NauticNews Logo

Solitaire du Figaro: Hardy, comme son nom l’indique

Solitaire_du_Figaro_Hardy.JPG

08/2010 –

Au charmant port de Kinsale, tous les concurrents sont arrivés en rafale : 15 minutes pour le podium, une demi-heure pour les 20 premiers, 1h seulement jusqu’au 38e. Complète, engagée, exigeante, cette troisième étape accouche d’un podium inédit, où deux jeunes hommes Adrien Hardy (Agir Recouvrement) et Jean-Pierre Nicol (Bernard Controls) encadrent un inévitable cador : Yann Eliès (Generali-Europ Assistance). Tous les concurrents sont désormais attablés, ensemble, au Yacht Club de Kinsale pour refaire le match, cette étape où le Fastnet était une « bouée au vent » remarquablement placée. Voici les premières réactions des nouveaux héros de La Solitaire.

La première fois que Jean-Paul Mouren (M@rseillentreprises, 22e) a terminé une étape du Figaro à Kinsale, Adrien Hardy, le grand vainqueur du jour, n’était pas né ! A 26 ans seulement, le skipper d’Agir Recouvrement vient de prouver qu’avoir du cran – et du talent – n’était pas incompatible avec l’insolente jeunesse. Ce natif du port de Loire de Basse-Indre, qui s’entraîne à Lorient, était surtout connu jusqu’ici pour deux faits d’armes : sa victoire dans la Solidaire du Chocolat en double (en Class 40) et son incroyable aventure dans la Mini Transat 6.50 : après avoir démâté, il avait réussi à remettre en place seul et en pleine mer l’espar principal de son bateau pour finir (6e !) la traversée de l’Atlantique…

Mais en Figaro, Adrien avait surtout – jusqu’ici – la réputation de tenter des coups improbables, des grosses options pas toujours fructueuses. Or, cette fois, il a su être d’une patience remarquable, jouer les bascules aux bons moments, ne pas se laisser tenter par les options prises par des skippers autrement plus capés que lui. En un mot, sa victoire ne doit rien à la chance, au hasard ou à un coup météo hasardeux. C’est une belle et grande victoire, dans la lignée des marins prestigieux qui ont gagné ici : Alain Gautier (quatre fois vainqueur à Kinsale !), Jean Le Cam, Yves Parlier, Loïck Peyron, Philippe Poupon… entre autres. On est prêt à parier toutefois que cela n’impressionne pas outre mesure l’hardi Adrien. Car oui, il fallait « en avoir » pour passer dans le chenal de Batz à marée basse et de nuit lors de la première étape. Il fallait en avoir encore sur celle-ci : d’abord pour ne pas être tenté de suivre Armel Le Cléac’h (alors leader) avant le Fastnet ; puis pour ne pas être tenté de suivre Gildas Morvan (Cercle Vert) au large ; enfin pour résister à l’énorme pression d’un Yann Eliès (Generali-Europ Assistance) qui ne lui concèdera qu’un peu plus d’une minute sur la ligne. Chapeau aussi à Yann Eliès donc – encore dans le coup jusqu’au bout – et le seul avec Adrien Hardy à avoir cru jusqu’au bout à l’option à terre le long des côtes irlandaises. Bravo encore à Jean-Pierre Nicol (Bernard Controls) qui signe sa plus belle performance en Figaro avec cette troisième marche du podium et aux deux bizuths Anthony Marchand (Espoir Région Bretagne) et Francisco Lobato (ROFF/ Tempo-Team) : ils finissent respectivement 8e et 9e… à cinq secondes d’écart !

Tags sur NauticNews.com : Solitaire du FigaroArmel Le Cleac’hClasse Figaro

Plus d’informations : Site de la Solitaire du Figaro

Crédit photo : Courcoux-Marmara/Le Figaro

-CP-

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

dix-sept − six =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.