NauticNews

Aequus 7: le bateau électro-solaire

Aequus_7.jpg

10/2009 –

Déjà présenté dans nos colonnes en Janvier 2009 (lire notre article « De l’électricité… dans l’eau« ), Aequus 7.0 sera bien présent au Nautic de Paris en décembre prochain.

Electrique ? Solaire ? Electro-solaire !
Aequus 7.o est doté d’un parc de batteries AGM (Absorbed Glass Mat) sans entretien et qui supporte jusqu’à 400 cycles de décharge profonde (à 80 %), beaucoup plus si les décharges sont moins profondes. Le toit de 6 m² protège du soleil et ses cellules photovoltaïques produisent de l’énergie électrique. Cette énergie est consommée en priorité par le moteur lorsqu’il est en  fonction. Les batteries apportent alors le complément nécessaire. Lorsque le moteur n’est pas en fonction, c’est à dire la plupart du temps, cette énergie sert à recharger les batteries.

Dans un usage occasionnel et ensoleillé, la charge solaire compense totalement la consommation d’énergie. Aequus 7.o est alors solaire. Lors d’un usage plus intensif, ou moins ensoleillé, les batteries tampon fournissent l’essentiel de l’énergie il est alors nécessaire de recharger à quai, de temps en temps. Un chargeur spécifique permet cette recharge rapidement sur une simple prise 220 Volts. Aequus 7.o est électro-solaire.

A tout moment l’équipage connaît le niveau de charge des batteries et peut ainsi moduler sa vitesse en fonction de son objectif, de l’ensoleillement, de son programme et des possibilités de recharge. Des générations de navigateurs se sont souciées des vents avant d’appareiller, alors rien de très original à regarder le soleil et prendre de nouvelles habitudes !

Avec l’électrique, il faut réviser tout ce que l’on savait sur les puissances des moteurs.
En réalité, peu importe la puissance du moteur, ce qui compte c’est la poussée de l’hélice. C’est elle qui fait avancer le bateau. Cette poussé est obtenue en transformant la puissance délivrée en sortie d’arbre (et mesurée là par le législateur) en poussée. Cette transformation est obtenue principalement par l’hélice. Or seuls les moteurs électriques (et particulièrement les moteurs synchrones), du fait de leur fort couple à bas régime, peuvent entraîner une hélice à fort rendement (grande surface et faible vitesse de rotation).

Grâce à ce rendement, l ‘Aequus 7.o peut naviguer à 7 nœuds comme il le ferait avec un moteur thermique  beaucoup plus puissant, mais sans bruit, sans odeur, sans fumées et sans permis.

Performances : pas de complexe, la même vitesse qu’un voilier !
Les architectes Finot-Conq (architectes de 4 des 5 derniers vainqueurs  du Vendée Globe !) ont dessiné, après de nombreux essais en bassin de carène numérique, un bateau économe en énergie qui permet d’atteindre la vitesse de 7 nœuds avec une puissance minimum.

Ainsi, ce bateau électro-solaire est tout à fait compétitif face à un voilier de même longueur marchant à la voile ou au moteur. Et même si, dans la brise soutenue, l’Aequus 7.o se faisait dépasser au portant, il rattraperait vite son retard lors de la remontée au vent pendant que le voilier tire des bords.

Aequus 7.0 : l’incarnation de la modernité
Etre moderne, c’est avant tout incarner les valeurs d’une époque et d’une génération.  C’est la promesse faite par Aequus Boats, la sociétée dirigée par Bruno HERVOUET et le cabinet d’architecture navale Finot-Conq qu’il a choisi pour concevoir l’ Aequus 7.0. « Tout le monde peut être à la mode, il suffit de faire comme son voisin : plus vite, plus brillant, plus gros, plus puissant, plus bruyant…

Le propriétaire de l’Aequus 7.0 est certainement d’une autre veine :
Qu’est ce qui est vraiment important ? Qu’est ce qui a du sens ?
Voir plus loin, inventer demain, sortir des habitudes, initier de nouvelles pratiques, rassembler, partager… ».

Fabrication
Aequus 7.0 est construit en composite, à l’unité sur commande et avec les meilleurs matériaux. Ainsi la couleur de coque (gel coat) choisie par le client peut être unique (contre-typée si besoin). La couleur de la sellerie peut également être assortie parmi les nombreux coloris de tissus disponibles. Une remorque adaptée peut être fournie en option. Le poids total remorqué étant inférieur à 1800 Kg, bon nombre de berlines peuvent tracter l’Aequus.

La commercialisation débutera au Salon Nautique de Paris avec l’exposition du premier de série.

Fiche technique NauticNews.com de l’Aequus 7.0

– CP –

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

cinq × 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.