NauticNews Logo

TFV : La plus belle pour TPM !

Ils partaient pour une trentaine d’heures de course, il en a fallu moins de 24 aux premiers M34 du Tour de France à La Voile pour boucler cette étape de ralliement de 230 milles entre Roscoff et Talmont St Hilaire. TPM Coych, impérial, s’impose en Vendée au terme d’une bataille épuisante entre près et portant, cailloux et casiers de pêcheurs. La concurrence n’a laissé aucun répit aux Hyérois qui bouclent l’étape à la vitesse moyenne de 10.04 nœuds. Les 6 premiers terminent dans une fourchette de 30 minutes. Bretagne Crédit Mutuel Elite et BAE Systems complètent le podium.

Démarrer au près, enchainer au portant

Cette étape commençait comme les autres : du près face au courant, et ce jusqu’à la pointe de Bretagne ! Les équipages avaient probablement allumé des cierges à Roscoff pour avoir enfin le droit de naviguer au portant et sous spi, pour débrider l’allure, ouvrir les voiles et fendre l’eau à grande vitesse. Prière écoutée, dès la pointe St Mathieu, les premiers spis de capelages se gonflent et le Chenal du Four est avalé en quelques heures, et ce n’est rien encore ! En enroulant le Raz de Sein, les équipages brûlent d’envoyer le grand spi, et de débouler en baie d’Audierne et le long de la côte sud de la Bretagne à grande vitesse. « Il y a eu quelques passages de bouées tendus comme le phare de la Plate au Raz de Sein. Nous avions le courant dans le nez et le vent refusait un peu. Nous étions sous spi au largue serré, nous sommes passés très près de la tour. Je savais qu’il y avait de l’eau au pied, mais avec les déferlantes, c’est toujours impressionnant ! » décrit Gérald Véniard (BAE Systems).

Eole se lève et souffle jusqu’à 20 – 25 nœuds, les bateaux accélèrent, les équipages se serrent sur l’arrière, l’eau gicle, ça rince dehors ! Les pointes de vitesses sont éloquentes : dans le vent soutenu et par une houle formée, les surfs se succèdent, taquinant régulièrement les vingt nœuds.

Les Glénans à bâbord, Groix et Belle Île à tribord, les concurrents jouent à la côte, et se relaient aux postes clés. « Cette nuit c’était dur, car il fallait sans cesse chercher des angles assez haut. Nous étions majoritairement sous spi au reaching. Du coup, nous nous battions constamment contre le bateau pour ne pas partir au tas » raconte Elodie Jane Mettraux, régleuse à bord de Ville de Genève Carrefour Prévention. Pendant plus de douze heures, il faut choquer, border, régler, il faut abattre ou loffer, et plus que tout rester concentré !

Vigilance de mise

La houle se lève pendant la nuit et le comité de course préfère raccourcir le parcours en imposant une ligne d’arrivée à la Cardinale Sud Petite Barge. Le vent et la mer formée ont en effet fait craindre un temps à la direction de course que les M34 ne pourraient entrer dans le port de Talmont en raison des déferlantes trop violentes devant la jetée. Pas de révolution, seuls 8 milles sont retirés au parcours initial et finalement les M34 pourront accéder comme prévu aux pontons de Talmont.

Le spi dans la brise en M34 demande de la maitrise et de l’attention, du physique et de l’endurance ; surfer dans 25 nœuds et une mer formée au ras des côtes et des zones de pêche requiert une concentration de chaque instant. A deux reprises les Suisses d’Elodie Jane Mettraux et de Jérome Clerc embarquent casiers ou ligne et y laissent de précieuses minutes, contraints de faire plonger un de leur équipier pour libérer le bateau de ces « freins » imprévus.

Les départs au tas se succèdent sur tous les bateaux, les spis claquent, et les winchs fonctionnent à plein régime : « il fallait planer en permanence et essayer à chaque fois de trouver le meilleur angle et la meilleure technique pour aller plus vite que l’adversaire. Dans ce genre de cas, tout l’équipage est à l’arrière et ce qui est difficile, c’est que tout le monde est trempé de la tête aux pieds à cause des grosses déferlantes » raconte Dimitri Deruelle à bord de Bretagne Crédit Mutuel Elite.

Sur la ligne d’arrivée, TPM Coych très en forme depuis St Cast Le Guildo s’impose de la plus belle manière devant l’équipage de Nicolas Troussel et celui des Omanais. 9 points seulement séparent maintenant les Hyérois de Fabien Henry des hommes de Daniel Souben, qui défendent chèrement leur spi bleu. Avec cette deuxième victoire en ralliement, les Sudistes confortent leur place de leader du classement au large, avec 17 points d’avance sur Courrier Dunkerque 3 : le spi vert reste à bord de TPM Coych !

Une Oreille sur les pontons :

Fabien Henry – TPM Coych
« Le début de course a été un peu difficile courant dans le nez. Il fallait s’abriter pas mal à la côte pendant 4 ou 5 heures. Nous sommes revenus petit à petit au contact des premiers. Tous les bateaux sont allés assez proche des cailloux, c’était un petit slalom. Petit coup par petit coup, nous avons réussi à nous remettre dedans. A partir d’Aman Ar Ross, c’était de plus grands bords, nous avons soigné le placement avons réussi à passer 2ème. Après, au passage du Four, nous faisons un bon coup : nous sommes les seuls à envoyer le grand spi au début du Raz de Sein, ce qui nous permet de passer devant Bretagne Crédit Mutuel. Dès que c’est serré, nous avons  de bons régleurs et Tugdual aime bien ses allures à la barre. Il a d’ailleurs barré 80% du temps. Au classement, c’est une bonne opération. »

Nicolas Troussel – Bretagne Crédit Mutuel Elite
«  Nous avons passé pas mal de temps avec les Hyérois. Le départ s’est fait au près contre le courant. Il y a eu beaucoup de virements de bord dans les cailloux. Croisements, dévents…. Parfois, on n’était pas très rassurés. Je mets des règles à bord et on n’y déroge pas. S’il faut prendre à un moment un peu moins de risque, je le fais. Nous avons repris la tête à Aman Ar Ross et jusqu’au Four et passons le Raz de Sein juste derrière TPM. Ils allaient très vite, c’est forcément un peu rageant tant c’était flagrant. L’étape était super, dure car il fallait tout le temps être au rappel. Il n’y a pas eu de répit. Quelques-uns ont réussi à faire des petites siestes quand même. Nous sommes un peu derrière Dunkerque et TPM comme le reste de la saison mais nous sommes clairement le troisième bateau. A nous d’essayer d’être plus régulier. Il y a eu la période Dunkerque puis la période TPM. J’espère qu’il va maintenant y avoir la période Bretagne Crédit Mutuel ! »

Dimitri Deruelle, sur Bretagne Crédit Mutuel Elite
« C’était fun, super fun ! Nous avons fait des pointes de vitesse que nous n’avions jamais faites avec le bateau. Il n’y a pas eu beaucoup de vent, mais nous étions sur des allures qui faisaient que nous allions très vite ! Il y avait cependant pas mal de mer du coup pour faire la différence, il fallait planer en permanence et essayer à chaque fois de trouver le meilleur angle et la meilleure technique pour aller plus vite que l’adversaire. Dans ce genre de cas, tout l’équipage est à l’arrière et ce qui est difficile, c’est que tout le monde est trempé de la tête aux pieds à cause des grosses déferlantes. Il y avait beaucoup d’eau dans le bateau. Au final, on peut dire que c’était vraiment un sprint et nous non plus nous n’avons pas dormi. »

Gérald Véniard, navigateur sur BAE Systems
« Cela s’est plutôt bien passé, nous avons fait un très bon début de course ! Nous avons eu à faire à deux solides concurrents. Nous avons réussi à contenir Courrier Dunkerque 3 jusqu’ici ! C’est une belle 3ème place, nous sommes vraiment contents ! Le plus difficile pour moi en tant que navigateur a été mon petit souci d’électronique au début dans les cailloux. Après honnêtement, l’équipage n’a jamais baissé les bras ; et nous avons eu des conditions supers pour aller très très vite. Nous nous sommes fait rudement plaisir ! Il y a eu quelques passages de bouées tendus comme le phare de la Plate au raz de sein. Nous avions le courant dans le nez et puis le vent refusait un peu. Nous étions sous spi au largue serré, nous sommes passés très près de la tour. Je savais qu’il y avait de l’eau au pied, mais avec les déferlantes, c’est toujours impressionnant. C’est encore plus impressionnant de passer sur la tranche avec le spi qui claque! Juste après nous avons envoyé le grand spi. Nous n’avons pas arrêté de faire des peelings (manœuvre de changements de spi) et… c’était super ! Nous n’avons pas dormi du tout ! »

Daniel Souben, Courrier Dunkerque 3 :
«  Dur, dur car nous avons fait une étape un peu difficile avec un déficit de vitesse en début d’étape. Je ne sais pas si nous nous sommes pris des algues ou pas mais cela a permis aux trois premiers de partir. Nous sommes revenus un peu au contact au passage du Four. Après, c’est parti par devant, nous le savions. On a raté certainement un ou deux petits coups aussi, nous étions un peu à contre temps justement en raison du décalage. TPM est en forme depuis trois jours maintenant, nous, c’était les trois jours précédents. Cela s’équilibre. Après, ça va se jouer en Méditerranée. Mais les bananes de demain seront importantes. Nous avons quand même toujours un avantage pour l’instant, si cela fonctionne bien demain, on pourrait se constituer un petit matelas intéressant. »

Bertrand Pacé, Région de Bruxelles Capitale
« Je suis trempé et j’en ai marre (rire) Non, non, c’était sympa, très sympa. C’est  toujours un peu dur les régates de brise comme ça au portant mais dans l’ensemble, c’était sympa. L’équipe a fait un bon boulot, nous n’avons pas fait trop trop de bêtises, on s’est fait passer à la fin par Tu Delft parce qu’on était un peu gourmand mais… le bilan est positif. Nous n’avons pas fait de bêtise sous spi, les gars étaient bien dessus, globalement je suis assez satisfait.

Côté rigueur ? Il y a encore une marge de progression à ce niveau-là ! Mais bon dans l’ensemble ça progresse, bien sûr, on a fait plein de peeling, on n’a pas fait de nœuds, en manœuvre ça commence à tourner bien, le seul problème, c’est les réglages, il y a vraiment un monde mais… dans l’utilisation du bateau, les manœuvres etc… ça commence à bien marcher ! »

Elodie Jane Mettraux, Ville de Genève – Carrefour Prévention
« Nous avons chopé des casiers au début de la course, lorsque nous étions au près le long des côtes. Nous avons réussi à nous en sortir, puis à la suite de cela, nous nous sommes rendus compte que nous avions embarqué un fil nylon, c’est-à-dire des hameçons avec des petits flotteurs qu’on ne voyait pas. Nous avons compris qu’il fallait plonger ! Et par la même occasion, nous avons aussi compris pourquoi nous nous traînions. Nous avons repris une bouée à 16-17 nœuds sous spi. Vu les conditions, nous n’avions non seulement pas le droit de plonger, mais nous n’avions pas non plus envie de lâcher un gars là-dedans ! Il y a un équipier, avec une drisse et un baudrier qui a pu attraper la corde qui était sur la quille et la couper. Nous avons facilement perdu 15 minutes et logiquement perdu des places, mais nous nous rattraperons en Med et sur les bananes. J’ai adoré naviguer sous spi quoiqu’il en soit. C’était magnifique ! Uniquement sous foc, nous avancions déjà à 19 nœuds. Cette nuit, c’était dur, il fallait sans cesse chercher des angles assez haut, nous étions majoritairement sous spi au reaching. Du coup, nous nous battions constamment contre le bateau pour ne partir au tas… Mais ça n’a pas loupé, nous sommes nous aussi partis au tas comme beaucoup d’autres ! Nous sommes contents d’être arrivés, d’autant plus qu’il fait beau ! Là, on va se sécher, manger et au lit ! »

Rappel des classements

Classement général provisoire après 18 courses :

1 – COURRIER DUNKERQUE 3 (FRA 08) – Daniel Souben, 567 pts – SPI BLEU
2 – TOULON PROVENCE MEDITERRANEE –COYCH (FRA 07) – Fabien Henry / Tugdual Becquemie,558 pts
3 – BRETAGNE – CREDIT MUTUEL ELITE (FRA 18) – Nicolas Troussel, 539 pts
4 – BAE SYSTEMS (OMA 4) – Cédric Pouligny, 518 pts
5 – VILLE DE GENEVE – CARREFOUR PREVENTION (SUI 19) – Jérôme Clerc / Elodie Mettraux, 511 pts
6 – NANTES SAINT NAZAIRE – E.LECLERC (FRA 6) – Corentin Douguet, 495 pts
7 – ILE DE FRANCE (FRA 1) – Vincent Aillaud, 478 pts
8 – BRED / La NORMANDIE (FRA 15), skippé par Arthur Herreman / Baptiste Choquenet, 417 pts
9 – CÔTES D’ARMOR BRETAGNE (FRA 14) – Josselin Le Moine, 413 pts
10 – TU DELFT (NED 1) – Pieter Van Notten, 391 pts
11 – REGION DE BRUXELLES – CAPITALE / BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK GEWEST (BEL 2) – Bertrand Pacé, 383 pts
12 – MARTINIQUE – MEDIABAT (FRA 2) – Mathieu Mourès, 370 pts
13 – ISKAREEN (GER 11) – Christiane Dittmers / Sönke Bruhns, 357 pts
14 – BIENNE VOILE – SRS (SUI 22) – Lorenz Mueller / François Kunz, 281 pts

Classement amateur après 18 courses :

1 – Ville de Genève – Carrefour Prévention, Elodie Jane Mettraux / Jérôme Clerc, 511 pts- SPI ROSE
2 – BRED / La Normandie, Arthur Herreman / Baptiste Choquenet, 417 pts
3 – Côtes d’Armor Bretagne, Josselin Le Moine, 413 pts

Classement technique après 13 courses :

1 – COURRIER DUNKERQUE 3 (FRA 08) – Daniel Souben / 299 pts
2 – Bretagne Crédit Mutuel Elite, Nicolas Troussel / 285 pts SPI ROUGE
3- BAE SYSTEMS (OMA 4) – Cédric Pouligny / 269 pts

Classement au large après 5 courses:

1 – Toulon Provence Méditerranée – COYCH, Fabien Henry, 317 pts SPI VERT
2 – COURRIER DUNKERQUE 3 (FRA 08) – Daniel Souben / 300 pts
3 – BRETAGNE – CREDIT MUTUEL ELITE (FRA 18) – Nicolas Troussel, 292 pts

Crédit Photo: FLORENT GAILLARD / ASO

Tags sur NauticNews: Tour de France à la voileTFV

– CP –

Tags (étiquettes) :

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

4 + 16 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.