NauticNews

Transat Jacques Vabre: Une grande pièce sur le théâtre atlantique

TJVImoca60Gitana.jpg

11/11/2007 –

Safran (3ème) a perdu la tête sur un empannage raté. «Les centristes» toujours devant (Ecover III, Bel, Gitana Eighty). En Orma, Groupama 2 joue la fille de l’air. Dans deux jours et demi à Salvador, si tout va bien. Combat de titans derrière avec Gitana 11 et Banque Populaire. Crêpes Whaou ! au Cap Vert demain. Telecom aux Canaries lundi.

Une manœuvre ratée, un empannage chaotique, un spi qui tombe à l’eau et c’est « 8-10 milles » dans la vue. Quand les cinq premiers se tiennent en moins de quarante milles, la moindre erreur se paye comptant. C’est ce qu’est venu dire Marc Guillemot ce midi à la vacation. Safran a abandonné son leadership au profit d’Ecover III après sept jours d’intense domination. La tête de flotte sera au Cap Vert demain matin. Quel est le tableau à un peu moins de la moitié de la course ? Les centristes, appelons-les comme ça (Safran, Gitana Eighty, Ecover III, Groupe Bel) sont dans une position de contrôle. Une option pleine de sagesse et pas tenus « d’optionner », comme on dit. En résumé : des petites craintes, certes, mais pas de peur pour le moment. Une option médiane qui permet de juger s’il y a ou non rétrécissement de la perspective à l’amorce du Pot au Noir. Les options, disons les plus radicales -encore que le mot soit un peu fort- ont été initiées par les grands maîtres de Port-La-Forêt plus connus sous leur noms de scène, Michel « Montaigne » Desjoyeaux (Foncia) et Jean « Racine » Le Cam (VM Matériaux) : l’un à l’Est et l’autre à l’Ouest. Tous les deux n’ont qu’une idée en tête : sortir du Pot au Noir avec le meilleur angle au vent. Il faudra attendre encore 48 heures pour connaître la vraie teneur de l’œuvre. Hé-hé, si œuvre il y a car, côté Est à 16 heures (Foncia-Cheminées Poujoulat) le vent avait croisé les bras et refusait de respirer. Mais il devrait revenir vers le Nord cette nuit et là : taïau-taïau-taïau ! Tandis que sur la scène opposée, VM Matériaux et Brit Air avaient de l’air en fin de journée. Mais demain ? C’est un vraiment truc à se bouffer les ongles, cette Jacques Vabre.

Côté Orma, disons que Groupama 2, qui avait passé une nuit assez agitée, file « plein pétrole », comme on dit dans le vélo, vers Salvador.
Gitana 11 et Banque Populaire ont choisi des routes différentes. Banque Pop (pas localisé à 16 heures) sur une route similaire à celle de Groupama 2 alors que Gitana 11 privilégie l’Est pour aller chercher ce «reaching » à la sortie du Pot au Noir, l’allure qui lui est la plus favorable. Le combat pour les places 2 et 3 s’annonce terrible. Chez les Multis 50, pieds Crêpes Whaou ! se rationne et, par conséquent pour ne pas taper dans les vivres, allonge la foulée. Au Cap Vert demain en fin de journée selon le duo Escoffier-Fauconnier. Enfin en Class’40, les premiers sont en approche des Canaries demain. Telecom Italia toujours devant sur l’ortho.

IMOCA : Demain au Cap Vert

Le passage de la tête de flotte de la classe IMOCA est prévu demain dans la matinée aux îles du Cap Vert. L’entrée dans le Pot au Noir est programmée pour le lendemain soir, soit dans la nuit de mardi à mercredi. Deux points clefs qui accaparent déjà toute l’attention des équipages.

A la vue des trajectoires, il semble bien que les monocoques s’apprêtent à passer, comme les multicoques, entre l’archipel du Cap Vert et le continent. Une certitude pour Foncia (Desjoyeaux/ Le Borgne) ou Cheminées Poujoulat (Stamm/Cariou), qui vont tous deux exploiter à fond leur option à terre, prise dès la sortie des Canaries. C’est moins évident pour VM Matériaux (Le Cam/Morvan), résolument placé à l’ouest de la flotte. Bien calés en milieu de flotte, Ecover III, Groupe Bel, Gitana Eighty et Safran vont continuer à jouer avec les bascules de l’alizé, avec en ligne de mire le Pot au Noir et surtout l’endroit le plus favorable pour y entrer et donc, en sortir. Parce que, si l’on en croit Marc Guillemot (Safran) : « Celui qui en ressort en premier, plus à l’Est et avec un bateau qui marche peut envisager l’avenir avec sérénité ».
Au classement de 16 heures, Ecover gardait la tête, talonné par Groupe Bel (3,3 milles). Et c’est VM Matériaux qui alignait les plus belles vitesses sur ce qui pourrait bien se révéler la meilleure route.

ORMA. Groupama 2 à Salvador dans la nuit de mardi à mercredi.

« C’était chaud cette nuit. Le vent est monté dans un grain à 35 nœuds. On a fait quatre heures sous un ris seul à 80 ° du vent. Au moment où je parle, on est en plein dans l’activité orageuse. On slalome dans une mer assez croisée. On est un peu dans un shaker sur une mer désordonnée. Bon, le point positif, c’est qu’on n’est pas tombé dans une molle », a conclu Franck Cammas pas mécontent du boulot effectué mais reconnaissait toutefois que « la nuit avait été très sport ».
Le bord de Banque de Populaire a été joint dans la foulée. Pascal Bidégorry est revenu sur son « pit stop » à Sal : « Les mecs (du team Banque Pop’) ont fait un sacré boulot et ça fait vraiment plaisir de faire enfin du bateau car depuis les Canaries on n’a pas arrêté de bricoler », a raconté le skipper de Banque Poulaire.

Bidégorry est revenu ensuite sur les routes différentes empruntées par Banque Populaire et Gitana 11 à l’amorce du Pot au Noir : « C’est bien, ça veut dire qu’il y a encore du suspense. On sait que Gitana 11 est en train de chercher le meilleur angle pour foncer au reaching et à cette allure-là on sait que leur bateau est plus rapide que nous. De toutes les façons jusqu’au bout ça va être une descente vers le Brésil, au reaching….Pour le moment ça va vite, ça glisse », expliquait Bidégorry à la mi-journée qui estimait son entrée dans la Pot au Noir en début de nuit prochaine : « Pour le moment on a toujours du vent mais on a prévu de rentrer le gennaker », a dit le Basque qui avait retrouvé tout son allant. Sopra, à la mi journée, avait un débours de 550 milles. Quant à Brossard, ce soir, il accusait 580 milles de retard sur le duo Cammas-Ravussin.

50 pieds Multi. Crêpes Whaou au Cap Vert demain fin de journée

Ils filent loin devant toute la flotte des 50 pieds et devant tous les 60 pieds IMOCA sauf un, les marins de Crêpes Whaou !. « Pleine balle, 20 nœuds, sous génak, on avale les milles en route directe sur le Cap Vert qu’on atteindra lundi. On commence à regarder du côté du Pot au Noir. » Crêpes Whaou est à l’ouest de la route, Laiterie de Saint Malo, son poursuivant (à 240 milles) a choisi le camp des côtes africaines et continue à perdre du terrain. Derrière, toujours silencieuses à la vacation, les Caseneuve mère et fille, elles aussi à l’ouest, se rapprochent inexorablement des Malouins. A 16 heures, Croisières A Caseneuve était pointé 63 milles derrière Laiterie de Saint-Malo et leur moyenne lors des dernières 24 heures était quasiment similaire à celle de Crêpes Whaou. D’accord, les deux bateaux ne naviguent pas dans les mêmes conditions, mais quand même… Négocéane se traîne un peu et, du coup, NIM Intérim Management lui colle au train. Sur Victorinox, le duo franco-suisse se réjouit d’avoir trouvé de l’air.

Class40 : Telecom Italia maîtrise

La quasi totalité de la flotte Class40 a maintenant dépassé Madère. Si la majorité des équipages a choisi de passer au vent de l’archipel, trois bateaux ont préféré laisser les îles à l’ouest. Une option payante au classement, notamment pour Sidaction dorénavant deuxième derrière l’indétrônable tandem de Telecom Italia. Les 30 duos font maintenant route vers les Canaries – que les premiers atteindront demain – dans des conditions particulièrement instables et chacun d’entre eux se positionne pour négocier au mieux les îles Espagnoles.

Photo: © MOCHET Marcel / AFP

– CP –

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

9 − 7 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.