NauticNews

Chantier naval Alliage : Faire construire et partir

chantier_naval_Alliage.jpg

12/2009 –

Le chantier naval Alliage construit depuis 1995 des voiliers de voyage en aluminium. Durant 8 ans, son site de production a été installé en Région Parisienne afin de rencontrer rapidement les clients. Les bateaux descendaient ensuite la Seine pour être livrés au Havre. Mais cette organisation a peu à peu atteint ses limites. Pour accompagner son expansion et continuer de produire des voiliers au long cours plutôt haut de gamme, Alliage s’est rapproché de la mer. De l’usine, désormais implantée à Ploemeur, près de Lorient, sont sortis cette année quatre voiliers, dont le premier exemplaire de l’Alliage 49. En 2010, quatre mises à l’eau sont également prévues, avec notamment le lancement du nouveau 45 pieds ainsi que de l’Azzuro 53, le dernier modèle de la seconde gamme. Pour découvrir un peu plus ce chantier naval réputé mais discret, NauticNews.com a rencontré et questionné François Didion, son co-fondateur, lors du Nautic de Paris.

NauticNews.com : Quelle est la philosophie du chantier Alliage ?

François Didion : Notre vocation c’est de ne construire que des longs courriers, et sur commande uniquement. Les aménagements de ces bateaux, pouvant être qualifiés de haut de gamme, sont réalisés à la carte. C’est que l’on pourrait désigner comme du « Semi-custom ». Chaque client décide de son agencement, du design intérieur, des essences de bois, du matériel embarqué. Nous souhaitons l’individualisation et la personnalisation de nos bateaux.

NN : Qu’est-ce que cela implique ?

F.D. : Nous voulons faire peu de bateaux pour être proches de nos clients. Cela nous permet également d’explorer tous les concepts du longs cours. Nous avons ainsi une dizaine de modèles dans différents segments de marché, sachant que chaque modèle se fait en peu d’exemplaires. C’est notre stratégie que de répondre aux besoins des clients et d’explorer des minis niches de marché.

NN. : Mais comment préserver l’unité de votre marque ?

F.D. : Nous avons 2 gammes de bateaux, les Alliage et les Azzuro, depuis 2005. Ces derniers sont des voiliers à quille relevable, donc intéressants et performants pour une clientèle un peu plus jeune qui veut également du long cours. De plus, nous faisons appel aux mêmes architectes navals, Berret et Racoupeau, depuis notre création. Tous nos modèles sont à rouf panoramique et salon de pont. C’est une solution chère, car cela induit de gérer des niveaux différents à l’intérieur, mais très utile. Notamment au mouillage, dans les pays un peu froid, où vous pouvez profitez de l’extérieur tout en restant dans votre bateau.

NN. : Pourquoi avoir choisi de construire en Aluminium ?

F.D. : C’est un matériau qui confère à nos bateaux une rigidité exceptionnelle, une grande capacité à encaisser des chocs. L’Aluminium permet également de s’affranchir des moules, d’avoir un mannequin très peu cher. Ainsi une petite structure comme nous peut exister sur les marchés. On parvient à faire des gros bateaux en amortissant l’outillage en 2 ou 3 unités. Et puis avec mon associé, on vient de l’Aluminium, d’un autre chantier naval exactement.

NN. : Comment s’est passée l’année 2009 ?

F.D. : Nous avons sortis quatre bateaux dont le premier Alliage 49 en novembre. Deux autres suivront l’an prochain. En 2010, on mettra également à l’eau le nouvel Alliage 45 et un Azzuro 53. Par contre, notre carnet de commande pour 2011 n’est pas encore plein même si deux Alliage 53 vont voir le jour. Nous comptons sur l’attractivité et l’éclectisme de notre offre pour nous sauver. D’autant que nos bateaux sont souvent pour nos clients des projets de vies longuement mûris.

NN. : Et quelles sont vos envies dans un futur, un peu plus lointain ?

F.D. : J’ai envie de continuer à satisfaire nos clients en étant très, très proches d’eux. On reste sur cette stratégie de faire quatre bateaux par an, tous très différents mais personnalisés à outrance. Chez nous, on fait construire. On demande que le client s’implique, qu’il vienne régulièrement constater l’avancée de la construction, qui dure désormais 1 an et demi. J’ai envie de garder cette philosophie.

La gamme du Chantier naval Alliage sur NauticNews.com.

Tags : AlliageVoilier de voyageAluminiumBerret et RacoupeauNautic de Paris

-NG-

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

dix − trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.