NauticNews Logo

Vendée Globe : Jérémie Beyou sur Maître Coq complète le podium

170124-Jérémie-Beyou

Jérémie Beyou a coupé la ligne d’arrivée du 8e Vendée Globe ce lundi 23 janvier 2017 à 19 heures 40 minutes et 40 secondes, soit quatre jours et 3h après le vainqueur Armel Le Cléac’h. Le navigateur de 40 ans achève non sans douleur son troisième Vendée Globe, en 78 jours 06h et 38mn, après deux tentatives en 2008 et 2012. Aux avant-postes depuis le départ du 6 novembre, Jérémie Beyou qui n’a pas été épargné par les soucis techniques a fait preuve d’une belle résistance pour se maintenir en embuscade derrière le duo de leaders. Grâce à son Maître CoQ de 2010 audacieusement doté de foils, le marin finistérien a largement atteint son objectif en montant sur la troisième marche du podium!

Franchissant en vainqueur la ligne d’arrivée de la Transat New York-Vendée en juin dernier, Jérémie endossait un statut de sérieux prétendant au podium du Vendée Globe 2016-2017. C’est donc fort d’une confiance supplémentaire que le triple vainqueur de la Solitaire du Figaro (2005, 2011 et 2014) partait à l’assaut de son troisième tour du monde en solo. Une dose de confiance bien utile, car en effet la boucle du skipper de Maître CoQ fut émaillée de pépins techniques. Lâché peu après le départ par deux de ses pilotes automatiques, puis subissant une panne d’antennes Fleet qui le prive de ses moyens de communication et donc d’informations météo, Jérémie Beyou pioche rapidement dans ses ressources pour s’accrocher au groupe de tête. Les ennuis ne s’arrêtent pas là : « Quand mon hook de grand-voile a cassé, j’ai failli baisser les bras. Il faisait nuit noire je me disais que je n’arriverais pas à réparer. Après, je ne sais pas où je suis allé chercher ça, mais j’ai réussi à le faire. Chaque manœuvre propre est une belle victoire, il faut se satisfaire de ça. » Dans le groupe de tête, les abandons successifs de Vincent Riou (PRB), Morgan Lagravière (Safran) au passage du premier cap, puis de Sébastien Josse (Edmond de Rothschild) et Paul Meilhat (SMA) après l’Océan Indien, laissent Maître CoQ un peu seul, dans son combat avec lui-même et en plus proche chasseur de Banque Populaire VIII et Hugo Boss dans le Pacifique, puis dans la remontée de l’Atlantique.

Cap-Hornier, enfin !
Malgré l’adversité et les tracas techniques, Jérémie maintient sa troisième position jusqu’au bout, jamais réellement menacé par son trio de poursuivants Jean-Pierre Dick, Yann Eliès et Jean le Cam qui naviguent collés-serrés quelques centaines de milles dans son sillage. Le skipper de Maître CoQ ne boude pas son plaisir alors qu’il franchit son premier cap Horn, le 27 décembre après 51 jours de course : « J’ai pris beaucoup de départs de tours du monde, entre le Vendée Globe, le Trophée Jules-Verne et la Barcelona World Race, à chaque fois, je n’ai pas réussi à passer le cap Horn, donc il est temps ! » Le marin de la baie de Morlaix aura ensuite assuré sa remontée de l’Atlantique dans la plus grande vigilance, entre vents erratiques et horripilantes zones de calmes. «J’y vais pas à pas, jour après jour, chaque journée passée est une journée gagnée, j’essaie d’avancer comme ça, sans me projeter plus loin » se désole le skipper qui reste scotché plusieurs heures par les caprices d’Eole avant d’achever laborieusement sa boucle jusqu’à la bouée Nouch Sud qui marque la ligne d’arrivée.

Quelques chiffres à retenir :
Jérémie Beyou, troisième solitaire arrivé aux Sables d’Olonne a parcouru 27 101 milles nautiques à la vitesse moyenne de 14.43 nœuds . Sa meilleure moyenne est de 21 nœuds avec une distance de 504 milles couverts en 24h (le 21 novembre).

Crédit Photo : O.Blanchet
Tags sur NauticNews : Vendée Globe, IMOCA, Jérémie Beyou, Maître Coq
– CP –

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

10 − 6 =