NauticNews

Solitaire du Figaro : Armel Le Cleac’h fait le doublé à Brest

Solitaire_Figaro_Armel_LeCleach_remporte_la_2nde_etape_sur_Brit_Air.jpg

08/2010 –

Armel Le Cleac’h a remporté la seconde étape de la 41ème Solitaire du Figaro[voir notre présentation] après sa victoire lors de la 1ère étape vers Gijon. Le Skipper de Brit Air a mis 2 jours 12 heures 44 minutes et 40 secondes pour parcourir les 385 milles de cette deuxième étape entre Gijón et Brest. «C’était intense jusqu’au bout, le dernier bord dans le goulet n’en finissait pas, le vent était tombé et il y avait un peu de courant contre, je dois reconnaître que j’ai eu un petit coup de stress » confiait le skipper de Brit Air à son arrivée au ponton du Moulin Blanc. Il faut dire que depuis le passage de la marque SN1 au large de Saint-Nazaire, Armel Le Cléac’h a dû contenir les assauts incessants de ses poursuivants, en particulier, ceux de Jérémie Beyou et de François Gabart. Soit, tout un louvoyage le long des côtes de Bretagne en contrôlant ces deux Figaristes qu’il avait réussi à doubler dans la nuit de mercredi à jeudi, juste avant SN1.

Le secret ? Tenir

Deux victoires d’affilée, après celle sur la Transat Ag2r [voir notre article], Armel Le Cleac’h est manifestement très en forme. Mais pas seulement, il est aussi en état de grâce, conjuguant talent et volonté. «C’est le métier, c’est ce que je me suis dit après SN1, sous petit spi, avec François et Jérémie, j’ai vu qu’on faisait vraiment la différence ». Alors, l’expérience aussi. Mais plus encore. «Il a tiré les meilleurs bords, appuyé sans cesse à bon escient, où ça payait, au bon moment et il allait très vite », expliquait Sylvain Mondon, de Météo France, en étudiant les trajectoires de Brit Air. «Il fallait être opportuniste, envoyer le premier le spi, le solent, virer le premier et ainsi de suite et gagner mètre après mètre ». Il fallait être lucide aussi malgré la quasi-absence de repos. «J’ai fait des petites siestes, au total, sur l’étape, je pense que j’ai dormi trois ou quatre heures. Mais c’était difficile, avant SN1, je mettais du charbon pour revenir dans le bon paquet et, ensuite, quand je suis passé en tête, avec la pression que me mettaient Jérémie et François, il fallait tenir ».

Comme un avion

Brit Air avait pris un bon départ de Gijon mardi dernier. Mais, une petite erreur de manœuvre au passage de la bouée de dégagement l’a contraint à réparer et voir ainsi une bonne partie de la flotte lui passer devant. Du coup, Armel a mis les bouchées doubles. De « Chacal », la faim l’a transformé en ogre, dévorant les milles et laissant ses adversaires dans son sillage, heure après heure. En cette seule édition 2010, Armel Le Cleac’h double le nombre de ses victoires d’étape sur La Solitaire de deux à quatre. Il est en tête du classement général. Yann Eliès est 51’58 » (avant jury), François Gabart à 1 heure 4 minutes et 46 secondes et Thomas Rouxel [voir le portrait] à 1 heure 31 minutes et 35 secondes. La prochaine étape partira de Brest lundi 9 août et arriva à Kinsale en Irlande au terme de 349 milles compliqués à appréhender pour les 45 solitaires.

Tags sur NauticNews.com : Solitaire du FigaroArmel Le Cleac’hClasse Figaro

Plus d’informations : Site de la Solitaire du Figaro

Crédit photo : Courcoux-Marmara/Le Figaro

-CP-

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

3 × 4 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.