NauticNews Logo

Les innovations du Multi50 Prince de Bretagne

Nigel_Irens_Herv___Cl__ris_Beno__t_Cadoret.jpg

06/2009 –
Hervé Cléris, le skipper de Légumes Prince de Bretagne, s’est tourné vers ses deux architectes favoris, Nigel Irens et Benoît Cabaret, qu’il connaît depuis plus de 20 ans et avaient déjà dessiné son précédent bateau. Les moules, construits chez Charlie Capelle, ont été livrés à Lorient au chantier de Sam Marsaudon pour l’ultime phase de construction du Multi50 qui sera mis à l’eau fin juillet.

Atypique pour un trimaran
Sans gadgets, fiable, simple, inspiré par le multicoque de Francis Joyon issu de même chantier, Légumes Prince de Bretagne sera équipé d’un mât aile. Pour autant, les deux architectes choisis par Prince de Bretagne et Hervé Cléris ont apporté au trimaran quelques innovations conséquentes. «Hervé nous a demandé de lui dessiner un bateau de course au large» explique Benoît Cabaret, «nous n’avons pas révolutionné les choses, ces configurations existent déjà sur d’autres bateaux (Les catamarans décisions 35 du lac Léman par exemple), mais elles sont atypiques pour un trimaran». Pour faire simple, c’est au niveau des appendices que Prince de Bretagne sera « différent ». En effet, Cabaret et Irens ont planché sur ce qui pouvait apporter un gain de vitesse et les études faites montraient que la traînée des appendices constituait un frein aux performances du Multi50. «C’est une part relativement importante, donc, nous sommes naturellement allés gratter là où il y avait quelque chose à gagner en nous émancipant du modèle des 60 pieds Orma». Légumes Prince de Bretagne sera doté d’un safran et d’une dérive sur chaque flotteur, la coque centrale sera donc dénuée de tout appendice. «Safrans et dérives seront plus efficaces dans leur fonction, ce changement n’enlèvera donc rien à la marche du bateau. Sur le papier, il doit être plus rapide, même si, avec deux dérives, les manœuvres, comme les virements de bord, seront un peu plus compliquées à gérer. Cette évolution est née de nos discussions avec Hervé, toute exploration de nouvelle voie est toujours intéressante».

«Pas des fous»
Hervé Cléris est un marin d’expérience, c’est aussi un fidèle et c’est pour ces deux raisons qu’il a confié le dessin de son futur Multi50 au cabinet Irens Cabaret. «Ce ne sont pas des fous, mais des magiciens. Ils ne se sont jamais plantés. Le plan initial, quand je suis allé les voir, n’était pas celui-là. Mais quand ils m’ont parlé de cette idée qu’ils avaient déjà bien mûrie et étudiée, j’ai adhéré au projet, d’autant plus que ce principe de trois coques avec des appendices de catamaran me trottait aussi dans la tête. Il reste évidemment quelques inconnues, ce qui est naturel pour toute innovation, que nous aurons à expérimenter puis à valider sur l’eau, mais je pense que cette nouvelle configuration offre un maximum d’avantages».

Avec Actual d’Yves Le Blévec, le futur et l’actuel Crêpes Whaou ! et Prince de Bretagne, quatre bateaux nouvelle génération, dont trois neufs vont ainsi rejoindre la flotte des Multi50.

Photo: Nigel Irens, Hervé Cléris et Benoît Cadoret
Crédit Photo: © DESROCHE Pascal/Prince de Bretagne

– CP –

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

8 + treize =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.