NauticNews

A bord de Lulworth, Gaff Cutter de 1920

Lulworth.jpg

09/2008 –

UN PAS DANS L’HISTOIRE.

Il pleut sur les Voiles d’Antibes et Lulworth se souvient. Ce jeudi 5 juin 2008, descendu m’abriter dans le un salon spacieux, je feuillette l’impressionnant livre consacré à la restauration de ce Big Class Gaff Cutter. Dans cet écrin de boiseries claires et de cuirs confortables, je parcours l’incroyable saga de ce géant de 46,30 mètres. Lancé en 1920 au chantier White Brothers de Southampton, il a été commandé par Monsieur Lee afin de concurrencer le célèbre Britania.  Et c’est en compagnie de Johan van den Bruele, son passionnant propriétaire actuel, que les pages de Lulworth se tournent, et que tout en y participant, l’Histoire du yachting défile.

La référence.

Baptisé en 1920 Terpsichore, le géant a pris son identité actuelle lors de son rachat par Herbert Weld en 1924. Et suite à des rectifications effectuées par l’architecte naval Charles Nicholson, six belles années de succès ont façonné la légende de Lulworth. Durant cette période, il a remporté 47 courses, finit 46 fois second et 21 fois troisième. Mais l’année exceptionnelle a été 1926 avec 13 victoires sur 29 courses courues. Cet exploit est d’autant plus méritoire que la concurrence était rude, comme l’atteste la célèbre photographie de Beckens de Cowes. Sur celle-ci, Lulworth, le seul survivant des « Big Five », affronte les redoutables Britania, Shamrock, Westward et White Heather. Ainsi, pour la restauration débutée en 2001, alors que tout ce qui a pu être sauvé et réparé l’a été, les aménagements ont été choisis d’après des plans et des photos de 1926, l’année glorieuse.

La renaissance.

La restauration de Lulworth a duré 5 années. Celle-ci, qui n’est pas une reconstruction, a été réalisée avec une incroyable minutie. Après avoir amassé documents, photos et plans d’époque, Giuseppe Longo, directeur du projet a mis sur pied une équipe composée de 16 nationalités. Comme plus personne aujourd’hui par exemple ne sait gréer de Gaff Cutter de cette envergure, les spécialistes du monde entier ont été patiemment consultés. Chaque étape a représentée un véritable défi. Ainsi, remplacer les 37,2 mètres de pont qui étaient en pin blanc d’Amérique du Nord par du Teck de Birmanie, n’a pas été des plus faciles. Mais le résultat de ce lent labeur est une incroyable réussite, esthétique, éthique et sportive. Et dés 2007, les succès ont été au rendez-vous comme notemment  cette magnifique victoire lors de la course de liaison entre Cannes et Saint-Tropez en octobre. La reconnaissance aussi est venue cette année-là. A Venise, lors du « World Superyacht Awards », Lulworth a obtenu le prestigieux prix de la meilleure restauration.

L’histoire continue.

Lorsqu’en ce début de saison, je pose un pied sur le pont du dernier « Big Five », c’est un voilier immense et prêt à en découdre que je découvre. Mon émotion est grande. Impressionné par le mât de 55 mètres de hauteur et l’équipage qui calmement vaque à ses occupations, je déambule, un peu perdu. L’ordre d’appareillage est un soulagement et un ravissement. Lentement, Lulworth quitte le quai et sort du port d’Antibes. Après une demi-heure de manœuvres, plus de 1000 m² de voiles sont hissés. Doucement nous glissons vers la zone de départ. Malheureusement, ce premier jour de régate manque cruellement de vent. Nos 188 tonnes ne dépassent que rarement les 7 nœuds. Comme la pluie fait son apparition, le propriétaire m’entraine vers ces superbes intérieurs afin d’évoquer le formidable passé de Lulworth. Et c’est grâce au talent et à la générosité mis en place par Johan van den Bruele et son équipage, que l’Histoire, un instant arrêtée, continue de plus belle.

Fiche Technique NauticNews.com de Lulworth

Tags sur NauticNews.com : LulworthYacht ClassiqueRégates ClassiquesVoiles d’Antibes

Plus d’informations : www.lulworth.nl

-NG-

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

14 + 11 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.