NauticNews

Les skippers français sur la prochaine Volvo Ocean Race

Iker Martinez mènera une nouvelle fois le Team Espagnol pour la Volvo Ocean Race

Le marin basque de 37 ans qui vient tout juste d’être sacré champion d’Europe de Nacra 17, s’engage dans sa deuxième campagne sur la Volvo Ocean Race en tant que skipper après avoir mené Telefonica en 2011-12.

Lors de sa dernière participation où il a terminé 4ème, Iker Martinez avait pu bénéficier d’une longue préparation. Cette fois, les choses sont différentes pour les Espagnols dont le projet a été annoncé il y a un mois seulement. Martinez, champion olympique de 49er en 2004, s’est pourtant lancé sans hésitation dans l’aventure.

“Je suis vraiment heureux d’être une nouvelle fois skipper de ce projet aux couleurs de notre pays,” explique-t-il. “ C’est un gros challenge – pas seulement   parce que la Volvo est une très longue et difficile course pour tous les équipiers – mais aussi parce que nous savons qu’il nous reste très peu de temps avant la première étape le 11 octobre prochain  »

“Nous savons que c’est une vraie course contre le temps et que les autres équipages sont en avance sur leur préparation. Mais nous allons travailler dur pour gommer cette différence.”

Une nouvelle fois, son meilleur ami et plus fidèle équipier, Xabi Fernandez sera à ses côtés en tant que chef de quart. Le duo a remporté l’or olympique en 2004 à Athènes et rapporté la médaille d’argent en 2008 en 49er.

L’équipe espagnole comptera plusieurs Français à son bord. Nicolas Lunven a été annoncé il y a plusieurs jours. Et, confirmant les rumeurs qui courraient depuis plusieurs semaines, c’est le nom de Michel Desjoyeaux qui vient d’être officialisé. Le marin français le plus titré en solitaire, notamment vainqueur à deux reprises du Vendée Globe, aidera l’équipage dans sa préparation. Mich Desj a déjà participé à trois reprises à la course autour du monde en équipage en 1985-86 (Cote d’Or), 1989-90 (Charles Jourdan) et en 1993-94 (La Poste).

“Nous sommes très chanceux de pouvoir compter sur Michel Desjoyeaux pour notre préparation à cette campagne. Nous lui avons proposé ce rôle pour différentes raisons mais avant tout pour sa grande expérience. Michel va être un élément indispensable compte tenu du peu de temps dont nous disposons avant le départ. ”

Eric Péron sur Dongfeng

Eric Péron, quant à lui, intègre l’équipage du bateau chinois Dongfeng pour la prochaine Volvo Ocean Race. Le navigateur français a été retenu par son skipper Charles Caudrelier pour être régleur barreur/performer. Epreuve qui s’élancera d’Alicante cet automne sur le tour du monde en équipage avec escales. Un grand défi en soi… Et une excellente préparation au Vendée Globe. Explications…

Eric, comment as tu été recruté à bord de Dongfeng ?
« Juste après ma Transat Ag2r en mai dernier, j’ai reçu un e-mail de Charles (Caudrelier) me demandant si je voulais faire un essai pendant la transatlantique d’entrainement du bateau entre Newport et Lorient. J’ai évidemment accepté avec enthousiasme : tous les marins rêvent de faire cette Volvo Ocean Race ! Avec le Vendée Globe, ce sont les deux plus grandes courses au large au monde. »

Quel sera ton rôle à bord ?
« Mon poste principal est régleur, mais je serai aussi barreur et Numéro 1 de secours si un des deux prévus à ce poste se blesse. La plage avant du bateau est très exposée : on peut s’y faire des bobos ou simplement accumuler de la grosse fatigue. Voilà pourquoi je suis prêt à y intervenir aussi. Côté technique, je suis en charge de l’électronique et de la performance. »

La Volvo Ocean Race est évidemment un super objectif en soi, mais est-ce compatible avec ton projet de Vendée Globe ?
« Plus que ça, c’est très complémentaire ! La Volvo une opportunité inattendue, mais on se connait un peu tous ; il y a de l’expérience à bord et dans une compétition où les bateaux sont tous identiques, nous avons nos chances. Non seulement c’est compatible avec le Vendée Globe, mais c’est super intéressant et enrichissant. Ce sera mon premier tour du monde sur des bateaux quasi de la même taille que ceux du Vendée Globe (IMOCA 60), avec une puissance comparable. Je vais apprendre beaucoup au niveau technique… Et je vais découvrir les joies de la vie en équipage moi qui ne fait quasiment que du solitaire ou de l’équipage réduit. Je vais apprendre beaucoup aussi sur le parcours et les mers qu’on va traverser, moi qui n’ai jamais passé l’équateur à la voile, jamais navigué dans les océans Indien ou Pacifique ; ni m&! ecirc;me arrondi le Cap Horn. A tous points de vue, cette participation à la Volvo est bénéfique pour mon projet Vendée Globe. »

Ton projet de financement participatif « Be One Team » pour le Vendée Globe continue donc pendant la Volvo Ocean Race ?
« Oui bien sûr ! Nous allons même faire quelques événements Be One Team pendant des escales de la Volvo afin de continuer à faire vivre le projet, de se roder sur la partie événementielle et d’être présent au départ du Vendée Globe 2016. On peut en trouver tous les détails en me suivant sur les réseaux sociaux ou sur mon site Internet (*) »

Au programme d’Eric d’ici le départ de la Volvo Ocean Race le 4 octobre 2014 à Alicante (E) à bord de Dongfeng, des entraînements intensifs. Navigations certes, mais aussi sport, stages médical et électronique. Première confrontation en mode course, le Tour des Iles Britanniques non stop au départ de Cowes (Ile de Wight/UK) le 10 août prochain. Une boucle de 1802 milles (3300 km) où le voilier Dongfeng y retrouvera au moins deux de ses concurrents sur la Volvo Ocean Race, les voiliers Azzam et Team SCA.

Crédit Photo : María Muiña/SailingShots

Tags sur NauticNews: Volvo Ocean Race, Michel Desjoyeaux, Eric Péron

– CP –

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

2 × trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.