NauticNews Logo

Transat Bretagne-Martinique : En mode « traversée »

Cette fois, ça y est : la flotte de la Transat Bretagne – Martinique a mis le clignotant à droite. Depuis 21 heures hier soir, les leaders profitent d’un alizé de nord – est bien établi (autour de 30 nœuds) et filent à vitesse grand V, sous spi, en direction des Antilles, entamant ainsi une longue navigation tribord amure. Pour leur part, les deux partisans de l’ouest sont toujours au près mais commencent à voir le bout du tunnel et devraient envoyer les spis dans la soirée.

À l’est ou à l’ouest, le constat ce matin, c’est que le vent est plus soutenu que prévu. Au large du Sahara Occidental, le trio de tête, Erwan Tabarly (Armor Lux – Comptoir de la Mer), Gildas Morvan (Cercle Vert) et Fabien Delahaye (Skipper Macif 2012), cavale à plus de 11 nœuds de moyenne. « Ça déboule ! » annonçait le leader de la meute, à 5 heures ce matin. Et pour cause, alors que les fichiers annonçaient une petite vingtaine de nœuds, sur l’eau c’est un alizé de nord-est bien établi autour de 30 nœuds qui souffle. « Je me m’attendais pas à autant mais c’est tant mieux parce que ça va vite. De plus, comme le flux est mieux orienté qu’hier, cela nous permet d’aller tout droit et nous simplifie pas mal les choses » poursuivait le Fouesnantais. Pour lui et ses adversaires les plus proches, les empannages devraient donc être terminés pour plusieurs jours.

Changement de mode
« À présent, le rythme va changer. Jusqu’ici, nous étions dans un régime similaire à celui que l’on peut avoir lors d’une Solitaire du Figaro : à fond dessus. A partir de maintenant, nous allons rentrer dans un régime plus régulier et les cycles de sommeil vont s’allonger un peu. Ce sera un régime, disons, plus stratégique » précisait Erwan Tabarly. De fait, les 2 400 milles qu’il reste à parcourir promettent bien des coups avec notamment la possibilité pour les uns et pour les autres de lofer et abattre, et créer ainsi des écarts en latéral. Souvenez-vous ce que soulignait Yoann Richomme (DLBC – Module Création), hier : « Vu sa position, Anthony Marchand n’hésitera sûrement pas à tenter quelque chose».  Le skipper de Bretagne – Crédit Mutuel Performance ne sera, c’est certain, pas le seul à essayer de jouer. En conséquence, sur l’eau, on se garde à l’œil. On s’observe.

Pas si mal à l’ouest
Au nord-ouest, plus que la concurrence, ce que l’on regarde avec attention, c’est surtout le déplacement de l’anticyclone. « Ce serait bien qu’il monte un peu vers le nord » commentait Arnaud Godart Philippe. En attendant, le skipper de Régates Sénonaises – comme Damien Guillou (La Solidarité Mutualiste) – bénéficie d’un bon vent de nord-ouest soufflant entre 17 et 20 nœuds. Là encore, les fichiers météo n’étaient pas si optimistes mais ce n’est surtout pas pour déplaire aux deux marins. « C’est plutôt cool. Hier soir, j’aurais payé pour être sûr d’avoir les conditions que l’on a actuellement. Maintenant, il faut que ça tienne et que ça ne devienne pas aléatoire » détaillait le navigateur de Camaret-sur-Mer. Réponse à la mi-journée.

Ils ont dit :

Erwan Tabarly (Armor Lux – Comptoir de la Mer) :
« Ça va bien ce matin. Ça avance vite. J’ai une trentaine de nœuds de vent sous spi, ça déboule ! Je ne m’attendais pas à tant que ça. Il y avait 22 nœuds fichier et nous avons plus que ça. J’ai du vent comme ça depuis 21 heures hier soir. Là maintenant, on est bien dans le flux, le vent s’est mieux orienté. Nous n’aurons pas d’empannage à faire d’ici un bon moment, voire quelques jours. Ça simplifie les choses. On ne va pas longer l’Afrique jusqu’au sud ! On traverse. Il peut y avoir des écarts en latéral, donc je fais comme depuis le début, c’est-à-dire que je ne m’occupe pas trop des autres. Nous sommes dans un flux de nord est assez régulier, il faut trouver la bonne latitude pour avoir la bonne pression. J’ai barré toute la nuit, je n’ai pas encore dormi, ça va durer jusqu’à 9h. Ensuite, je vais essayer de reprendre le rythme : dormir la nuit en me réveillant toutes les trente minutes, et le jour, je vais essayer de faire avancer le bateau. Il y a quand même deux portions : la première semaine nous étions sous un régime dépressionnaire, j’ai adopté un régime comme pour celui de la Solitaire du Figaro et là, nous avons touché les Alizés. Nous aurons un rythme de sommeil qui va s’allonger. Il y a moins de trafic et donc moins de risque de collision. Ça me fait plaisir d’avoir une pareille avance, ça ne m’est encore jamais arrivé donc je ne boude pas mon plaisir d’être devant. Mais je ne vais rien lâcher jusqu’au bout car je sais la distance qu’il reste à faire. Il y aura des empannages à faire au milieu de la traversée donc il ne faut pas se reposer sur ses lauriers mais faire comme si les autres étaient à côté de moi ! »

Arnaud Godart Philippe (Régates Sénonaises) :
« On a de l’air, c’est cool. Ce matin, nous avons 17-20 nœuds de vent.  La rotation s’est bien faite, on l’attendait. Hier, quand j’ai viré, c’était un peu par dépit. J’attendais le 240 donc j’étais bien content de voir que le vent commençait à prendre de la droite. Là, c’est bien amorcé. J’espère que l’on aura du vent sous l’anticyclone, mais ça c’est moins sûr. Ce qui nous attend, c’est qu’en milieu de journée on va sortir les spis. Normalement nous ne les affalerons pas avant la Martinique donc c’est plutôt sympa. Ce sont des vents de nord à nord d’est donc on sera plus haut en VMG et plutôt vent arrière. Il va falloir que l’on s’organise un peu dans le sud, selon l’anticyclone. Ce serait bien qu’il monte un peu dans le nord, cela nous arrangerait bien Damien et moi, nous aurions un meilleur vent. Pour le moment nous avons 20 nœuds, le fichier n’indiquait pas cela. Cela veut dire que nous avons plus de pression que prévu, j’espère que cela ne va pas ralentir. Nous devrions réussir à faire route dans le sud et passer du bon côté de l’anticyclone assez vite. Hier soir, j’aurais payé pour avoir cette situation là aujourd’hui, mais ce n’est pas fini. Il faut que la pression tienne et que ça ne devienne pas aléatoire. Le fichier anglais donne de la pression et le fichier européen moins, donc on verra celui qui a raison dans quelques heures. Mais de toute façon on a plus d’air que prévu. C’est une bonne nouvelle. La nuit prochaine, nous devrions être sortis d’affaire. Soit on peut attendre la trajectoire sous l’anticyclone, direction la Martinique, assez rapidement et l’anticyclone se décale vers le nord, on a un peu de vent, soit il faut la faire descendre dans le sud, ça va dépendre de la pression. Nous verrons dans les 3-4 heures à venir. »

Crédit Photo: Alexis Courcoux

Tag sur NauticNews: Transat Bretagne-Martinique

– CP –

Tags (étiquettes) :

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

17 − 5 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.