NauticNews Logo

Route du Rhum-Destination Guadeloupe 2018 : le maxi Banque Populaire IX a chaviré, Armel est en sécurité – abandon de Louis Burton

Le Maxi Banque Populaire IX a chaviré aux alentours de 12h00 (heure française) alors qu’il naviguait à 340 milles dans le nord-est des Açores. Les conditions de vent étaient de 30/35 nœuds avec 5 mètres de mer.

Le bateau semble avoir chaviré suite à la rupture de son flotteur bâbord.

Armel Le Cléac’h a pu déclencher sa balise de détresse et communiquer avec son team technique à terre. Le CROSS Gris Nez a pris en charge l’organisation des secours, en coordination avec la Direction de Course et le Team Banque Populaire. Le skipper est sain et sauf en sécurité à l’intérieur du bateau.

Louis Burton contraint à l’abandon sur Bureau Vallée 2
Malgré tous les efforts de l’équipe technique de Bureau Vallée 2, Louis Burton a dû se résoudre à abandonner, aujourd’hui en fin de matinée à Roscoff, la 11ème édition de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe.

Casse et abandon
Arrivé à Roscoff hier à 12h30 son Bureau Vallée 2 blessé, Louis Burton et son équipe technique auront tout tenté pour permettre au skipper malouin de repartir. Mais l’ampleur des dégâts sur Bureau Vallée 2, la mauvaise météo à venir ont convaincu Louis Burton à l’abandon, la mort dans l’âme. Pour rappel, hier après dix heures de course et alors qu’il était à la 4ème place en catégorie IMOCA avec des pointes à plus de 23 knts (un des bateaux les plus rapides de la flotte), une poulie située dans le puits de foil de Bureau Vallée 2 s’est arrachée et a fait un trou de 30cm dans le puits tribord, créant une voie d’eau importante en navigation bâbord amure, rendant impossible l’utilisation du foil tribord. Louis Burton s’est alors dérouté vers Roscoff.

Aucune solution idéale
Arrivé dans le port breton Louis et son équipe technique ont pu constaté l’ampleur des dégâts. Après avoir réussi à pomper toute l’eau à l’intérieur du bateau, assécher et nettoyer, 2 solutions ont été envisagées :
. Colmater le trou, retirer le foil et condamner le puits de foil. Cette réparation aurait empêché toute utilisation du foil tribord. En plus du retard accumulé, cette solution ne permettait pas d’assurer l’intégrité du bateau.
. Effectuer une réparation complète du puits en composite, avec une nouvelle poulie dans le puits, pour pouvoir utiliser le foil tribord. Cette réparation, beaucoup plus complexe, nécessite d’enlever le foil, de sécher entièrement le bateau, et de faire du composite avec une haute précision. Elle aurait prise au minimum 48 heures tout en étant réalisée dans des conditions loin d’être idéales.

Additionnée à ces problèmes de composite, l’inondation qu’a subit Bureau Vallée 2 a atteint les systèmes électriques et hydrauliques de quille. Aucune des solutions évoquées ne pouvant permettre à Louis de naviguer dans des conditions de technique et de sécurité raisonnables, celui-ci a donc du se résoudre à l’abandon. Louis avait abordé cette Route du Rhum avec l’envie de faire un résultat pour sa 1ère transatlantique en solitaire sur Bureau Vallée 2. Son bateau, son équipe et lui-même étaient prêts, son début de course l’avait d’ailleurs démontré, pointant à la 4ème place des IMOCA avec des pointes à plus de 23 knts. La sortie de Manche a donc été cruelle pour celui qui rêvait d’un podium pour sa 3ème Route du Rhum.

L’équipe de Louis va dorénavant investiguer pour comprendre ce qui a pu provoquer cette avarie, pour réparer et améliorer son Bureau Vallée 2, et se concentrer sur ses prochaines échéances. « Evidemment ma déception est énorme. J’étais dans le coup, le bateau allait vraiment vite avec ses nouvelles voiles, et la qualité de sa préparation. J’étais en pleine forme et je savais qu’avec une telle machine je pouvais faire quelque chose de bien. Aujourd’hui, sur les 20 IMOCA au départ il n’en reste plus que 14 en course à l’heure actuelle. Malheureusement je n’en fais pas partie. C’est mon deuxième abandon en dix ans de course au large, je n’accepte pas de m’y résoudre. Avec le soutien de mon sponsor Bureau Vallée et mon équipe, nous allons réfléchir et travailler pour réparer et améliorer mon bateau, afin de repartir de plus belle » conclut Louis.

Crédit Photo : Y.Zedda
Tags sur NauticNews : Route du Rhum, Armel le Cleac’h, Louis Burton
– CP –

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

quinze − 8 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.