NauticNews

Les Catamarans de croisière ont le vent en poupe

Catamarans_croisi__re___Lagoon_440.jpg

Après une terrible année 2009, l’industrie nautique retrouve un peu d’optimisme, notamment dans le secteur des Catamarans de croisières. Lors du premier salon des multicoques au printemps et des salons d’automne suivants, les grands constructeurs ont témoigné d’un important dynamisme. A Lorient, les 12 000 visiteurs ont pu découvrir pas moins de 55 unités, tandis que lors du Festival International de la Plaisance, le ponton central était parfaitement garni [voir note article]. Lagoon, Catana, Fountaine-Pajot et également Alliaura Marine n’ont pas hésité à étoffer leurs gammes. Dans le même temps, des unités ont su trouver leur place comme l’Outremer 49, tandis que cette année comptera 8 lancements de mega yachts comme le Blue Coast 95 ou le Sunreef 114. Pour Marc Van Peteghem qui dessine avec son associé Vincent Lauriot-Prévost des multicoques depuis plus de 25 ans, ce succès était prévisible. « Dés le départ on savait que le développement des multicoques allait arriver, nous a expliqué celui qui s’occupe du secteur industriel de VPLP, Vincent étant plus détaché vers la course [voir notre article]. Le multi a des qualités pour la croisière pour peu que l’on respecte un équilibre entre la performance et le confort. On peut parcourir le monde assez vite avec une plateforme stable et spacieuse. Ca a donné une vision différente de la vie en mer et de la croisière ».

Curseur entre la performance et le confort.

Le boom de la défiscalisation dans les années 80/90, ainsi que le développement de la location aux Antilles, a permis aux chantiers de vendre beaucoup de bateaux. Réservé initialement aux régates, le catamaran avec son important volume utilisable s’est cependant peu à peu imposé comme un bon croiseur familial. Les lancements en 1986 du Louisiane de Fountaine-Pajot et en 1987 du Lagoon 55 ont également prouvé que l’on pouvait naviguer vite, confortablement et en toute sécurité. D’ailleurs en confiant le dessin de la carène à VPLP, Lagoon a tout de suite eu envie de faire cet amalgame. «  Notre travail a été de ne pas forcément chercher à exploiter tout l’espace, nous a confié Marc Van Peteghem. On ne peut pas faire un bateau très confortable et très volumineux, et très performant à la fois. Dessiner un catamaran de croisière c’est superposer 2 images : La Performance avec surtout la maîtrise du rapport poids/longueur et le Confort dans la recherche d’une plateforme stable et spacieuse. Mais le rêve de la polyvalence n’existe pas, il faut faire des choix », a-t-il conclu. Les chantiers doivent donc décider où va être placé le curseur entre la vélocité et le volume, jusqu’où ils acceptent de perdre de la performance. Cette recherche est d’autant plus ardue que l’industrialisation entraine une maîtrise des coûts. Si l’on a tendance à vouloir charger un bateau avec des équipements de confort, on ne peut regagner de la vitesse en l’allégeant avec des matériaux comme le Carbone. Seuls les Yachts dont le prix n’est pas une contrainte peuvent y parvenir.

A chaque envie de croisières son catamaran.

En s’interrogeant sur ses envies et surtout sur ses besoins, le client pourra définir le catamaran dont il a besoin. Il pourra trouver son bonheur parmi la multitude de bateaux sur le marché. Aux côtés des grands constructeurs, qui ont tout de même quelque peu « typé » leurs voiliers, existe une pléthore d’offres dites de niche. Ainsi le succès de l’Outremer 49, et les lancements du SIG 45 d’Hugo Le Breton et en Afrique du Moxie 61 dessiné par VPLP, prouvent que pour certains plaisanciers, la croisière c’est aussi la vitesse et le plaisir de la voile. « L’avenir de la croisière, c’est le multi !, a d’ailleurs expliqué à NauticNews.com Sébastien Barthez, chargé des relations de presse du salon des  multicoques. Comme il n’y a plus de places dans les ports, la tendance est au mouillage et les constructeurs l’ont rendu plus confortable pour l’équipage. Les grands projets reprennent, notamment pour les catamarans à moteur qui vont gagner des parts de marché importantes », a-t-il conclu. Le secteur du catamaran de l’industrie nautique se porte donc plutôt bien, malgré la lente sortie de crise. Les plaisanciers pourront se rendre compte du dynamisme de cette filière lors du second salon des multicoques qui aura lieu l’an prochain à La Grande Motte.

Tags sur NauticNews.com : CatamaranCabinet VPLPSalon des Multicoques

Crédit photo : Lagoon / Nicolas Claris

-NG-

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

11 − dix =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.