NauticNews Logo

Transat Jacques Vabre: A une poignée d’heures du dénouement

TJVClass50CrepesW.jpg

19/11/2007 –

Safran a-t-il les moyens de contester la supériorité de Foncia (1er) dans ces dernières heures qui nous séparent de l’arrivée de cette huitième Transat Jacques Vabre ? En revanche, ce qui est certain, c’est que Cheminées Poujoulat va tout faire pour faire tomber Safran (2 ème) pénalisé par le chalutage de son spi entre Canaries et Cap Vert il y a 8 jours. Réponse demain matin au pointage de 4 heures. Chez les Multi 50 pieds, Crêpes Whaou ! est attendu cette nuit (trois heures du matin en heure locale, soit 7 heures à Paris, demain matin). Il est en chemin pour le doublé Route du Rhum-La Banque Postale et Transat Jacques Vabre. Laiteries de Saint-Malo pourrait couper la ligne dans la nuit de mardi à mercredi, au mieux. Enfin, côté Class40 la tête de flotte se trouve dans le Pot-au-Noir. Damien Grimont (Chocolats Monbana), joint ce midi, espérait une sortie toutefois « assez rapide.»

Le grand styliste du large (Michel Desjoyeaux) et son camarade Manu Le Borgne sur Foncia sont attendus demain en matinée à Salvador (soit 14-15 heures, heure française).

Foncia pourrait couper la ligne sur les coups de 10 heures, heure locale). Safran est espéré deux heures plus tard (14 heures, heure française). Bon, ça, c’est pour la théorie au moment où ces lignes sont écrites. On verra s’il y a ou non triomphe de l’inattendu (hé-hé) car Safran au pointage allongeait toujours la foulée (12,6 noeuds en VMG contre 10,9 pour Foncia).

Jean Le Cam, (VM Matériaux, 4 ème), (espéré mardi vers 23 heures, heure française) joint par le PC presse, et inspiré comme il peut l’être quand il est bien disposé malgré « cette quatrième place qui ne l’enchante pas vraiment », a comparé cette Jacques Vabre à une battue : « Safran, c’est le gibier : on l’attendait avec le fusil, mais lui c’était un coup à gauche, puis un coup à droite, et ainsi de suite depuis 14 jours ». Dans l’histoire, ce sont les chasseurs qui se sont épuisés à le mettre en joue. Safran a l’air de posséder un indubitable génie et les deux hommes à bord sont des cérébraux.

Sans ce chalutage de spi (voir plus bas), la physionomie de la course en aurait été profondément modifiée ? C’est l’histoire du nez de Cléopâtre… Cela dit on connaît la chanson quand la ligne n’est pas coupée, etc…

Chacun connaît cette réflexion faite il y a une bonne quinzaine d’années et venant d’un grand attaquant anglais (Gary Lineker) : « Le foot est un sport qui se joue à 11 et à la fin c’est toujours les Allemands qui gagnent ». On pourrait se réapproprier le propos et le calquer à la course au large. Cela donnerait : à la fin toujours c’est Michel Desjoyeaux qui gagne.

Bah, on verra demain si le vainqueur Figaro 2007 ( trois victoires à son actif au total) écrira une ligne supplémentaire à son palmarès épais comme un Bottin.

Le podium n’est pas pour l’instant complètement figé mais d’ores et déjà on peut saluer la très belle performance réalisée par Bernard Stamm et Tanguy Cariou sur Cheminées Poujoulat (3 ème) L’attelage a sans doute surpris quand il fut annoncé, mais disons qu’à l’arrivée il fonctionne comme une montre de la Vallée de Joux (Jura Suisse, ndlr) . Les gars de Cheminées Poujoulat se disent que , comme Safran n’a plus de spi, ils pourraient combler ce débours de 16 milles qui les séparaient de Safran à 16 heures. Mais Safran est un foutu gibier d’eau et Caudrelier a été un figariste de premier plan (victoire en 2004).
Pour ne pas être démenti par les faits nous allons-nous arrêter là et attendre le couchant tomber dans la mer en se grattant la tête. Et notre cher Crêpes Whaou! ? Ben, pas de nouvelles fraîches car pas localisé ces dernières heures, mais le trimaran de 50 pieds devrait couper la ligne cette nuit à Salvador. A la louche aux environs de sept heures du mat’, heure française.

IMOCA : Ah ! ce maudit empannage du 11 novembre…

Et si cette Transat Jacques Vabre s’était jouée finalement sur un empannage raté entre îles Canaries et Cap Vert ? Car c’est bien comme cela que Safran a laissé filer son leadership, perdant dans un premier temps une bonne dizaine de milles en raison d’un grand spi qui chalute sous le bateau, puis un nombre de milles difficilement calculable lorsque ce dernier, qui n’a pas aimé la manip’, explose par la suite. Cette avarie de spi, Marc Guillemot l’a cachée longtemps avant de cracher le morceau, tellement il en avait assez de voir les autres filer sans qu’à terre on puisse comprendre le pourquoi du comment. Depuis, il fait face avec brio, mais ce simple fait de course montre à quel point la bagarre est intense et que le moindre faux pas est dur à compenser. Côté régate, le fait du jour est à mettre au compte de Generali. Il fait actuellement la «cuillère» à Gitana Eighty (Peyron/Le Vaillant), pointant maintenant 8 milles devant lui. Generali croise actuellement sous le vent de l’île Fernando de Noronha, pour une route au vent de l’île pour le 60 pieds bleu du Baron Benjamin de Rothschild. Plus loin dans le classement, il conviendra de suivre la régate à trois que se livrent depuis Le Havre Akena Verandas (Boissières/Chomette), Cervin EnR (Bestaven/Guerin) et Aviva de l’Anglaise Dee Caffari et de son équipier Nigel King. Ces trois bateaux sont sortis du Pot au Noir, naviguent encore dans l’hémisphère nord et se tiennent en moins de 60 milles.

Multi 50 Pieds : Crêpes Whaou ! cette nuit à Salvador

Quand il franchira la ligne en vainqueur la nuit prochaine, Franck-Yves Escoffier réalisera un superbe doublé à bord de son Crêpes Whaou ! Une deuxième victoire sur la Transat Jacques Vabre, après celle de la Route du Rhum – La Banque Postale l’an passé. Pour l’heure, le trimaran rouge et jaune file sur la route directe vers Bahia. A 16 heures, il était à 231 milles de l’arrivée. Derrière, Laiterie de Saint-Malo a enfin retrouvé une allure plus confortable et, le vent continuant d’adonner, le trimaran de Victorien Erussard, devrait prendre encore de la vitesse, l’objectif de Vic et de Fred est d’être à temps à Bahia pour la remise des prix, c’est à dire demain soir. A 400 milles du but, ils allongent la foulée et c’est à près de 13 nœuds qu’ils se rapprochent de Salvador. Pour le reste de la flotte, l’avenir est moins rose : Croisières A. Caseneuve est en lutte avec le Pot au Noir, tout comme NIM Intérim Management qui tente de passer plus à l’Est que la famille Caseneuve. Négocéane ouvre toujours la route des Class40, par conséquent, il aura dans une poignée d’heures, lui aussi, droit au Pot.

Class40 : Dans le pot au noir sur un air d’accordéon

Les Class40 arrivent à leur tour dans le Pot au Noir. En tête de la flotte, « Telecom Italia » a été nettement ralenti aux alentours de six noeuds alors que ses poursuivants continuent de faire route à près de dix noeuds. Comme attendu au niveau de cette zone de convergence équatoriale, l’effet accordéon va jouer et sans doute mettre les nerfs des concurrents à rude épreuve. Point positif, le front intertropical ne semble pas aussi actif que prévu et les premiers pourraient en sortir dès mercredi.

Photo: © MOCHET Marcel / AFP

– CP –

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

8 + trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.