NauticNews Logo

Victoire de Genie chez les Wally : le triomphe d’un… génial casting!

Le Wally Genie s’est imposé la semaine dernière d’indiscutable et spectaculaire manière lors des Voiles de Saint-Tropez dans le groupe 2 des très exclusifs Wally. Le voilier du Prince Charles de Bourbon-Siciles, l’un des plus anciens de la flotte Wally puisque lancé en 1995, a dominé au terme des 8 manches dument validées, des unités aussi performantes que Dark Shadow, Ryokan ou Sensei. Avec trois courses gagnées et deux secondes places, Genie a fait montre d’un fabuleux potentiel, et révélé un équipage d’une grande complémentarité et d’une grande cohésion réunie autour de son propriétaire-barreur. Cette première grande victoire du Wally vert-océan aux Voiles de Saint-Tropez est le fruit d’une double volonté, celle de naviguer avec le plus grand professionnalisme, dans l’esprit décontracté et passionné des Voiles. Un pari totalement réussi grâce aux talents des 18 hommes d’équipage, animés par une étonnante cellule arrière où l’on retrouve aux côtés du pur régatier spécialiste du Match-Race Damien Iehl,  ou du détenteur du Trophée Jules Verne Sébastien Audigane, un noyau dur issu… de la Classe 6,50 !

Première victoire de Genie aux Voiles
Charles de Bourbon-Siciles est un propriétaire heureux. Triompher à Saint-Tropez est certainement le rêve de plusieurs milliers de régatiers qui se pressent chaque année sur le plan d’eau magique des Voiles. Les grands et futuristes Wally y constituent une classe à part, et régatent entre eux sur leur propre « rond » mouillé devant Pampelonne. Ils offrent ainsi le spectacle unique et rare de leurs immenses silhouettes et de leur esthétisme singulier lors de régates à couteaux tirés, entre trois bouées ou à l’occasion de parcours côtiers entre Cavalaire et Nioulargue.

L’édition 2012 des Voiles était placée sous le signe du soleil, d’une jolie brise et d’une Méditerranée parfaitement clémente. Les Wally s’en sont donnés à cœur joie, disputant du lundi au samedi pas moins de 8 courses engagées et disputées à souhait. Genie débutait la semaine avec une 5ème place. Mais sous la férule d’un Damien Iehl très en verve dans son rôle de tacticien au plus près du barreur Charles de Bourbon-Siciles (les règles de classe Wally exigent que ce soit le propriétaire qui barre son navire), le grand voilier vert est monté chaque jour d’un cran dans l’échelle de l’excellence, pour conclure la semaine par trois tonitruantes victoires. « Nous nous sommes fait surprendre lors du premier parcours » confiait Charles de Bourbon-Siciles au terme de cette exceptionnelle semaine Tropézienne, « Mais l’équipage et Damien Iehl ont été excellents par la suite pour contribuer à ce résultat. » Spécialiste du Match Race, Damien Iehl est arrivé à bord de Genie voici seulement une année. « C’est un bateau magnifique, l’un des trois Wally les plus réussis selon les dires de Luca Bassani lui-même, inventeur-concepteur de cette si spécifique classe de yachts modernes de grande plaisance. Mais trouver le mode d’emploi n’est pas aisé » poursuit Damien.

Du Mini 6,50 aux Wally…
C’est peut-être Nicolas Marchand, coureur au large avec une Transat Jacques Vabre et un record de la Méditerranée en Class40 au compteur, qui a su apporter les ingrédients détonateurs du succès. Manager du yacht, il est lui aussi passé par le moule formateur de la Classe Mini et a participé à la Transat 6,50 en 2005 ; « L’idée était de rassembler un équipage à la fois très professionnel, mais sachant vivre la régate dans la meilleure humeur possible, afin que les Voiles de Saint-Tropez demeurent un plaisir. Constituer une cellule arrière avec des « Ministes » m’a semblé la meilleure recette possible. » C’est ainsi que Rémi Beauvais (Mini Transat 2003) et François Cuinet (Mini Transat 2009), se sont trouvés associés au très névralgique poste de réglage du piano ; « Genie ne dispose que de deux winches » explique Damien Iehl,  « et lors des grosses manœuvres de virements et d’empannages, les hommes au piano sont déterminants dans le déclenchement des opérations… »  Un poste qui a remarquablement fonctionné durant toute la semaine. « Damien Iehl, en charge de la tactique a brillé lors des phases de départ, et dans les choix de positionnement du bateau lors des bords à bords bouillants face aux grosses unités de la flotte. » précise Nicolas Marchand.  Certains Wally dépassent en effet les 30 mètres. « Associé à Sébastien Audigane à la navigation, ce duo de la plage arrière a fait des étincelles » témoignent en chœur Charles de Bourbon et Nicolas Marchand. « On associe à ce succès un autre « Ministe », Clem Giraud, N°1 du bord, et le Figariste Yoann Richomme aux réglages, sans oublier bien entendu Rollo Parks, le capitaine britannique du bateau et sa solide expérience des grosses unités ».
« Ce fut vraiment le succès d’un groupe » conclut Charles de Bourbon. « Damien était au sommet de sa forme, et tout l’équipage s’est élevé au diapason. C’est une grande satisfaction pour nous tous qui aimons profondément Genie, de le voir réussir au plus haut niveau, face à des unités plus récentes. »

Les Wally
Ils sont l’expression moderne de l’esprit inventif et sportif du yachting qui a présidé voici près de 150 ans à la construction par des amoureux des belles voiles et de belles coques des voiliers les plus élégants et les plus avancés dans la technologie de leur époque. Les Wally, nés en 1989 de l’imagination et de la volonté d’un yachtsman averti, l’italien Luca Bassani, répondent exactement aux critères qui guidaient au siècle dernier les crayons des grands architectes navales, William Fife, Nat Herreshoff et consorts. Performance, rapidité, élégance, habitabilité, luxe… avec une nuance pourtant, et de taille ; la volonté de Luca Bassani en imaginant ses Wally en 1991, était de pouvoir en famille, avec lui seul à la barre, piloter et manœuvrer son grand yacht. Ainsi sont apparus les Wally, des talents des meilleurs architectes du moment, les German Frers, Javier Soto Acebal, Bill Tripp ou Bruce Farr. Plus d’une quarantaine de ces maxi Yachts sont ainsi nés de cette philosophie du yachting, affichant des longueurs de 20… à 50 mètres. Une Classe spécifique, la Wally Class a même vu le jour en 1998, permettant à ces voiliers d’exception de régater ensemble, avec leur propre rating et leur propre classement. C’est le cas aux Voiles de Saint-Tropez où 10 Wally régataient cette semaine sur leur propre parcours au large de Pampelonne.

L’équipage de Genie à Saint Tropez
SAR Charles de Bourbon-Siciles – Barreur (Yacht Club de Monaco)
Rollo Parks – Capitaine (UK)
Yacht Manager et équipier – Nicolas Marchand (Marignane)
Damien Ielh – Tacticien (Nantes)
Sebastien Audigane – Navigateur (Brest)
Clément Giraud – N° 1
Francois Cuinet – Piano
Remi Beauvais – Piano
Loic Fabre – N°2
Yoann Richomme – Régleur
Quentin Ponroy – Régleur
Nicolas Berthelot – Mât
Ludovic Brocaire – Mât
Jaimee Pryde – Stew (NZ)
William Davidson- marin (UK)

Fiche Technique NauticNews du Wally Genie

Toute la gamme Wally sur NauticNews

Tags sur NauticNews.com : Chantier WallyVoiles de Saint-TropezRégates Classiques

Crédit Photo: A.Picot/NauticNews.com

– CP –

Articles de la même catégorie

Commentaires

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

11 − 8 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.