NauticNews Logo

Voile Olympique : L’excellence débute à Antibes

Pole Voile Espoirs Antibes 2011

Le Pôle Espoirs d’Antibes est une structure unique qui permet à de jeunes coureurs d’être formés en vue d’intégrer l’Equipe de France de Voile Olympique. Cette saison, 17 coureurs de 15 à 18 ans rêvent de prendre un jour le sillage d’anciens résidents du Pôle comme Nicolas Charbonnier (470) médaillé de Bronze aux derniers JO ou Jean-Baptiste Bernaz (Laser), également présent à Pékin (8ème). « Je dois tout au Pôle, a expliqué à NauticNews.com le N°1 français de Laser. C’est à Antibes que j’ai acquis mon niveau et mes valeurs, ainsi qu’un BTS. J’y ai passé 6 ans après avoir été recruté en 2002 par Lionel Pellegrino qui est désormais mon entraineur en Equipe de France« . Au pied du Fort Carré, ce centre offre des conditions parfaites à ses jeunes coureurs. S’entrainant 3 fois par semaine, ceux-ci alignent les bons résultats depuis le début de saison. Fin avril, les 5 équipages de 420 participeront aux qualifications internationales pour les épreuves mondiales ISAF avec de bonnes chances notamment pour le duo Thélier/Hollin, actuel 13ème mondial. En Laser, les jeunes disputeront l’Europa Cup (du 12 au 17 avril) tandis que Thomas Morel sera également présent sur la Semaine Olympique Française de Hyères (du 22 au 29 avril).

Encadrement du haut niveau pour jeunes prometteurs.

Les 17 coureurs du Pôle Espoirs d’Antibes sont encadrés par Jean-Philippe Coin, dit Bilou, pour le Double, et Richard Demeo pour le solitaire. « Nous sommes un centre de ressources, a expliqué Bilou. Nous faisons de la formation et travaillons beaucoup dans la transversalité des flottes. » NauticNews.com a ainsi pu assister à une séance d’entrainement de Match Race supervisée par Philippe Mourniac. Le navigateur aux 3 Coupes de l’America [voir notre article] a pu donner de nombreux conseils aux jeunes, ainsi qu’à Sophie de Turckheim, vice-championne du monde de Laser radial (2009), naviguant régulièrement à Antibes. Tout comme, Sofian Bouvet, champion du monde espoirs (470), qui participe également à quelques sessions. « Nous avons de bons échanges de compétences à l’Equipe de France notamment au niveau des entrainements« , précise Bilou. De plus, le Centre d’Excellence Régional, ainsi un temps appelé par la fédération française avant de recevoir l’appellation « Pôle Espoirs », fait intervenir Physio Concept, une structure composée d’un Kiné,d’ un Ostéopathe et d’un Orthoptiste. Des tests de posture et des programmes d’entrainement sont ainsi développés en collaboration. Elle intervient également sur la prévention des problèmes liés à la croissance. « En explorant toutes ses pistes de travail, nous avançons dans un sens qui nous parait cohérent« , a conclut Richard Demeo. Les résultats plaident en faveur d’Antibes qui a notamment vu passer 80% des coureurs regroupés au Centre d’Excellence National (CEN) de Marseille.

Avenir de la voile olympique française.

La Fédération Française de Voile a rassemblé tous les coureurs sur les CEN de Marseille et de La Rochelle. Les anciens Pôles Voile ont ainsi perdu leurs meilleurs éléments et, on peut le penser, vont peu à peu disparaître. A Antibes, Jean-Philippe Coin et Richard Demeo, épaulés par de bons soutiens institutionnels (mairie, ligue et clubs), ont maintenu le cap pour sauver cet outil unique en France. En effet, le Pôle Voile d’Antibes bénéficie du soutient logistique d’un CREPS auquel il est accolé. Ainsi le suivi médical et le logement des coureurs sont pris en charge par le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Dans cet environnement sportif, les régatiers côtoient des athlètes de toutes pratiques, et partagent avec eux leurs expériences de compétiteurs. Grâce à la collaboration des collèges et lycées de la ville, les 80 sportifs de haut niveau, dont les 17 membres du Pôle Voile, peuvent effectuer des entrainements poussés tout en gardant une scolarité normale qui les conduit souvent vers de hautes études. Les régatiers sont sur l’eau 3 après-midi par semaine (mardi, mercredi et jeudi), tandis que les lundis sont consacrés aux devoirs et les vendredis à la préparation physique. Les week-end, les coureurs, appartenant à 9 clubs, retournent chez eux et régatent sous les couleurs de leur ville. « Les jeunes que nous recrutons ont une occasion unique d’aller vers le haut niveau. Ce qui est très bénéfique pour les clubs formateurs« , nous a expliqué Richard Demeo. « Pour assurer notre avenir, nous devons parvenir à convaincre les clubs de la cohérence de notre démarche. Nous devons pour cela être plus visibles et multiplier les bons résultats. On sera fixé en avril« , a-t-il ajouté pour conclure. Dans les prochaines semaines, lors des différentes sélections, la formation antiboise de voile olympique va donc pouvoir prouver son excellence. Le succès des membres du Pôle pourrait pérenniser cette structure idéale et par la même occasion, offrir enfin à Jean-Philippe Coin et Richard Demeo un peu de reconnaissance.

Tags sur NauticNews.com : Voile OlympiqueJeux OlympiquesFédération Française de VoileLaserAntibes

Crédit photo : Pôle Voile Espoirs Antibes

-NG-

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

trois × trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.