NauticNews

1er Championnat du Monde Offshore en France

Offshore_Classe_3C_Nautic_2000.jpg

09/2010 –

Le Championnat du Monde Offshore UIM Classe 3C se tient pour la première fois en France, au cœur de la station balnéaire de Solenzara en Corse, jusqu’au 26 septembre. Réputé comme la référence en matière de compétition offshore, ce championnat  fédère chaque année l’élite des pilotes mondiaux. « Les compétences d’Offshore Passion, organisateur du championnat de France offshore depuis  2001, jumelées à l’enthousiasme de la ville de Solenzara de rassembler dans un cadre exceptionnel  les adeptes de ce sport,  nous a permis de proposer la candidature de la France à l’UIM.  Nous  sommes honorés d’accueillir pour la première fois dans notre pays cette prestigieuse compétition. La venue de ce mondial sur la côte des Nacres mettra en exergue l’esprit sportif,  la stratégie des équipages et leurs performances et surtout un spectacle d’une rare qualité.  Les pilotes  français pourront ainsi exprimer leur potentiel et nous l’espérons décrocher un podium », a commenté Jean-Marie Lhomme, Président de la Fédération Française Motonautique.

Des pilotes mondialement connus à l’affiche

Plus d’une trentaine d’équipages ont profité de l’intersaison pour peaufiner les performances des moteurs, tester de nouveaux matériels et s’entrainer pour booster les chronos.  Ce championnat d’envergure internationale est la combinaison de talent, d’investissement et de surpassement de soi. Difficile à gagner, rare à conserver, le titre s’acquiert avec effort. Leader en titre, le team finlandais Venepalvelu Johnsson Racing  emmené par  Marcus Johnsson / Lauri Lampen a remporté les lauriers en Italie après de magnifiques passes d’armes avec ses concurrents. Bien connu dans le monde des sports motonautiques, Marcus Johnson était déjà monté sur la plus haute marche du podium en 2001 avec Jukka Lammela. La médaille d’argent 2009 a été décernée au  team français G.T One  drivé par Matthiew Bacellini et Julien Gobet. 25 teams ont sélectionnés par leur fédération nationale au vu de leur palmarès sportif. Parmi eux, deux femmes co-pilote, une française et une suédoise s’apprêtent à driver leur mari vers la victoire.

Fun et adrénaline à la Française

A 30 ans, la Française Aurélie Rattalino s’apprête à vivre son premier mondial. Au fils des saisons, d’accompagnatrice pour suivre son mari pilote, elle s’engage dans la compétition en tant que co-pilote aux côtés de Valérie Tavan et entre dans l’arène. Durant deux saisons, elle se prend au jeu, apprend le « métier » et s’initie à toutes les subtilités de ce sport motonautique. En 2006, elle rejoint le baquet de Jean-Stéphane et le duo à la ville comme sur l’eau, s’inscrit sur les championnats français et belge.  « Il faut avoir confiance au pilote. Cela va très vite et maintenant avec les bateaux cellulés, les sensations sont encore plus fortes.» Au fil des saisons, Aurélie prend des responsabilités à bord. « Je gère le lift qui permet de stabiliser le bateau, trouver la bonne vitesse et réussir les départs. J’oriente Jean-Stéphane en fonction des indications GPS et surveille les embuscades de nos petits camarades grâce aux caméras embarquées. D’un œil, je contrôle en permanence la pression d’eau et la température du moteur.» En fait, un jeu d’enfant, à entendre Aurélie. « Durant les courses, nous communiquons beaucoup. Il me dit ce dont il a besoin pour obtenir une bonne puissance du bateau. Et moi, je le pousse et le motive à aller plus vite. » En 2009, Aurélie prend une année sabbatique pour mettre au monde une petite fille mais rejoint le circuit en 2010 pour disputer le mondial. « C’est exceptionnel en France ! Pas question de passer à côté. » A quelques jours du départ, le couple prépare son twister. « La priorité c’est de s’amuser, pas de pression, la récompense serait de gagner. » Mais sur l’eau Aurélie ne lâche rien, et dès que le départ est donné, l’adrénaline s’empare de cette jeune maman. Avec une 6ème place au mondial 2009 pour Jean-Stéphane, à parier que ce sacré tandem n’hésitera pas à donner des sueurs froides à ses adversaires pour améliorer ce score.

Prestige et suspens

Savant mélange de vitesse et de haute technologie, ces offshores évoluent à plus de 150Km/h sur la crête des vagues et offrent sur chaque manche des rebondissements incessants et de sérieuses empoignades pour les places d’honneur. En 2010, les trois manches seront disputées sur un circuit total de 215 milles nautiques  au large de la côte sud-est de la Corse. Tous ces prétendants à la victoire rivaliseront d’audace et de pugnacité pour le plus grand bonheur des aficionados venus les encourager. L’impressionnant départ à l’américaine viendra encore pimenter ce week-end. En parallèle du mondial, le cinquième et dernier round du championnat de France offshore  réunira une quarantaine d’équipages chevronnés à bord de catamaran et d’offshore. Ce spectacle impressionnant qui exerce une véritable fascination sur le public sera gratuit pour tous les visiteurs. Dans l’ambiance magique de la compétition, ces férus de sports mécaniques pourront également accéder au  parc à bateaux et approcher les prétendants au titre. Au cœur de l’intimité de ces teams, ils pourront  admirer les offshores aux multiples facettes et aux performances époustouflantes. Ils ressentiront à l’orée des départs, la pression palpable qui règne dans ce fief et qui annonce des duels extrêmement serrés. Des moments inoubliables en perspective.

Plus d’informations : Site du Mondial Offshore Class 3C

Crédit Photo : Offshorepassion.com

-CP-

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

un × 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.