, on a un bateau stable qui chasse les poissons volants, c’est superbe. Ça va être le premier baptême de l’équateur pour nous, les copains nous ont donné une petite bouteille de champagne et quelques petits cadeaux !

Aurélien Ducroz – Crosscall Chamonix Mont Blanc (Class40)
Nous sommes entrés cette nuit dans le Pot-au-noir avec de beaux orages, on a toujours eu du vent d’est. On est content, c’est cool, mais on sait que ce n’est que le début ! Ça bouge beaucoup, c’est assez dur, on a l’impression que ça va en s’améliorant… Maintenant c’est dur à dire car il y a une zone tampon au milieu. J’espère que ce ne sera pas comme les IMOCA et Charal particulièrement, c’est vraiment dur pour eux ! Nous sommes un petit groupe de 3, 4 bateaux, Banque du Léman, Made in Midi, Linkt et nous. On a manifestement vu la même chose puisque l’on est dans le même coin ! On regarde ce qui se passe devant, on voit qu’ils ne vont pas très vite mais ils ont beaucoup d’avance donc je ne me fais pas trop d’illusion mais bon, nous avons notre route, nous sommes placés.

Emmanuel Le Roch – Edenred (Class40)
Tout va bien. On a eu une molle dans la nuit mais c’est reparti ce matin. Nous avons entre 18 et 20 nœuds, ça glisse bien, on est à la chasse avec Bertrand de Broc (Cre’Actuel – Côtes d’Armor) ! Nous sommes contents, le bateau est à fond, on se donne à fond mais devant c’est dur, ils vont vraiment vite. Le Pot se présentera un peu moins fort quand on va arriver, c’est notre première fois, donc ce n’est pas évident, c’est un peu l’inconnu quand même… Nous avons déjà passé l’équateur tous les deux donc même pas de fête, on devra attendre l’arrivée ! Nous sommes à la barre très souvent, il ne faut rien lâcher car on se trouve parfois moins rapides que les autres. On essaye de se reposer entre deux. Après avoir raccroché, je vais aller faire une petite sieste.

Thomas Ruyant – Advens for Cybersecurity (IMOCA)
Ça bombarde !! Après un Pot-au-noir fastidieux, depuis une heure nous commençons à bien accélérer, ça fait plaisir. On est sous le soleil avec18/22 nœuds de vitesse pour18 nœuds de vent, les conditions sont idéales pour nos foilers. Ça fait du bien de relâcher les chevaux !! L’arrivée se rapproche, ça va être une belle après-midi ! Tout le monde commence à accélérer autour de nous, c’est un dernier petit sprint sympa jusqu’à l’arrivée ! Il n’y a pas beaucoup d’écart entre nous, c’est bien, on ne lâche rien !! Il faut soigner la trajectoire, il y a le bon angle à trouver tout en allant aller vite en restant bâbord amures jusqu’au bout. Il ne faudra pas rater les transitions dans les jeux de voile. Nous sommes fatigués après le Pot-au-Noir mais nous avons essayé de reprendre un vrai rythme à bord même si en bon gars du nord j’ai beaucoup de mal à dormir avec la chaleur ! J’ai un très bon bateau, c’est super… Ah Antoine vient de m’annoncer que l’on passe l’équateur !!!!!! C’est symbolique, on va aller faire notre prière à Neptune comme tout bon marin !

Giancarlo Pedote – Prysmian Group (IMOCA)
C’est une nuit où ça a pas mal bougé à cause des grains. On espère sortir rapidement de l’alizé pour arriver à Salvador de Bahia ! Le Pot-au-noir est compliqué… après j’ai toujours vécu des Pots compliqués !! Il n’y a pas de règle, il faut avoir un peu de chance… Nous ne sommes pas sûrs d’en être sortis encore, il faut attendre 1 degré 30 nord pour être un peu plus serein… Il fait très très chaud, il y a du vent d’est, la mer est chaude, on est en maillot de bain ! Le vent est à 110° est, pour 15 nœuds, il y a un tout petit peu de mer. Ce sont tous les symptômes qui annoncent la sortie du Pot mais il faut y arriver en prenant l’alizé de l’hémisphère sud. Anthony règle les voiles pendant que je te parle, on a bossé ensemble au petit matin sur les trajectoires et les réglages pour avancer vite.

Classement le 08/11/19 – 16h00
Class40
1 – Crédit Mutuel
2 – Leyton
3 – Aïna Enfance & Avenir

Multi50
1 – GROUPE GCA – MILLE ET UN SOURIRES
2 – Solidaires En Peloton – ARSEP
3 – PRIMONIAL

Imoca
1 – Apivia
2 – PRB
3 – Banque Populaire X

Tags sur NauticNews : Transat Jacques VabreTJVClass40Multi50Imoca
– CP –

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

deux + dix-sept =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.